MAIS QUE VEUT SOROS ?

Il est des personnes que l’on peut difficilement cerner et Georges SOROS est emblématique de ce fait. Un de mes amis m’ayant informé qu’il préparerait une enquête sur l’influence que SOROS avait en Afrique, j’ai voulu en savoir plus sur le personnage. En discutant avec des amis se tenant au courant de tout, d’autres journalistes et enquêteurs, plus une fouille minutieuse de ce que peux détenir le web, je dois dire que tout cela me laisse dubitative.

 

SI on prend sa biographie officielle, voici un homme né en Hongrie en 1930, juif de naissance ayant survécu à la Shoah et au régime totalitaire marxiste qui s’est mis en place après-guerre avant d’immigrer en Angleterre pour y faire ses études puis aux Etats Unis pour y vivre. Avec une double formation en philosophie et en économie, la philosophie ne nourrissant pas son homme, il se lance dans la finance en créant un fond spéculatif qui réussit génialement  mais avec tous les travers et les dérives de l’hyper-capitalisme  dont l’attaque réussie de la livre sterling ayant déstabilisé tout un pays pour son plus grand bénéfice est l’exemple ultime.

En 1979, SOROS décide de créer sa fondation dénommée OPEN SOCIETY et la dote du second plus gros budget après la fondation des GATES en y injectant des milliards de dollars. Le but avoué de cette fondation est de promouvoir la gouvernance démocratique, les droits de l’homme et le libéralisme économique. SOROS rêve en effet d’un gouvernement mondial où tous les hommes seraient libres, égaux et entrepreneurs donnant ainsi corps au monde de Star Trek mais, après tout, ce ne serait pas la première fois qu’une œuvre de science-fiction prend corps dans une réalité ultérieure. Pour cela, il injecte des fonds vers toutes les associations regroupant opposants politiques, promoteurs d’une immigration largement ouverte, think-tank orienté et autres associations faisant des demandes de subventions pour des actions entrant dans le cadre des objectifs de la fondation.

Un premier problème surgit alors de temps à autre lorsque l’on peut pointer des associations bénéficiant de ses largesses bien qu’étant discutables dans leurs motivations profondes ou dans les personnes associées auxdites associations.

Un second problème surgit dans les méthodes de financement elles-mêmes car il semblerait que dans certains cas, le fil conducteur de l’argent soit assez obscur via des structures plus ou moins fantômes. Nécessité pour empêcher une captation des fonds par le régime en place ou financement occulte et illégal ? Des enquêtes sont menées et nous dirons de quoi il retourne.

De fait, SOROS fait fantasmer tous les complotistes du monde entier.

Il fait également baver de rage tous les membres de la facho-sphère qui voient en lui le gourou ultime anti souveraineté et pro immigration submersive de leur pays tellement chéris qu’ils voudraient les ceinturer de murs pour qu’aucun étranger ne puisse venir le souiller.

Enfin, tous les régimes ou personnages ayant des velléités de dirigisme quasi ou pleinement totalitaire le détestent et le dénoncent comme un agent de l’étranger tentant de déstabiliser leur pouvoir personnel et la légalité de leur régime. Sur ce point les TRUMP, POUTINE, ERDOGAN et tant d’autres sont tous d’accord : SOROS finance de vilaines personnes n’ayant que le but de les renverser ou de mettre leur pays à feu et à sang.

Si ces trois points plaident finalement pour la philanthropie véritable de SOROS tant ces gens ont tendance à essayer de manipuler l’opinion pour faire passer leurs idées délétères, il est quand même un questionnement qui me taraude au fond de moi. SOROS est-il véritablement et totalement philanthropique ou met-il sa fondation au service de ses affaires en promouvant finalement l’ultra-libéralisme avec l’idée de remplacer des dirigeants peu enclin à favoriser son business ?

Ainsi et par exemple, sur les dernières frasques de SOROS et de sa Fondation s’étant mêlés des élections en RDC (République Démocratique du Congo), on pourra savoir si le changement de gouvernance qu’il espère et soutien est la volonté d’une démocratisation réelle ou une simple excuse pour accéder aux richesses de ce pays.

J’espère que mon ami journaliste et les autres pourront un jour nous apporter une réponse.

https://blogs.mediapart.fr/vuvu-akombe/blog/211218/l-afrique-aux-africains

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.