Madame Avia vous êtes une première de cordée.

Je vous ai attentivement écoutée hier soir dans l'émission de Médiapart et je voudrais vous parler de votre basculement de statut, de votre passage de la sphère des prolétaires du 93 à celle des dominants économiques et politiques.

Je vous ai attentivement écoutée hier soir dans l'émission de Médiapart et je voudrais vous parler de votre basculement de statut, de votre passage de la sphère des prolétaires du 93 à celle des dominants économiques et politiques.

Vous prétendez que le moment charnière de votre coupure avec le peuple c'est votre élection de députée en 2017. Vous êtes naïve ou hypocrite ?

Vous avez bénéficié des conventions d'éducation prioritaire initiées par Richard Descoings et je me réjouis de votre réussite, mais vous êtes l'exception, vous savez très bien que cette forme de discrimination positive n'a touché qu'une infime partie des jeunes des banlieues.

En 2008 vous avez été embauchée par Jean-Michel Darrois, un des plus prestigieux avocats de Paris, qui vous charge du secrétariat de la commission dont il est le président à la demande de Nicolas Sarkozy, commission chargée de réfléchir à la réforme de la profession d’avocat. Vous avez déjà au moins un pied dans un autre monde. A cet instant vous êtes vous demandé si vous ne commenciez pas à rembourser la dette que vous aviez contractée en bénéficiant de la discrimination positive ? Ne vous êtes vous pas demandé si votre profil ne servait pas d'alibi à une classe dominante en mal de recherche de diversité ? Votre présence n'était-elle pas là plutôt pour faire croire à l'osmose entre les classes sociales et nier la lutte des classes ? En un mot n'étiez vous pas un retour sur investissement éclair ?

Vous mentez quand vous dites que vous arriviez de votre banlieue quand vous avez fait la connaissance du rapporteur de ladite commission un certain Emmanuel Macron. Il n'est pas venu vous chercher dans le 93 mais chez Darrois, il vous a sélectionnée comme pièce du puzzle du tableau du nouveau monde qu'il était en train de construire, pour y mettre de la couleur mais pas des idées nouvelles. Vous étiez déjà une première de cordée, première à accepter le mode de penser libéral.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.