A bas l'outrage! Vive l'ordre!

Manifestation...d'humeur

   Enfin une bonne nouvelle accompagne mon réveil ce matin : la liberté d'expression sera pleine et entière ce vendredi 1er mai 2020. Nous pourrons afficher nos slogans sur la Toile, sur le dos de nos KWay de confinés en sorties dérogatoires dûment munis du papier réglementaire, sur nos balcons, à nos fenêtres. Ouf...mais en ce 1er mai il y a un mais...Attention! Outrages, injures,menaces seront poursuivis et susceptibles de l'amende réglementaire de 135€ ou, pire encore, d'un confinement pénitentiaire en cellule de trois. Il est vrai que les critiques, moqueries et autres remises en cause permanentes de l'action de notre vaillant personnel politique doivent cesser. C'est pourquoi je tiens à rendre un hommage sincère au Président, à ses ministres et conseillers, hauts fonctionnaires de tout poil qui oeuvrent pour le bien commun en cette période de crise.

  En premier lieu notre Président dont la virilité guerrière ne faiblit pas depuis qu'il a pris conscience du danger que représente l'épidémie. Rassurant en jeune Père de la Nation, façon Clemenceau mais la moustache en moins. Faisant fi du confinement et des risques de contagion, on le voit sur tous les fronts, sur toutes les barricades, montrant l'exemple en arborant un masque de choc... Qu'il prenne soin de lui, se lave les mains trente secondes cinq fois par jour, tousse dans son coude, respecte la "distanciation sociale" - en ce domaine il donne l'exemple depuis longtemps - et demeure parfois confiné à lire et réfléchir. Sa santé nous est précieuse.

  Intelligent, à l'écoute du terrain, même si ce n'est que d'une oreille, il est si sollicité! En pleine crise sanitaire imprévisible il a l'humilité de reconnaître, du bout de la langue certes mais c'est un début prometteur, les erreurs et faiblesses de gestion et le le courage d'appeler à l'unité nationale un peuple de gaulois réfractaires et querelleurs. Grave, il nous promet de futurs 1ers mai joyeux et "chamailleurs"...bigre! Il abandonne les premiers de cordée chers à son coeur pour se pencher sur " les travailleuses et travailleurs" privés "des rituels de cette journée" tels des bigotes interdites de messe par le coronavirus. Cependant on se permettra un conseil: pour le 1er mai la cravate rouge est d'usage à défaut du drapeau rouge. Nouveau dans ce nouveau rôle, on lui pardonnera la cravate noire et l'air sinistre de qui enterre les classes laborieuses tout en les célébrant.

  Une pensée affectueuse à sa porte-parole, si bien nommée. Jeune, femme, noire, visiblement en formation, voilà qui devrait clouer le bec des mal-pensants qui dénoncent la faible représentativité des "minorités" dans la vie politique et nient "l'égalité des chances" offerte aux décrocheurs.

  Bienveillance pour le grand Pied Nickelé Premier Ministre: capable de rattraper au lasso les bévues et imprécisions de son entourage y compris le plus haut placé, il incarne cette autorité sévère mais juste dont la nation a tant besoin. Sa capacité d'avaler les couleuvres et d'en faire avaler au bon peuple force l'admiration.On voit là une grande expérience acquise dans l'arc en ciel politique de " l'ancien monde".

  Difficile de rendre hommage à toute cette fine équipe. Mais accordons une mention spéciale à l'ex-ministre de la santé. Fidèle et obligeante, elle a dû lâcher les rênes et priver ainsi le Président de ses conseils avisés concernant l'épidémie pour remplacer au pied levé le candidat LRM à la mairie de Paris, victime d'un accès de priapisme fort mal venu. Le ministre de l'Ecole à la maison mérite lui aussi d'être salué: innovant, précis, cohérent, adepte de la concertation, il marquera son temps.

  Saluons les soutiers de l'Etat à qui nous ne serons jamais assez reconnaissants: hauts fonctionnaires avec ou sans large casquette, imaginatifs, prévoyants, fins connaisseurs du terrain, capables d'esprit critique, dévoués au bien commun, oublieux de leur carrière. Exécuteurs zélés de la politique d'austérité, c'est  grâce à eux que les soignants ont réussi à faire beaucoup mieux avec beaucoup moins, quitte à y laisser leur peau. Grâce à eux que le pays entier est confiné depuis des semaines, bientôt libéré mais ruiné. Là, il semble que l'hommage soit un peu excessif. Mais devons-nous consentir peureusement à l'arrogance et au mensonge? 

  Je propose donc que, matin et soir, les citoyens sifflent longuement tous ces personnages pour leur rendre l'hommage qu'ils méritent depuis longtemps et les encourager à se confiner à leur tour... de façon définitive.

  Enfin, les forces de l'ordre mériteraient une mention spéciale mais cela peut attendre, elles ne sont après tout que le bras armé des précédents.

  Portez-vous bien.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.