DECATHLON, LES MUSULMANIENS ET LA TOLERANCE

Youpi, Décathlon qui est une grande entreprise musulmane a enfin sorti un produit pour nous les musulmans ! Ceci va nous permettre de courrier halal et fière de notre Dieu. Il faudra tout de même vérifier sur l’étiquette si elle porte bien le tampon d’un quelconque mufti et si les petits indonésiens ou sri lankais qui ont manipulé le tissus étaient bien tous musulmans et avaient fait leurs ablutions et leurs prières avant de toucher le tissu sacré. Inch allah on va pouvoir rouler nos fesses dans un jogging sans que cela n’existe les promeneurs sur le passage car nos cheveux et notre gorge seront couverts. Décathlon fait œuvre de charité envers les musulmans du monde entier (avec un gros coup de communication et de couverture médiatique gratuite au passage tout de même).

Mais de quoi parle-t’on ? D’un hijab qui se traduit littéralement par dérobé du regard, caché. Il est cité 7 fois dans le Coran et impliquait une séparation physique entre les épouses du Prophète et les autres hommes. Le voile, en fait le khimar pour les arabophones qui apprécieront et dont la traduction est incertaine n’apparaît que dans une seule sourate et dans le sens d’une tenue décente de la femme car il est vrais qu’en ces temps-là, le climat et l’absence de climatisation impliquaient des tenues légères pour les femmes. On trouve également  un hadith apparaissant deux cents ans après et dont la véracité est sujette à discussion de l’aveu même des théologiens musulmans et qui justifierait l'obligation du port du voile.

La force de la tradition du voile provenait de certaines contrées pré islamiques et d’habitudes ancestrales pas forcément en rapport direct avec une obligation religieuse mais compatible, personnelle et missible avec les autres modes vestimentaires dans un esprit général de tolérance.

Le « renouveau » de l’obligation du port du voile nous provient depuis quelques années des pays du Golfe dont le rayonnement intellectuel est bien connu depuis qu’ils ont quitté le cul des ânes lorsqu’on y a trouvé du pétrole tout comme la tradition de liberté et d’ouverture d’esprit (enfin surtout pour eux). Le souci, c’est qu’ils ont beaucoup de moyens de diffusion de leurs idées auprès de masses que l’on ne veut pas éduquer mais endoctriner dans la même vision unique de leur compréhension sans possibilité de discussion afin d’en faire une petite armée pacifique ou non mais dans le but presqu’avoué de conversion globale et universelle du monde à leur Islam.

Et donc dans un pays comme la France nous avons plusieurs protagonistes.

Les « musulmaniens » comprenant tous les afficionados de l’islam ne sachant pas lire ou écrire l’arabe, croyant dur comme fer ce que leur enseigne le premier iman du quartier en provenance du fin fond de la montagne algérienne ou du quartier de la goulette sans bac ni aucun autre bagage que de vagues connaissances certainement complétées par l’écoute de prêches sur internet. Ceux-là hurlent à l’atteinte à leur liberté religieuse en n’omettant sciemment de préciser que leur voile est du prosélytisme.

Les tenants de la liberté universelle et sans limite confondant cette même liberté, l’espace public et un acte politique religieux. Sincères ou désireux simplement exister dans l’espace public ?

Les anti-tout ce qui n’est pas « catholique » en dehors des traditions millénaires de la France, avec un arrière-gout pétainiste,  une fâcheuse tendance à ne pas connaître leur propre histoire et dont les gesticulations ne font que renforcer le sentiment de victimisation chez les musulmaniens.

Les musulmans qui vivent tranquillement leur foi sans faire trop de vague coincés entre le racisme anti arabes ou anti musulmans (on ne sait pas trop faire la différence) qui se développe et la pression sociale et médiatique des musulmaniens.

Les politiques qui sont perdus ne sachant pas quoi dire pour récupérer des voix en dehors de toute autre considération.

Décathlon qui attend impatiemment de pouvoir compter sa recette en se moquant éperdument des conséquences de ses choix en déniant le rôle social que peut avoir une entreprise sous couvert des bénéfices ce qui est non seulement irresponsable mais criminel.

Et moi, et quelques autres qui voulons bien discuter du bien fonder ou non du port du voile avec des gens endoctrinés et souvent incultes dont les seules réponses sont les insultes lorsqu’ils sont à court d’argument.

Et moi et quelques autres qui soutenons que L’Islam ne passe pas par un politiquement et socialement correct dénué de fondement réel et textuel mais dans le but d’influencer la société dans un sens qui n’est pas source de progrès pour le genre humain et surtout pas pour sa composante féminine qui se trouve une fois de plus asservie, rabaissée lorsque son choix vestimentaire n’est pas la résultante d’une réflexion poussée propre et uniquement symbolique.

Et il y a surtout moi qui refuse que les femmes soient dirigées et leur vie régentées selon des principes valables il y a 1400 ans sans pouvoir en discuter, interpréter,  faire évoluer selon les données modernes et actuelles de la société.

Et enfin il y a moi, qui exige que la contradiction et la discussion soient basées sur des idées vraies, réfléchies et étayées. Qui souhaiterais que la société dans laquelle nous vivons soit progressiste et humaine et non lobotomisée, robotisée par des idées fausses dont la seule force de persuasion est constituée par le fait d’être répétée à l’infini pour leur donner une réalité. Que tous ceux qui se disent bons croyants, se comportent comme tels face à leur Dieu sans avoir besoin de l’étaler et de l’imposer à la société entière et qu’ils commencent déjà par se comporter comme de bons humains avant tout.

 

#safibaraka

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.