La mort de John Wayne

"Big C." C'est ainsi que John Wayne surnomme son cancer. Un ennemi de 15 ans. Mais, le 11 juin 1979, le vieux cow-boy succombe à l'UCLA Medical Center de Los Angeles. À 72 ans.


Marion Morrison naît le 26 mai 1907 à Winterset, en Iowa. Son deuxième prénom est, selon les sources, Michael, Mitchell ou Robert. Son père est un petit pharmacien qui a du mal à faire vivre les siens et déménage souvent. En 1916, il s'installe avec sa famille près de Los Angeles. Bon élève, le jeune Marion décroche aussi une bourse de l'université de Californie grâce à sa taille - 1,93 m - et à ses performances au football. Il est remarqué par la star de l'époque, Tom Mix, et se fait engager comme accessoiriste sur un tournage, en 1928, puis comme acteur. Mais ses débuts sont difficiles : il est surtout figurant. John Ford le repère, puis Raoul Walsh, qui l'engage pour "La piste des géants" ("The big trail"), en 1930. C'est alors qu'il devient John Wayne. Mais c'est un échec commercial.


Pendant 45 ans, il enchaîne les films - il en tournera plus d'une centaine, essentiellement des westerns. En 1938, "La chevauchée fantastique" le sauve d'une carrière jusque-là vouée aux séries B, et il s'impose dans "Le massacre de Fort Apache", "La charge héroïque", "Rio Grande", "Rio Bravo", "La prisonnière du désert", "L'homme qui tua Liberty Valance"... Dans "La rivière rouge", il affronte Montgomery Clift, avec qui les tensions sont bien réelles sur le plateau, mais cela donne un exceptionnel moment de cinéma. En 1960, sort le premier des 2 films qu'il réalise : "Alamo". Il y joue Davy Crockett. En 1969, il décroche un Oscar pour "Cent dollars pour un shérif". Son dernier rôle est dans "Le dernier des géants", en 1976.


Connu pour ses opinions conservatrices et son caractère un peu "macho", John Wayne incarne à jamais une certaine idée du patriotisme américain.

En illustration, la "une" du "Daily News" du 12 juin 1979. En illustration, la "une" du "Daily News" du 12 juin 1979.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.