Absurde, vous avez dit absurde !

Alors avant de nous moquer des petits lapins qui pondent des œufs en chocolat et d’entamer un nouveau ramadan, j’aimerais que l’on prenne quelques minutes pour entamer une véritable réflexion sur l’Islam que nous souhaitons pour notre Maroc

 

Les chrétiens ont une semaine sainte et ils fêtent le lundi de Pâques en faisant croire aux enfants que toutes les cloches des églises se détachent pour aller à Rome et qu’au passage, de petits lapins magiques cachent des chocolats dans les jardins. Ceci peut prêter à sourire sauf les chocolatiers et les dentistes qui s’en frottent les mains par avance. Absurde me direz-vous mais au-delà de cet aspect folklorique se cache un vrai rituel et de vrais croyances liés à cette religion. Ces « petits mensonges » sont faits pour que les enfants non encore en âge de comprendre la partie « sacrée » puissent participer à leur façon à la fête religieuse qui y est attachée.

Ceci me fait penser que nous nous approchons du mois sacré du ramadan et je peux constater que nous avons aussi établis des petits rituels basés sur de « petits mensonges » à cette occasion et qui sont rentrés dans les croyances populaires. Ainsi, en parlant de l’alcool, sujet éminemment problématique dans notre pays où il n’y a que les touristes qui en consomme…, nous avons tout de même une immense majorité de gens respectueux (je parle de ceux qui ne partent pas en voyage pour éviter de suivre le jeûne selon leur propre interprétation du voyage en première classe de la RAM) et qui de fait ne consomme plus d’alcool pendant cette période. Ces dernières années, j’ai vu poindre une nouvelle règle stipulant que cette absence de consommation devait commencer 40 jours avant le début du ramadan. Qui, quoi, comment ? Je ne sais pas. Il y aura toujours quelqu’un qui arrivera à justifier cette règle par une interprétation ou un hadith quelconque mais, si l’on discute avec quelqu’un de docte et de sérieux qui ne voit pas d’interdiction formelle de consommation d’alcool toute l’année, on ne pourra pas expliquer cette nouvelle compréhension des règles de l’Islam. Et ce problème de nouvelles règles n’est pas unique mais leurs acceptations par les gens simples qui voudraient suivre correctement les préceptes de la religion peut nous mener tout droit à une catastrophe dans la mesure où nous laissons la parole à de soit-disant prêcheur qui interprètent à leur guise des textes dont la portée les dépasse. Passe que les chiens soient interdits dans les maisons au motifs qu’ils chasseraient les anges et souilleraient ainsi la sacralité de la prière mais l’on a déjà entendu que la terre est plate et que le sperme du mari « marque » le vagin de la femme qui, si elle s’avère, infidèle déclenchera la sanction divine via un cancer de l’utérus et j’en passe et des meilleurs. Cette tendance est relativement nouvelle et là où elle me faisait sourire il y a 20 ans et que je considérais comme de la superstition, elle semble d’une acceptation commune aujourd’hui. Il est quand même étrange que d’un côté nous avons une parole qui se libère de la part d’intellectuels qui remettent en cause l’interprétation des règles de l’héritage, les possibilités de l’avortement, la place de la femme et ses droits dans la société et que ne nous attaquions pas à la façon dont l’Islam est enseigné dans les écoles publics ou simplement prêché dans les mosquées qui pullulent dans toutes les nouvelles constructions en lieux et places de services publics comme des crèches, des bibliothèques ou des hôpitaux. Il serait peut-être de temps de prendre le problème dans le bon ordre en encadrant la parole et en libérant les croyants de toutes ces contraintes supposées. Car que constate t’on et le ramadan est bien symptomatique de notre société. Nous avons d’un côté une partie pieuse des marocains qui pratiquent leur foi pour eux même et pour Dieu sans embêter personne et de l’autre côté une partie qui a une acceptation plus floue de ses obligations liées au ramadan et qui les pratiquent ou non mais sans revendication aucune pour ne heurter personne ou être traités de mécréants. Et au milieu nous avons une grande partie de la population qui suit les règles du ramadan mais soit avec une telle conviction soit disant religieuse qu’ils vous agressent s’ils considèrent que vous ne suivez pas comme il convient dans leur tête des règles qui sont en principe un pacte établi entre chacun et Dieu ou une autre partie qui suit les règles mais avec une telle rigidité et souffrance personnelle qu’ils en deviennent agressifs. Du coup, ce mois de ramadan qui devrait être un mois de réflexion pour le croyant vis-à-vis de sa foi et de son Dieu, un mois de partage et de compassion envers ceux que la vie a moins gâté que devient-il ?

Ce mois- là devient le mois de toutes les bagarres en dépit de la paix intérieur qu’il doit apporter. Il devient le mois où tous les prix de l’alimentaire explosent sans compassion et sans partage. Il perd toute sa valeur symbolique.

Alors avant de nous moquer des petits lapins qui pondent des œufs en chocolat et d’entamer un nouveau ramadan, j’aimerais que l’on prenne quelques minutes pour entamer une véritable réflexion sur l’Islam que nous souhaitons pour notre Maroc.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.