2019 : MEILLEURS VŒUX DE DIVORCE

Pour ceux qui suivent le calendrier grégorien il est d’usage de souhaiter ces bons vœux le 31 Décembre à minuit et jusqu’au 31 Janvier. Au-delà de la prospérité et de la bonne santé, cette année je vais vous souhaiter quelque chose de concret : un bon divorce. Car oui, la France est en plein divorce n’en déplaise aux catholiques intégristes et autres manifs pour tous, le divorce est bien acté.

Il est consommé entre toute une partie de la population avec ou sans gilet jaune et les tenants de l’orthodoxie libérale. Les premiers en ayant marre de se serrer la ceinture et d’être à découvert le 1er du mois et les seconds ne jurant que par l’équilibre des marchés, la compétition économique mondiale et la résorption des déficits.

Il est acté entre les politiques et les hauts fonctionnaires nationaux et européens qui, par l’excuse de leurs grandes études, n’appliquent que des règles du CAP de comptabilité à savoir dépenser moins en sclérosant les aides et les services publics et gagner plus en augmentant les prélèvements en nous expliquant qu’en dehors de cela point de salut et le commun des mortels qui veut autre chose, un autre monde mais sans avoir la capacité d’imaginer une alternative qui pourtant, selon certains économistes même nobélisés existe mais qui ne rentrent pas dans l’idée du grand capital donc sont forcément sans relai médiatique.

Il est vécu entre les politiques qui vivent de subsides en nous expliquant qu’ils ont été choisi par le peuple et travaillent pour ce même peuple, eux qui n’ont jamais connu à titre personnel le moindre soucis des gens du commun, n’ont jamais véritablement travaillé et ce même peuple qui ne comprend pas pourquoi la politique ne sert pas à leur façonner un monde meilleur.

Il est présent dans les discours des groupes de défenses des libertés qui expliquent la non égalité des droits par un racisme dont ils sont bien souvent eux-mêmes les détenteurs : discrimination des noirs et des arabes justifiant un racisme anti-blanc, discrimination du droit des femmes justifiant un discours anti-hommes ou justifiant les revendications esclavagiseantes du port du voile sous couvert de la liberté.

Il est acté entre les citoyens eux-mêmes, tenants d’un côté du confort intellectuel des institutions en place et ceux désirant ardemment à tout le moins un changement de régime voire même une révolution.

Il est présent dans la spiritualité entre de soit-disant musulmans revendiquant une application politique de leur foi avec autorisation du port du voile sous couvert de liberté mais dont le but final, inconscient pour la plupart mais pas pour les plus manipulateurs, est la création d’un califat appliquant la Charia, les catholiques intégristes revendiquant une civilisation chrétienne millénariste et des valeurs s’y rattachant en face du péril de la submersion islamique et des lois laïques comme le divorce, l’IVG, le mariage pour tous ou la GPA de la république qui se disent progressistes mais qui sont en contradiction avec les commandements de la bible et enfin l’immense majorité des athées et agnostiques qui rejettent toute implication de préceptes religieux dans la vie de la Cité.

Il est vécu tous les samedis entre des forces de l’ordre détenteurs de la force publique, d’accords au fond avec les revendications sociales mais appliquant parfois le respect de l’ordre républicain sans discernement sous couvert de la violence exprimée par une minorité de casseurs prenant prétexte des manifestations pour exulter leur rage et leur envie de détruire.

Le divorce est visible entre les humains qui ne sont que des parenthèses dans le temps géologique et la terre et son écosystème. Les premiers exploitant et détruisant pour répondre à leur soit disant nécessité de consommation et d’accumulation de richesse et Gaia préparant sournoisement sa riposte apocalyptique pour l’espèce parasitaire humaine qui la ronge.

Alors oui, 2019 est bien une année de divorce entre les différentes composantes du corps social, entre les citoyens et les politiques, entre humains tout simplement.

Et malheureusement nous ne pouvons envisager une solution apaisée à ce divorce. Comment partager les territoires pour que l’on ne vive plus ensemble ou seulement entre gens s’entendant, étant d’accord sur un socle commun minimum ? Et même dans ce cas, qui considérera t’on comme les enfants et comment allons-nous organiser leur garde ? Alternée ou exclusive ?

Il faut bien le reconnaître, nous n’avons pas d’autre choix que de continuer à vivre ensemble et du moins mal que l’on pourra. Pour cela, comme dans toute crise de couple, il faudra bien s’écouter, tenter de se comprendre et faire des concessions.

Et tant que ce gouvernement pensera qu’il est le seul à comprendre, que les citoyens ne sont pas le conjoint mais des enfants en pleine crise de rage adolescente qu’il convient de remettre sur le droit chemin par une bonne punition, le couple France restera en instance de divorce !

L’intelligence n’est donc pas synonyme de raison et tout bon thérapeute vous le dira, le premier pas de la guérison passe par soi et pas par l’autre.

Alors tous mes bons vœux pour 2019, et que le divorce se passe au mieux !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.