quitterie de villepin
innovations civiques et démocratiques. #démocratie inclusive. justice sociales, climatiques et environnementales.
Abonné·e de Mediapart

67 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 janv. 2015

Parlementaires français, qui représentez-vous?

quitterie de villepin
innovations civiques et démocratiques. #démocratie inclusive. justice sociales, climatiques et environnementales.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Devoir de vigilance des multinationales / secret des affaires de la loi Macron :

Parlementaires français, qui représentez-vous ?
Manifestement plus les êtres humains, mais les intérêts des personnes morales qui définitivement vous tiennent par la barbichette. Ne vous cassez pas, on a bien compris que ce sont ces entités là qui ont pris le pouvoir. Sur vous. Donc sur nous. Sur un plan législatif, vous leur déroulez le tapis rouge au nom de la compétitivité. Nous, de notre côté, nous nourrissons leur chiffre d'affaire en tant que clients. Vous et nous sommes complices du modèle de civilisation qu'ils dessinent. C'est pas glamour, hein. Derrière les belles pages de pub sur papier glacé, c'est effrayant ce qu'on réussit à faire à des êtres humains et à la planète au nom de la compétitivité. Comme dans les scénarios de SF, les transnationales font la loi sur la Terre mise à feu et à sang pour nourrir leur insatiable appétit de pouvoir.

On subodore que vous n'êtes plus avec nous, mais avec eux, ces maximonstres de business, rien qu'à voir votre dégaine sur les bancs de l'Assemblée. Regardez-vous, on dirait une armée de clones. Ou d'esclaves, certes en habit d'apparat, mais esclaves quand même. Vos cravates autour du cou, comme des menottes à ces intérêts privés. Vous êtes vieux, hommes, blancs, issus des mêmes castes. Sans que ce soit vraiment votre faute, votre façon de faire est anachronique. On s'en ficherait si elle n'était pas éminemment toxique pour notre présent et notre avenir.

En fait, si, à bien vous observer, vous êtes les dignes représentants de notre société. Coté face. Vous êtes le miroir hideux de nos renoncements, nos arrangements de conscience, nos divisions, notre incapacité à nous projeter, à mettre en cohérence nos convictions et nos actes, nos conflits d’intérêt, notre manque de courage.
Pour des vulgaires questions de marketing électoral, vous nous dressez les uns contre les autres à longueur de carrières politiques qui semblent durer une éternité. Le "Fini, parti", c'est à vous qu'il faudrait l'appliquer. Vous freinez l'innovation, vous maintenez le sentiment d'injustice, vous avez vous-même pourri votre image avec des dizaines d'années d'affaires de corruption, nous interdisant de vous accorder notre confiance. Tout ça en passant votre temps à nous donner des leçons et nous bouffer 3/4 de part de voix médiatique.

Côté pile de notre société : des femmes et des hommes qui inventent, qui créent, qui entreprennent, qui se parlent, qui sont conscients des Everest qui nous attendent, qui écrivent, qui enseignent, qui soignent, qui cherchent, qui se passionnent pour la chose publique, qui "disruptent", qui vivent ensemble avec leurs différences, dans les mêmes villages, immeubles, quartiers, entreprises, associations, médias.

Coté pile et coté face de la même société. De ses maux et de ses espoirs. Le problème avec vous, c'est que vous n'incarnez plus que nos maux, ou plutôt notre incapacité à faire face à ces maux. Et jamais vous n'incarnez nos espoirs.
Nous, Vous, notre miroir. On va inventer. Avec vous si vous avez envie, on ne rejette personne à priori, ni aucune bonne volonté. Sans vous si vous ne voulez pas. Soyez en sûrs en tous les cas, messieurs les parlementaires français (comme on dit chez les jeunes) : "@ +".

"Les grandes entreprises françaises ne seront pas soumises à un « devoir de vigilance » vis-à-vis de leurs sous-traitants. Cette proposition de loi issue d’une poignée de députés socialistes et écologistes sera, au mieux, vidée de son contenu, au pire jetée à la poubelle. Le projet de loi Macron obligeait de son côté les entreprises à être gérées « dans le respect de l’intérêt général économique, social et environnemental ». Cette définition a disparu de la loi pendant que journalistes et lanceurs d’alertes sont criminalisés au nom du « secret des affaires ». Pourtant, l’opinion publique est largement favorable à une meilleure régulation des multinationales."

Gouvernement et députés sacralisent l’irresponsabilité des multinationales

Les grandes entreprises françaises ne seront pas soumises à un « devoir de vigilance » vis-à-vis de leurs sous-traitants. Cette proposition de loi (...)

bastamag.net

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières