Mieux vaut en rire. 2 Chronique télévisuelle

Les jours heureux sont pour demain..

Arte. mardi 21 avril. Documentaire: "Tous surveillés: 7 milliards de suspects". Il faut être sacrément maso pour aimer se faire du mal à ce point  - comme me le reproche souvent ma belle-soeur -  en s'installant dans son fauteuil devant un tel programme. Surtout quand votre chien-réconfort est parti chez votre petit-fils . Mais le pire étant toujours prévu chez moi, je n'allais pas manquer ça.

Et je n'ai pas été déçue.  Deux personnages m'ont comblée. En premier lieu le PDG de la start-up israélienne Anyvision : gros et gras bonhomme assez vulgaire dans sa tenue qui pose la question de base: sécurité versus surveillance par une intelligence artificielle ,sorte de Golem  sécurisant. Il opte pour la sécurité et fait de bonnes affaires à travers le monde y compris avec le maire de Nice. Avec mon détestable mauvais esprit je me dis que si le régime de Pétain avait fait affaire avec ce bonhomme, le fichier juif de la police aurait pu être remisé au grenier de la préfecture de police de Paris. Imaginez un peu, vous scannez tout ce qui porte un nom "judéo-bolchevique", les grands, les petits, les bruns, les blonds et même les roux et vous n'avez même plus besoin de monter les étages et de défoncer les portes. Vous les cueillez discrètement au moment voulu, pas besoin  de stockage au Vel d'hiv, vous régulez les flux selon les besoins de votre donneur d'ordre.

 Conclusion. Je persiste à penser que le monde de demain devrait fonctionner selon le principe de la diaspora tournante pour que chaque peuple fasse l'expérience concrète de l'exil et du vécu minoritaire. Cela freinerait pour un moment les dérives personnelles du nationalisme qu'incarne ce juif israélien qui a visiblement oublié les leçons d'un passé pourtant encore proche. Et ma tendresse va au ministre israélien actuel, juif orthodoxe qui nie les dangers de la pandémie et attend le messie qui va tout arranger . Sa communauté et lui-même toussent et pâtissent du virus. Au moins ils mettent leur foi en accord avec leurs actes.

Le second bonhomme est ce chercheur chinois à face de zombi qui nous vante les bienfaits du "crédit social" mis en pratique par le Grand Timonier du moment.  Selon lui si Macron avait adopté ce truc il aurait évité le péril ...jaune...euh pardon , les Gilets Jaunes. Voilà  qui tombera sans doute dans l'oreille ,pour une fois attentive aux conseils des scientifiques, du jeune homme qui nous sert de président. Marrant,non?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.