quitterie de villepin
innovations civiques et démocratiques. #démocratie inclusive. justice sociales, climatiques et environnementales.
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juin 2017

La vérité des petites mains : libérer la parole

Oui des assistant.e.s parlementaires payé.e.s par le Parlement européen travaillaient pour le parti de l’UDF. Je le sais car j’ai été l’une d’entre elles. Payée d’abord à mi-temps, puis à temps plein, j’étais trop heureuse de servir à 27 ans, ce que je pensais être l’intérêt général. Je n’avais évidemment aucunement conscience que ça n’était pas dans les clous.

quitterie de villepin
innovations civiques et démocratiques. #démocratie inclusive. justice sociales, climatiques et environnementales.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sans jamais compter mes heures, journées, soirées, week-end, bosser, bosser, bosser. Corvéable à merci. Comme toutes les autres petites mains. Emplois fictifs pas vraiment ;-)… J’ai commencé par travailler sur la campagne du traité constitutionnel en 2005, donc sur l’Europe. Et puis, j’ai contribué à la pré-campagne, puis à la campagne présidentielle de 2007. Je faisais de la mobilisation, de l’animation, de la préparation de colloques. J’ai adoré faire cela. Passionnément. Avec des salarié.e.s, des militant.e.s. Je n’avais pas encore conscience de la grande violence de ce milieu.

Est-ce que c’est très grave ?
Il y a une échelle. A chacun de juger et d’ailleurs, il y a des gens dont c’est le métier de juger s’il y a préjudice, de quelle nature et d’en fixer la réparation éventuelle. Je ne suis pas compétente.
Je sais simplement que notre époque crève de la corruption. La corruption de notre Etat, des compromissions, des pots de vin, des marchés publics, des détournements, des distributions d’argent public clientéliste, de l’achat de voix, de Bygmalion, de Karachi, des frégates, de Clearstream 1 et 2, des industriels qui nous empoisonnent sciemment, des corruptions des laboratoires pharmaceutiques, des industriels qui se foutent qu’une usine s’effondre en écrasant 1138 ouvrières et ouvriers, du désastre du nucléaire, du financement du terrorisme par des entreprises françaises, de la surveillance de masse, des menaces des annonceurs pour ne pas publier telle ou telle révélation, les conflits d’intérêt, les lobbies installés dans les lieux de pouvoir…

Le grand jeu de l’époque : planquer ses errements, ses fautes, ses responsabilités, son argent, ses adjuvants, ses polluants, ses déchets toxiques, ses pesticides. Nier toujours. Ne demander pardon jamais.
L’ère du mensonge. Un système entier basé sur la fraude, la dissimulation.
On ne peut pas continuer à avancer comme ça.


Le corollaire de ces innombrables arrangements avec la vérité est le complotisme, tant décrié par les élites, tout étant attisé par elles quand ça les arrange. Mais comment se forger un avis éclairé dans cette boue du mensonge ? Comment arriver à construire une société alors que les paroles impeccables sont rares ? A quoi nous fier ? Quelle donnée ? La parole d’untel ou d’untel ? Quels sont les repères pour éclairer nos routes ?
Dans le champ politique, en tous les cas, c’est le néant. Ses acteurs tous bouffés par le fameux la fin justifie les moyens. Ca ne veut pas dire tous pourris. Ca veut dire, toutes et tous témoins silencieux de pratiques qui ne devraient plus exister depuis un bon moment. Et donc un peu complices.

Revenons au sujet. Qu’est-ce qui est grave dans cette histoire d’assistants parlementaires de l’UDF comparée à ces milliards, et ces millions, ces impacts sur la planète à 100 000 ans, sur les gens ?
Ce qui est grave, c’est de nier. D’essayer de décrédibiliser la parole de celles et ceux qui parlent. Et d’essayer d’empêcher cette parole en faisant pression sur la presse.

J’ai quitté il y a 8 ans la politique partisane. Je ne supportais pas sa violence, ses faux semblants, ses trahisons, ses luttes de pouvoir, ces salles fermées, ces histoires de fichiers, de cartes d’adhérents, ces chuchotements, ces règles par claires, la souffrance de celles et ceux qui font en bas de l’échelle, leur humiliation trop fréquente, la violence de celles et ceux qui bénéficient toujours de ces mêmes règles, cette ambiance mortifère une fois les spotlights éteints. Est-ce que l’UDF ou le Modem étaient pires que les autres partis, je ne crois pas. Mais est-ce que c’était mieux, je ne sais pas.

La parole doit se libérer. Partout, tout le temps.
Sur les petites compromissions comme les grandes, sur le harcèlement, sexuel ou moral, sur les secrets des Etats, des collectivités et des entreprises. Sortir de cette ère de la dissimulation me semble nécessaire pour avancer, construire le monde qui vient sur des fondations solides.

Si chacune et chacun, où qu’il se trouve, dit ce qu’il voit, ce qu’il vit, sans peur, alors, peut être notre époque pourra se relever.

Les non-dits sont en nous. Les scandales à répétition ne sont que la résultante de nos renoncements à parler, et de notre laisser faire.
Alors un peu de courage.

Si quelques uns parlent seuls ils se feront massacrer. À plusieurs, dans tous les secteurs, la pression sur chacun.e diminue et nos vérités se confortent les unes les autres permettant d’espérer aboutir à la vérité.

En l’occurrence, c’est pas super marrant d’ouvrir sa bouche en ce qui concerne plusieurs ministres d’un gouvernement tout puissant. Rien à gagner. Tout à perdre. Mon confort était d’être partie en laissant un monde violent, en 2008 mon avenir politique était bien parti, mais je n’arrivais plus à m’accommoder des règles du jeu imposées. Je suis partie il y a 8 ans. J’ai changé de vie. Trouver le goût de la vie claire, simple. J’avais tourné la page. Je suis heureuse dans la vie. J'explore, j'expérimente, j'apprends. Et aujourd'hui, je sais que je dois parler.

Le déni d’aujourd’hui m’oblige à réouvrir cette page qui n’est pas un bon souvenir.

Je ne laisserai pas quelques un.e.s parler seul.e.s et se faire fracasser. Je ne sais pas dans quel état d’esprit ils et elles sont. Je ne sais pas ce qui les anime. Mais je sais que ce qu’ils et elles disent est vrai. Elles et ils se font traiter de traîtres. Traîtres à quoi ? A la vérité ? Pourquoi ne pas dire cette vérité ? Que l’UDF était exsangue. Que les financements des partis majoritaires ont tué les plus petits partis comme EELV, l’UDF ou d’autres. Dire ce qui est. Dire pardon.

Ma parole est libre. Elle est calme et sereine.

Aucune commune mesure avec les charges prises par Denis Robert, Assange, Snowden, Aaron Swaartz, Irène Frachon, la revue Prescrire, Reflets, Cash Investigation, Marie Maurice, Fabrice Arfi, Quentin Beaulier, Mediapart, les lanceurs et lanceuses d’alerte, mais si chacun fait un petit bout pour révéler les choses plus ou moins importantes dont il est témoin, alors le monde pourra avancer.
En cela, ces femmes et ces hommes, qui ont pris des risques vitaux parfois, étaient isolé.e.s, plié.e.s sous le poids des huissiers, qu’on a voulu faire taire par l’épuisement des procédures, nous appellent à faire notre part. Même infime. Même sur des sujets de moindre importance.

C’est simple. Ce n'est pas drôle. Il peut y avoir des conséquences. Mais je crois que c’est nécessaire.

Alors aujourd’hui, je fais ma part. Une petite part. Mais si je ne la fais pas, qui la fera ?

Demain, c’est à vous. Quel que soit le sujet. Libérons la parole.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe