Silence: démocratie en marche

Depuis fevrier 2019, le peuple algérien est dans la rue tous les vendredi afin de réclamer, pacifiquement, le départ du régime régnant depuis 1962. Aucun relais, aucun écho encourageant ne lui parvient, ni de l intérieur ni de l extérieur du pays. Désert médiatique. . La communauté internationale et surtout occidentale, friande de démocratie, s' est elle grippée?
  1. Les Algériens sont un peuple très patients. Après 132 années de colonialisme français barbare, pratiquant une sorte d apparteid avant l'Apparteid, une première guerre horrible durant plus de 7 années, une deuxième guerre non moins horrible de 10 années, il est meurtri. Il n' a plus de force physique mais garde un mental d' acier et un idéal de justice et de liberté intact. 

Ces différentes épreuves, loin d' affaiblir sa volonté,  de le désorganiser, de le désunir,  l' ont rendu plus fort, plus mature, plus uni et plus déterminé.

Plus fort mentalement car nonobstant l' agression colonialiste caractérisée par le code de l'indigènat , le mépris et les mauvais traitements au quotidien, il n' a jamais baissé la tête. Il ne l a jamais baissée, non plus, tout au long de la deuxième guerre organisée et entretenue pendant 10 ans par des généraux algériens sanguinaires, machiavéliques, ivres de pouvoir et d'arrogance, encouragés par des services étrangers voisins bienveillants quand ils ne sont pas participants au terrorisme d un état contre son peuple. Car il ne faut pas se leurrer,  le terrorisme "islamiste" a existé en Algerie mais probablement pas à la hauteur où le mettait la propagande des généraux incendiaires impliqués dans cette guerre.

Plus mature ce peuple, car il a appris le fonctionnement malsain du système politico-militaire en place. Il a compris que la démocratie en Algerie ne viendra jamais de réformes lâchées par un système gangrené et avili par l or noir du Sahara. Au contraire, le militaire s associe au civil pour former un complexe politico- militaire ne laissant aucun espace à une opposition réelle, susceptible  d amener un jour une alternative démocratique. Et c est la raison pour laquelle le peuple demande le départ de tous les acteurs politiques du système en place et le retour des militaires à leurs prérogatives ( la défense du pays des agressions extérieures ). Les demandes du peuple se font dans un calme exemplaire et ceci depuis fevrier dernier. On ne peut le traiter de violent, d incivique et encore moins de menacer l instabilité du pays. C est d' ailleurs lui le pays, ce peuple qui appelle à des institutions solides, fiables, justes et égalitaires , au départ des politico-militaires corrompus, la refondation d' une nouvelle Republique, pas un pléonasme de "...démocratique et populaire"; non, juste " démocratique " mais réellement. Ce degré  d'exigence du peuple témoigne de la hauteur de sa maturité 

Peuple plus uni malgré les tentatives de régionalisation des revendications engagées par les services de renseignement et de " flicage" de la population. Services à la botte du cartel militaro-politique, toujours à l affût du bon citoyen et de son comportement "dérangeant" pour le Système. Les banderoles régionales continuent à aller de pair avec l' emblème national dans les manifestations. Les jeunes kabyles sont plus que jamais amoureux de jeunes arabes et ils le disent et le montrent.

Peuple déterminé à se libérer et à  libérer son Algérie, " captée " ou plus exactement " raptee " dès la naissance par de véritables mafieux aux ambitions ténébreuses, aux antipodes de l idéal révolutionnaire du premier Novembre 1954 et du million et demi de chahids ( martyrs ). Ces mafieux, tapis dans l ombre, avaient un autre idéal: le pouvoir, l' argent, le mépris du vrai citoyen. 

Peuple déterminé à chasser cette organisation de spolieurs, de bandis, de voleurs sans limite. Et quand je dis organisation, je veux dire le système mis en place pour la fuite des richesses du pays via les Sociétés  offshore luxembourgeoises, anglaises et ailleurs...

Au fait, c est peut-être pour cette raison que l Europe reste muette devant les revendications du peuple algérien? Et la France? Alors M. Macron le désir, par la voie pacifique, de Démocratie d un peuple meurtri, criant à qui veut l'entendre son envie de liberté et de justice depuis maintenant près de 10 mois, à 2h de Paris, quasiment à vue de jumelles de Marseille ou de Montpellier,  ne vous dit rien? Vous laisse- t- il à ce point sans voix? Et les médias,  que font ils? Une révolution est en marche, elle se déroule "on live" comme diraient nos voisins Anglais, mais que dalle ! Rien ou presque. J' essaie de prêter l' oreille le matin à la radio et l'oreille et l' oeil le soir à la télé : macash! walou! Peut-être suis-je halluciné.  Il ne se passe rien. en fait, au pays du gaz de schiste...

Ah oui j entends la réplique , parler de l Algérie , donner un point de vue sur la situation actuelle, meme personnelle, est délicat.  Attention  à  l ingérence! au contentieux historique! Il a bon dos le contentieux historique. Un prétexte à  laisser une situation immobile, encourager la pérennisation du système en place. Le business n aime pas les changements. Et les intellectuels, prompts à réagir habituellement aux désirs de démocratie,  de liberté ; où sont ils? Tiens j en ai vu un récemment,  sur le plateau d une chaîne de TV française à propos des kurdes, me semble t il? Et les autres? notamment celui qui disait, de retour d Alger, après avoir été " baladé " par les militaires et en plein massacre des villageois par ces mêmes militaires: .." maintenant on sait qui tue en Algerie", faisant allusion aux terroristes .

  • Plus que jamais le peuple algérien a besoin des voix , de soutien des démocrates du monde entier et surtout de ses voisins immédiats, les Européens.  Ailleurs une révolution  armée  vous aurez demandé des armes. Le peuple algérien ne demande que des paroles, des sourires, des positions d' empathie pour l aider à se débarrasser de cette chappe qu il porte seul depuis bientôt deux siècles.  Démocrates de tous pays, unissez- vous!

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.