Recommandation de billet à lire : "La Cantine numérique ou le paradoxe de la place vide" par Paul Richardet

Je vous recommande la lecture de ce lien ci-dessous, bonne lecture ;-). “Il ne pouvait y avoir d’organisation trop rationnelle et d’explication stabilisée, parce qu’à chaque fois, il fallait reconstruire une nouvelle histoire, sans modèle préétabli, pour combler ce qui n’existait pas encore. Et oui, c’était fatigant. Oui, c’était passionnant. Oui, c’était quasi unique.” Paul Richardet .

https://medium.com/pipo-bingo/la-cantine-num%C3%A9rique-ou-le-paradoxe-de-la-place-vide-57c8fb25fb1e#.xctu8m5si

D’une période à 200 à l’heure, je me souviens avoir vécu quelques moments inoubliables à la Cantine, juste à côté de mon lieu de travail de l’époque. Ce lieu nous ouvrait un imaginaire inconnu jusqu’alors. Faire des rendez-vous de travail en buvant des cafés et des coups, être libres, le dinosaure du co-working, fêter la naissance de projets innovants, faire des réunions pour des projets parfois foireux, abriter des combats comme celui contre Hadopi (où nous avons échoué lamentablement d’ailleurs). Chaque évènement était une fête, on y allait pour voir le “nouveau monde”, y participer un peu quand on y comprenait quelque chose. Le signal faible. Qui nourrit le signal fort d’aujourd’hui peut être et nous oblige quant à nos idéaux de l’époque. Un lieu, une âme, qui a inspiré bon nombre de nos imaginaires et visions.

Merci Paul de faire revivre votre histoire collective par ce texte qui compte et de transmettre son histoire, héritage d’hier, merci Marie, Nathanael, Abeline, …

<3 pour ce passage qui devrait parler à mes amis de différentes expériences dont celle de MA VOIX :

...“il ne pouvait y avoir d’organisation trop rationnelle et d’explication stabilisée, parce qu’à chaque fois, il fallait reconstruire une nouvelle histoire, sans modèle préétabli, pour combler ce qui n’existait pas encore. Et oui, c’était fatigant. Oui, c’était passionnant. Oui, c’était quasi unique.”  Paul Richardet

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.