quitterie de villepin
innovations civiques et démocratiques. #démocratie inclusive. justice sociales, climatiques et environnementales.
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Lien 10 mai 2016

«Si vous en touchez une nous répondrons toutes» du #24A à Mexico au 9 mai en France

Libération de la parole des femmes sur le harcèlement sexuel, France, 9 mai 2016. Enfin. Grâce à elles. En écho, miroir et espoir, article magnifique, illustrations folles, sur la manif #24A, 24 avril 2016 à Mexico où des milliers de femmes ont défilé contre les violences sexuelles et féminicides. Le monde a besoin de femmes entières, et émancipées. Qui se respectent et qui se font respecter.

quitterie de villepin
innovations civiques et démocratiques. #démocratie inclusive. justice sociales, climatiques et environnementales.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://remercimientos.wordpress.com/

En ce jour de sororité très spécial en France où des femmes politiques, élues ou collaboratrices, s'élèvent ensemble pour dire stop au harcelement sexuel, je voulais partager cet article sur cette manifestation de milliers de femmes au Mexique, dont personne n'a parlé ici.

Je voulais dire un merci du fond des tripes à ces femmes : Sandrine Rousseau, Isabelle Attard, Annie Lahmer, Elen Debost, et aux autres femmes qui ont parlé, merci de la leçon, et merci du cadeau que vous nous faîtes à toutes : les anciennes victimes, qui doivent bien se marrer (jaune) et se trouver (un peu) vengées en imaginant la journée très spéciale qu'ont vécu aujourd'hui leurs anciens harceleurs en lisant par le menu tous les textos dans tous les articles avec des gouttes de sueur et de peur qui perlent sur leur front ; l'immense cadeau aussi à celles qui sont actuellement dans ce cas, et toutes les futures qui seront confrontées, qui pourront renvoyer un simple texto avec le lien de l'adresse mediapart sans autre commentaire pour toute réponse.

Les comportements de ces individus ne changeront pas, en revanche, avec une parole ferme et claire, ensemble, nous pouvons faire face. Comme vous l'avez fait. Libérer la parole, se positionner, se donner du courage les unes les autres pour tenir debout, faire un pas en avant en prenant des risques, les partager, les rendre plus supportables à plusieurs et protéger ainsi les autres, actuelles et futures. Merci du fond du coeur à vous toutes et à Mediapart et France Inter d'avoir fait leur travail.

© Estados[editar] es.wikipedia.org
Affiche #24A : « Si vous en touchez une nous répondrons toutes » © Inclusión México @inclusionmex sur twitter

Merci maintenant à l'auteure de ce blog, https://remercimientos.wordpress.com/,  qui nous transmet tant sur cette manifestation du #24A à travers des photos et des textes magnifiques qu'il faut aller voir sur le lien ci dessus ou en dessous. Dans cet article, les germes d'un nouveau genre de mouvement de femmes, qui défile avec les mouvement féministes plus traditionnels, avec des approches différentes. Espoir.

3 extraits :

"Ce jour-là ce sont les cris de colère qui s’élancent et s’affirment dans l’espace public, des banderoles teintées de violet de la même façon que celles qui les portent s’élèvent pour prôner « La Révolution Violette », cette révolution dont beaucoup de Mexicains et de Mexicaines rêvent encore, une autre, une nouvelle qui fera naître un monde plus juste. Cependant cette fois-ci on entend dans les rues que « La révolution sera féministe ou ne sera pas ». Révolution oui mais pas sans nous. Pas sans nous, nous les femmes mises à l’écart systématiquement, à qui on enlève la parole, qu’on soumet, qu’on décrédibilise, qu’on provoque pour mieux menacer et réprimer. Cette violence machiste doit s’arrêter et les femmes mexicaines sont bien décidées à se solidariser pour y mettre fin."

....

"Au Mexique, dans les manifestations de femmes, une banderole revient régulièrement et envoie un message aux hommes plutôt clair: « la verga a la licuadora » soit « la bite dans le mixeur ».

Ne faites pas cette tête-là messieurs, calmez-vous, personne ne vous fera rien. Même si l’image qui est en train se créer dans vos têtes en ce moment même est particulièrement violente il faut aussi comprendre pourquoi des femmes peuvent en arriver à cette violence verbale et symbolique. Il vous faut, messieurs, prendre en compte la violence quotidienne vécue par les femmes et l’incapacité qu’on de nombreux hommes à ne pas suffisamment chercher pourquoi une femme peut devenir aussi insupportable lorsqu’on essaie de lui ôter la parole. Pour éclairer ce point on retiendra alors une des pancartes portée par une femme et un homme lors cette journée violette « no es que yo veo sexismo en todos lados es que tu nunca lo ves !” « ce n’est pas moi qui vois toujours du sexisme partout mais toi qui ne le vois jamais ! »."

...

"Ces femmes construisent donc un féminisme, différent, parfois qualifié de non occidental et qu’on définira comme étant plus respectueux de l’homme et où la recherche de l’égalité est basée sur le bien-être de la communauté. Un féminisme construit sur d’autres bases, un féminisme plus ample, et qui passe par la libération d’un peuple de l’oppression dans la construction d’une autre vie, à part, plus égalitaire, plus saine que celle qui régit le monde en ce moment. Ce mouvement de femme on le retrouve dans le Sud du Mexique, et quand bien même on peut difficilement le définir comme mouvement on peut sans hésiter le définir comme révolutionnaire. Révolutionnaire dans son parcours, révolutionnaire dans ses exigences, révolutionnaire dans ses conséquences, révolutionnaire dans son essence et qui ne peut que nous aider à ouvrir et élargir nos perspectives de vie et nos champs des possibles…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique