Rachida El Azzouzi
Journaliste
Journaliste à Mediapart

9 Billets

2 Éditions

Billet de blog 9 oct. 2019

La plume de Hajar Raissouni n’a pas sa place en prison

Plus d’une cinquantaine de femmes journalistes, dont je fais partie et venant des quatre coins du monde, apportent leur soutien à la journaliste marocaine Hajar Raissouni sous les verrous depuis plus d'un mois pour avortement illégal et relations sexuelles hors mariage. 

Rachida El Azzouzi
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Depuis le 31 août 2019, Hajar Raissouni croupit dans une geôle marocaine. Cette jeune journaliste a été condamnée à un an de prison ferme le 30 septembre par le tribunal de Rabat pour « avortement illégal » et « relations sexuelles hors mariage ». Deux allégations qu’elle et sa défense rejettent en bloc. 

Arrêtés et jugés en même temps qu’elle, son fiancé soudanais Rifaat al-Amine a écopé d’un an de prison ferme pour « rapport sexuel hors mariage » et « complicité dans un acte d’avortement illégal ; son gynécologue Mohamed Jamal Belkeziz de deux ans ferme et d’une interdiction d’exercer la médecine pendant deux ans pour « pratique régulière d’avortements ».

Deux employés du cabinet médical, Mohamed Baba, un anesthésiste, et Khadija Azelmat, une secrétaire médicale, ont également été condamnés à des peines de prison mais avec sursis (un an pour l’un, huit mois pour l’autre) pour « complicité dans un acte médical non autorisé ».

Free Hajar © FreeHajar Raissouni

Pour toutes celles et tous ceux qui se mobilisent au Maroc depuis des semaines pour la libération d’Hajar Raissouni, cette sentence au terme d’un procès expéditif sonne comme une terrible injustice. En même temps qu'elle braque les projecteurs sur un arsenal de lois liberticides, rétrogrades, qui bafoue les libertés individuelles, les droits des femmes, des minorités et qui prête à toutes les instrumentalisations. 

A l’initiative de militantes marocaines, plus d’une cinquantaine de femmes journalistes - dont je fais partie et venant des quatre coins du monde - apportent leur soutien à Hajar Raissouni dans une vidéo publiée ce mercredi 9 octobre.
Journaliste à Mediapart ou CNN, France 24, Al Jazeera English, France Info, Causette et dans bien d’autres médias à travers le monde, nous soutenons que l’arrestation de Hajar Raissouni est une atteinte à sa liberté d’expression.

Hajar Raissouni est journaliste au quotidien arabophone Akhbar Al-Yaoum. Elle est connue pour avoir des positions critiques envers le régime marocain et pour ses différents soutiens aux mouvements sociaux. 
La plume de Hajar Raissouni n’a pas sa place en prison. 

Rejoignez la campagne et ensemble demandons sa libération immédiate ici et .

Signez également la pétition lancée par Reporters sans frontières ici.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ci-dessous, notre communiqué en arabe, en anglais, en espagnol, en espagnol, en néerlandais, en italien, en allemand

أزيدمنخمسينصحفيةمنجميعأنحاءالعالم،يعلندعمهنلهاجرالريسوني،وهيصحفيةمغربية،حُكمعليهافي30 سبتمبر2019 بالسجنلمدةعامبتهمةممارسةالجنسخارجإطارالزواجوالإجهاض. اتهاماتكذبتهاهيودفاعهابشدة.

في31 غشت  2019 ،وفيخضمحملةقمعضدجميعالأصواتالمعارضة،اعتقلتالسلطاتالمغربيةهاجرالريسوني،28 عامًا،معخطيبها،رفعت  أمان. كماتماعتقالطبيبها  ،الذياتهمبأنهأجهضهاجروكذلكممرضان.

وتعتبرالصحفياتفيشبكةسيإنإن،فرانس24 ،الجزيرةالإنجليزية،ميديابارت،فرانسأنفووكوزيتأناعتقالهاهواعتداءعلىحريةالتعبيرلهاجرالريسوني،الصحفيةالمعروفةبانتقاداتهاللنظامالمغربي،وكذلكبدعمهالمختلفالحركاتالاجتماعية.

هاجرالريسونيمكانهاليسبالسجن،التحقوابالحملةولنطالبجميعابإطلاقسراحهاجرفورا.

------------------------------------------------------------------------

ENG

Over fifty female international journalists around the world voice their support for the moroccan journalist Hajar Raissouni who was sentenced on September 30, 2019 to one year in prison for premarital sex and obtaining an abortion that she repeatedly denies. 

In August 31, 2019, in an ongoing crackdown against political activists, civil society actors and journalist Moroccan authorities arrested Hajar Raissouni, 28, alongside her fiancee, Rifaat Al Amin. The  doctor who allegedly performed the abortion and two of his aids were arrested in the same case.  

Female journalists from CNN, France 24, Al Jazeera English , Mediapart, France Info and Causette believe that the arrest of Hajar Raissouni was to silence her as she was a critical journalist who continuously wrote pieces critiquing state’s policy and supporting social movements. 

Hajar Raissouni’s place is not in prison. Join the campaign and ask for her immediate release. 

-----------------------------------------------------------------------------

ES
Más de cincuenta mujeres periodistas de todas partes del mundo apoyan a Hajar Raissouni, una periodista marroquí que fue condenada, el 30 de septiembre de 2019, a un año de prisión incondicional por acceso carnal fuera del matrimonio y aborto, dos alegaciones que rechaza totalmente. El 31 de agosto de 2019, en plena campaña de represión contra los activistas políticos, agentes de la sociedad civil y periodistas, las autoridades marroquíes arrestaron Hajar Raissouni, de 28 años, con su prometido, Rifaat Al Amin. Su ginecólogo, que presuntamente abortó Hajar, y dos de sus enfermeros fueron arrestados en el mismo caso. Mujeres periodistas de la CNN, France 24, Al Jazeera English, Mediapart, France Info y Causette sostienen que la detención de Hajar Raissouni es un atentado contra su libertad de expresión, periodista conocida por sus posturas críticas hacia el régimen marroquí y su apoyo a los movimientos sociales. Únase a la campaña y juntos, exigimos su inmediata liberación.
------------------------------------------------------------------------
ND


Meer dan vijftig vrouwelijke internationale journalisten over de hele wereld spreken hun steun uit voor de Marokkaanse journaliste Hajar Raissouni die op 30 september 2019 is veroordeeld tot een jaar celstraf voor seks buiten het huwelijk en een abortus. Twee beschuldigingen die zij en haar verdediging verwerpen.
Op 31 augustus 2019,  te midden van een repressie-campagne tegen alle oppositiestemmen, arresteerden de Marokkaanse autoriteiten de 28-jarige Hajar Raissouni met haar verloofde Rifaat Al Amin. Ook de arts die de abortus zou hebben uitgevoerd en twee van zijn assistenten werden aangehouden.
Vrouwelijke journalisten van CNN, Frankrijk 24, Al Jazeera English, Mediapart, Frankrijk Info en Causette geloven dat de arrestatie een aanslag is op de vrijheid de mening van Hajar Raissouni, een journaliste die bekend staat om haar kritische standpunten met betrekking tot het Marokkaanse regime en haar steun voor sociale bewegingen. De plaats van Hajar Raissouni is niet in de gevangenis. Doe mee met de campagne en vraag om haar onmiddellijke vrijlating.
------------------------------------------------------------------------
IT
Più di una cinquantina di donne giornaliste provenienti da quattro angoli del mondo stanno sostenendo Hajar Raissouni, una giornalista marocchina che è stata condannata il 30 settembre 2019 a un anno di carcere per aver avuto relazioni sessuali al di fuori del matrimonio e per aborto. Due accuse che sia lei che i suoi difensori negano con fermezza.
  
Il 31 agosto 2019, nel mezzo di una campagna repressiva contro ogni voce dell’opposizione, le autorità marocchine hanno arrestato Hajar Raissouni, di 28 anni, insieme al suo fidanzato Rifaat Al Amin. Sono stati arrestati anche il suo ginecologo, sospettato di aver fatto abortire Hajar, così come due infermieri.
Giornaliste della CNN, di France 24, Al Jazeera English, Mediapart, France Info e Causette affermano che tale arresto sia una violazione della libertà di espressione di Hajar Raissouni, giornalista conosciuta per avere posizioni critiche nei confronti del regime marocchino e per il suo appoggio ai vari movimenti sociali.
Il posto per la penna di Hajar Raissouini non è la prigione. Unitevi alla campagna e insieme chiediamo la sua immediata liberazione.
------------------------------------------------------------------------
GER
Über 50 internationale Journalistinnen auf der ganzen Welt sprechen sich für die marokkanische Journalistin Hajar Raissouni aus, die am 30. September 2019 wegen vorehelichen Geschlechtsverkehrs und einer Abtreibung, die sie wiederholt ablehnte, zu einer Freiheitsstrafe von einem Jahr verurteilt wurde.
In einem andauernden Vorgehen gegen politische Aktivisten, zivilgesellschaftliche Akteure und Journalisten verhafteten marokkanische Behörden die 28-jährige Hajar Raissouni gemeinsam mit ihrem Verlobten Rifaat Al Amin. Der Gynäkologe, der angeblich die Abtreibung durchgeführt hatte, und zwei seiner Helfer wurden im selben Fall festgenommen.
Journalistinnen von CNN, France 24, Al Jazeera English, Mediapart, France Info und Causette glauben, dass die Verhaftung von Hajar Raissouni sie zum Schweigen bringen sollte, da sie eine kritische Journalistin war, die kontinuierlich Beiträge verfasste, die die Politik des Staates kritisierten und soziale Bewegungen unterstützten.
Hajar Raissounis Platz ist nicht im Gefängnis. Nimm an der Kampagne teil und fordere ihre sofortige Freilassung an.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie
Le courage des Afghanes face aux talibans : « Manifester est bien plus risqué qu’il y a un an »
Un an après leur retour en Afghanistan, les talibans ont mis au pas et invisibilisé les femmes et, pour elles, manifester est de plus en plus risqué, comme on l’a vu ces derniers jours. Entretien sur ce sujet mais aussi sur la grave crise sociale et économique que traverse le pays, avec Hervé Nicolle, codirecteur du centre sur les migrations Samuel Hall.  
par François Bougon
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu