Seniors au chômage, génération sacrifiée ?

Mois après mois, faute de politiques publiques efficaces, le chômage poursuit sa courbe ascendante. En première ligne: les jeunes. Pourtant érigés en priorité gouvernementale, ils continuent chaque jour d’étoffer les rangs des demandeurs d’emploi. Et ce n’est pas les contrats d’avenir, l’un des principaux dispositifs mis en place pour lutter contre ce fléau par le gouvernement Ayrault, qui ne décollent pas, ou encore les contrats de génération, qui infléchiront cette courbe désespérante.   

Plus inquiétant encore, c’est le chômage des seniors qui explose de manière spectaculaire depuis dix ans sans qu’aucune politique de lutte contre ce phénomène ne soit mise en place. Les plus de cinquante ans sont ainsi plus nombreux parmi les chômeurs que les moins de 25 ans, une réalité qui passe souvent inaperçue lors du rituel mensuel des chiffres officiels du chômage. Deux explications: les seniors sont de plus en nombreux au sein de la population active du fait du recul de l'âge de départ à la retraite mais surtout, plus grave, les employeurs rechignent à les embaucher passés 50 ans.

Si les derniers chiffres du chômage pour le mois de mai, traduisent “une stabilisation” (due à une explosion des radiations pour défaut d'actualisation, + 19.9% en un mois !), ils sont à prendre avec des pincettes car au-delà du chiffre brut, la tendance sur plusieurs mois demeure à la hausse. S'il faut noter une légère diminution du chômage des moins de 25 ans (-0,5%), ce n'est pas le cas pour les plus de 50 ans (+0,6% et +16,7% sur un an). Il faut également souligner une augmentation continue du chômage de longue durée (+ 19% en un an pour les salariés au chômage depuis au moins trois ans). Et les seniors en constituent les principales victimes. Ils représentent plus de 30 % des personnes à la recherche d'un emploi depuis un an ou plus.

A l’heure où le gouvernement envisage d’allonger la durée de cotisation à 43 voire 44 ans pour réformer le système des retraites et où six hommes et femmes sur dix entre 55 et 64 ans n’ont pas d’emploi, Mediapart recherche des témoignages de seniors pour qui retrouver du travail est un vrai parcours du combattant. Contactez-nous à l'adresse rachida.el-azzouzi@mediapart.fr et michael.hajdenberg@mediapart.fr en laissant si possible un moyen pour vous joindre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.