Radio Sauvage
Radio itinérante
Abonné·e de Mediapart

51 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 juil. 2021

Au Pays Basque, les paysans luttent pour conserver des terres nourricières

Radio Sauvage s'arrête aujourd'hui au sud de Biarritz, dans la commune d'Arbonne. Depuis plus d'un mois, des paysans et des habitants du coin occupent un domaine de 15 hectares, destiné à être vendu plus de 3,2 millions d'euros à une fortune parisienne. Les militants protestent contre l'accaparement de ces terres nourricières, dans une région qui importe 80% de ses fruits et légumes.

Radio Sauvage
Radio itinérante
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

[PODCAST] "OKUPAZIOA!". Difficile de rater le domaine occupé dans la commune d'Arbonne, au Pays Basque. Ce dimanche, une centaine de voitures sont garées aux abords du lieu, jusque dans la commune. Nous qui pensions arriver dans une sorte de ZAD, avec des barricades et une vigie pour contrôler les entrées, cela ressemble plus à une fête de village. Une banderole est tout de même accrochée au barbelé qui délimite le domaine. "La terre doit être nourricière".

La banderole accrochée devant le domaine occupé. © jus

On entend même de la musique au loin, mais plus on se rapproche, moins on comprend les paroles. Evidemment, c'est du basque. L'ambiance "fête du village" se confirme. Une buvette est installée, les groupes s'enchaînent sous la tonnelle prévue à cet effet. Des familles sont installées sous des tentes, et tout le monde à l'air de se connaître ou presque. Une pétition et une caisse de solidarité sont également à disposition. Les slogans sont systématiquement traduits en basque, comme les discours qui ponctuent l'après-midi et nous rappellent pourquoi on est là. 

Une ambiance "fête du village" à Arbonne

On comprend rapidement les enjeux de cette lutte. Comme souvent au Pays Basque, de riches fortunes souhaitent acheter des terres, parfois nourricières comme ici à Arbonne, pour y construire des résidences secondaires. Pour ces fortunes, qui passent parfois une semaine par an dans la région, acquérir des terres dans le Pays Basque est un moyen de parader, de s'afficher auprès de sa classe sociale. Les terres s'arrachent à des prix exorbitants, ce qui contribue à faire grimper le prix du foncier, déjà particulièrement élevé dans la région, et alimente cette bulle spéculative.

© jus

Après avoir profité du concert et de la buvette, on écoute attentivement les discours de celles et ceux qui sont à l'origine de cette occupation. Notamment les représentants du syndicat agricole ELB (la branche basque de la Confédération Paysanne). Tou.t.e.s appellent à amplifier la mobilisation. Isabel Capdeville, membre de Lurzaindia, une structure qui rachète les terres pour qu'elles conservent leurs vocations nourricières en les louant à des paysans, prend le micro. "C'est la lutte des classes qui se joue ici ! Ces gens là nous prennent pour des gueux, on est des petits pour eux. On a juste le droit aux miettes et encore!"

Isabel Capdeville, membre de Lurzaindia © jus

Après son discours devant la centaine de personnes réunies, nous allons voir Isabel Capdeville pour qu'elle nous explique les enjeux de cette lutte, ici à Arbonne.

L'interview est à retrouver ici ;

Si vous souhaitez écouter le podcast dans son intégralité sans passer par Spotify ; Route des luttes #4 Au Pays Basque, forte mobilisation des paysans et de la population pour conserver des terres agricoles, menacées par la spéculation foncière | Radio Sauvage | Ecoutez hearthis.at

Pour soutenir  Radio Sauvage  ! : Radio Sauvage – Tipeee

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine