quitterie de villepin
innovations civiques et démocratiques. #démocratie inclusive. justice sociales, climatiques et environnementales.
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mai 2019

UE : 3 champs de force : la peur, le capitalisme prédateur, la protection du vivant

La structuration de l’échiquier politique de « gauche » à « droite » ne me semble plus adaptée pour structurer nos combats pour défendre le vivant. Un triptyque existe désormais avec ces 3 champs de force, où sont appelés à se transcender et à se dépasser les anciens carcans politiques.

quitterie de villepin
innovations civiques et démocratiques. #démocratie inclusive. justice sociales, climatiques et environnementales.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Très clairement, 3 champs de forces se structurent sous nos yeux :
- la peur des autres humains (extrême droite)
- la domination et prédation des logiques financières sur les humains et la Planète (libéralisme, capitalisme)
- la protection de l’intégrité du vivant sous toutes ses formes (l’écologie qui intègre la dignité humaine)

Le 1er a besoin d’un grand nombre de citoyens apeurés et qu’on apeure, se déresponsabilisant et cherchant une protection autoritaire à qui déléguer leurs vies et monter des murs.
Le 2ème est largement financé mais doit faire croire qu’il représente les gens raisonnables, pragmatiques et réalistes pour rester dans la course démocratique, n’hésite pas à employer des méthodes qu’on pourrait prêter au 1er champ de forces. Il tient jusqu’ici en misant sur son face à face permanent avec le 1er qui lui permet de diriger.
Le 3ème champ de force et d’énergie ne demande qu’à advenir en se libérant des carcans, il existe déjà, depuis longtemps, mais sa difficulté principale réside dans le fait qu’il ne peut s’enfermer dans nos modèles institutionnels anachroniques. Il nécessite de revoir intégralement l’approche électorale en tournant le dos à la structuration en partis, en inventant d’autres modalités de contribution à la vie démocratique locale, régionale, nationale, internationale. Ce champ de force ne pourra se déployer à la hauteur des enjeux qui nous font face qu’en reprenant radicalement le chemin de la démocratie, par et avec les habitantes et habitants de cette planète.
Ce champ de force doit se mettre au service de la multiplicité des approches au lieu d’essayer de les capter et de les unifier artificiellement, et faire preuve du plus grand respect de la biodiversité des actrices et des acteurs qui œuvrent depuis tant d’années, dans tous les secteurs, associatif, agriculture, soin, éducation, entreprise, énergie, transport, etc, etc.... si ces gens là ne sont plus ou pas dans un parti, c’est que la forme de parti est caduque (cf Note pour la suppression des partis politiques Simone Weil). Il faut tout repenser. Tout créer. Cultiver les « zones du dehors », les relier, ouvrir les portes.

Vive les citoyennes et citoyens français.e.s et européens pour leurs votes écolo. Bravo et merci spécial pour les jeunes de vous être levé.e.s dans la rue de façon si spectaculaire, artistique, radicale et joyeuse, et de l’avoir aussi fait, malgré tout, au cœur du marasme de cette pathétique campagne française des Européennes, dans les urnes.

Bravo EELV d’avoir fait cette campagne sans beaucoup de moyens, pas grand monde dans le parti, avec des attaques permanentes et des trahisons (Cohn Bendit, Canfin, Nouvian, Bourg), chaque liste ayant ses « prises de guerre écolo » (par exemple la super femme qui lutte contre les paradis fiscaux, Manon Aubry), et pour terminer le tableau, en pleine élection interne pour les municipales (pff).

Et oui, un projet de civilisation désirable peut advenir, pour peu qu’il soit l’émanation des aspirations des habitantes et habitants au service de l’intérêt supérieur des générations futures. Que cet élan mondial cultive ses formes d’expression, de réalités, diverses, multiples, interdépendantes les unes des autres, des Zad aux marches, des asso aux équipes municipalistes, des communes aux parlements, du jardin potager aux entreprises, de l’Amap aux gouvernements, de la crèche à l’université, chacun.e investissant sa place, relié.e aux autres. Prendre ensemble les décisions qui permettront la vie sur terre. Logiques de coopération plutôt que de compétition, d’horizontalité plutôt que de verticalité, d’émancipation plutôt que de domination, de puissance plutôt que de pouvoir.

#NousSommesCellesetCeuxqueNousAttendions
Créer c’est résister. Résister c’est créer

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes