Radio Sauvage
Radio itinérante
Abonné·e de Mediapart

48 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2021

Emilio Scalzo, l'activiste italien qui vient en aide aux migrants extradé en France

Emilio Scalzo a été arrêté par la police italienne à son domicile mercredi 1er décembre. Le tribunal de Turin a accepté la demande d'extradition vers la France, alors que l'activiste n'a pas encore été jugé. Une décision qui interroge, alors que "l'activiste infatigable" risque 7 ans de prison. Radio Sauvage est allé le rencontrer quelques jours avant cette décision.

Radio Sauvage
Radio itinérante
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Emilio ! Emilio !"

Mercredi 1er décembre, des policiers en civils viennent arrêter Emilio Scalzo à son domicile, dans le petit village de montagne de Bussoleno. Des forces de l'ordre harnachés de boucliers anti-émeutes empêchent la cinquantaine de manifestants présents sur place d'approcher Emilio. Mais cela n'étouffe pas leurs cris de soutiens. "Emilio on t'aime, tu es un grand homme! A bientôt Emilio!" Le soutien dont bénéficie l'activiste de 66 ans est énorme dans la vallée de Suse et dans toute l'Italie.

Emilio cherché par la police à son domicile mercredi 1er décembre, dans le village de Bussoleno. © Corriere della Sera

Ancien poissonnier, Emilio a été de toutes les luttes ces dernières années dans la vallée. Celle contre le projet de ligne ferroviaire Lyon-Turin, qui menace de défigurer sa vallée en faisant un trou de 58km dans "sa" montagne, mais également aux côté des migrants, en les aidant à s'équiper pour franchir les dangereux cols entre la France et l'Italie. "Si on arrive a intercepter ces gens dans les montagnes, combien on a de possibilités ? Je te parle pas de discours philosophique mais dans l’immédiat qu’est ce qu’on fait ? Comment on fait pour que ces personnes puissent survivre dans nos montagnes ou pas ? Ils arrivent souvent avec des vêtements pas du tout adaptés à la haute-montagne, et je me demande comment c’est possible que la solidarité aux frontières soit autant criminaliser" livre Emilio à Radio Sauvage.  Le 16 septembre dernier deux afghans sont morts en voulant franchir la frontière franco-italienne à travers les montagnes.

Un drapeau de la lutte No-Tav dans la vallée de Suse © Justin Carrette

Pour son engagement, qui a fait retentir le son de ces luttes à travers toute l'Italie, Emilio a été pourchassé par la police. Aller-retour en prison, pression des pouvoirs publics..."A certains moment, on m'avait interdit de circuler dans quasiment tous les villages de la vallée, c'était compliqué pour exercer mon métier. " Dès qu'il le peut, Emilio prend part aux manifestations de soutien aux sans-papiers. Il y a quelques mois, il a participé à l'une d'entres elles dans le village de Clavières, à la frontière française, pour protester contre la traque policière des sans-papiers, qui obligent ces femmes, ces hommes et ces enfants à emprunter des chemins toujours plus dangereux et mortels pour arriver en France.

La manifestation a tournée court lorsque les CRS français ont fait usage de gaz lacrymogènes et de grenades assourdissantes. "Moi je ne pouvais pas partir, j'ai une attelle au genou, j'étais assis et en retrait de l'action", précise Emilio à Radio Sauvage. "Les CRS ont continué à avancer vers moi et m'ont lancé une grenade explosive dessus, j'étais sonné" poursuit-il, "j'ai saisi un bâton en bois à côté de moi pour me défendre. Un CRS a essayé de me frapper avec sa matraque et j'ai riposté, je lui ai fracturé le bras". Emilio est en effet une force de la nature. Malgré ces 66 ans, sa taille, sa voix rauque et sa manière de parler avec les mains impressionnent. 

Cet incident lui a valu une assignation à résidence pendant deux mois, en attendant la décision de la cour de Turin pour une éventuelle extradition en France. "Je sais ce qu'il s'est passé et j'espère qu'il y a une vidéo. On verra que ce sont les gendarmes qui m'ont attaqués et que je n'ai fait que me défendre". Fin novembre, la justice italienne a donc tranchée en acceptant l'extradition en France, alors qu'Emilio n'a pas encore été jugé. Dans un article de Lundimatin, qui rappelle le caractère inédit de cette décision de justice, l'analyse du journaliste italien Frank Cimimi est reprise ;

 « A l’évidence, l’Italie était impatiente de dire oui à la France au niveau de la répression des mouvements contestataires et le moment est arrivé. (…) Il est impossible de ne pas mettre en relation l’arrestation d’Emilio Scalzo avec les joutes répressives en cours entre la France et l’Italie. Avant tout, il y a l’affaire des extraditions relatives à neuf ex-militants de groupes de la lutte armée pour des faits remontant à quarante et cinquante ans, arrêtés à Paris puis remis en liberté provisoire en attendant le résultat d’un processus politique et judiciaire qui s’annonce long et complexe. Pour l’instant l’Italie a été invitée à compléter les dossiers relatifs à chaque cas particulier. En outre, la Cour de justice européenne devra d’ici la fin de l’année fixer une date pour l’audience à l’issue de laquelle elle décidera de la compatibilité du délit de « dévastation et pillage » avec l’ordre juridique français. En l’occurrence, il s’agit de l’histoire de l’anarchiste Vincenzo Vecchi condamné en Italie à 12 ans de réclusions pour des faits relatifs aux manifestations du G8 de Gênes durant l’été 2001 et pour lequel l’Italie demande une extradition qui pour l’heure a été refusée. (…)

Durant son assignation à résidence qui a duré deux mois en attendant la décision de la Cour de Turin, des centaines de personnes de toute l'Italie se sont relayées pour venir apporter leur soutien à Emilio. Ce grand gaillard de 66 ans accueille tout le monde. Offre une bière, une part de pizza et discute de tout et de rien. Des grands drapeaux NO-TAV (du nom de la lutte contre le projet de train Lyon Turin) fleurissent devant son entrée. "Regarde, c'est ça qui me fait tenir. Avoir autant de soutien, autant de personnes qui savent que ce qu'on fait ici à la frontière est juste".

A peine embarquée par la police, une cinquantaine de soutiens se sont également réunis devant la prison de Turin, où Emilio est incarcéré en attendant son extradition. 

Manifestation devant la prison de Turin © Corriere della Sera

En France aussi, la contestation s'organise. Une manifestation est prévu à Clavières ce samedi décembre à 13h, pour "la liberté d'Emilio et de toustes"

 Après un nouveau drame et le nauvrage d'une embarcation au large de Calais mecredi 24 novembre, coûtant la vie à 27 personnes, le ministre de l'Intérieur français Gérald Darmanin déclarait qu'il "faut contrer les passeurs [...] les vrais responsables sont les exploiteurs". Pour Emilio et tous les anonymes  qui viennent en aide aux  migrants, c'est justement face à l'irresponsabilité des gouvernements français et italiens qui traquent les sans papiers à travers les montagnes ou lacèrent les tentes à calais que s'est construit leur engagement. Celui de tracer des itinéraires "sûrs" dans les montagnes, de pallier aux manquements des gouvernements, et de proposer des lieux d'accueil et d'informations pour aider les milliers de personnes qui fuient leur pays pour tenter leur chance en Europe.

Pour écouter le podcast de Radio Sauvage ca se passe ici :

Pour passer par une autre plateforme que Spotify

Emilio Scalzo, figure de la solidarité avec les migrants et de la lutte No-Tav dans la vallée de Suse | Radio Sauvage | Ecoutez hearthis.at

Pour soutenir Radio Sauvage et le contenu qu'on vous propose gratuitement

: Radio Sauvage – Tipeee

Justin Carrette

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès