ramijouan
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 nov. 2021

ramijouan
Abonné·e de Mediapart

covid-19, lettre à Macron.

J'ai souhaité écrire une lettre au Président Macron, Médiapart m'a semblé être un facteur approprié pour l'acheminement de ce courrier, eu égard à son adhésion béate à la doxa officielle tout au long de ces 18 mois passés.

ramijouan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur le Président, je vous fais une lettre que vous lirez peut-être si vous avez le temps...

Vous nous avez dit que nous sommes en guerre, alors expliquez -nous :

  • pourquoi avez-vous divisé vos troupes en deux ?

    en France, il y a environ 220 000 médecins dont 100 000 généralistes...ces derniers ont été mis sur la touche...en disant aux patients « restez chez vous, prenez du doliprane, si ça se gâte allez à l'hôpital »...en interdisant aux généralistes de soigner ( interdiction par exemple de prescrire HCQ par décret)...en instrumentalisant l' Ordre des médecins chargé de poursuivre les récalcitrants qui soignaient et qui essayent encore de soigner leurs patients.

    Curieuse façon de faire la guerre

  • pourquoi continuez- vous à détruire l'hôpital ?

On avait cru comprendre qu'il fallait protéger l'hôpital d'un afflux de malades, notamment les services d'urgences...mais pourtant en 2020, 5000 lits de plus ont été fermés.

Curieuse façon de faire la guerre

  • pourquoi ne pas avoir traité précocement les patients ?

On sait depuis de longs mois que des traitements précoces existent : laissons de côté l'HCQ tellement injustement contestée ( et pourtant le protocole Raoult a été et est toujours utilisé dans nombre de pays), il y a les antibiotiques macrolides et aussi l'Ivermectine qui a sauvé beaucoup de monde ( en Inde par exemple)

Non, vous avez préféré utiliser vos fameux gestes barrière (masques, confinement) dont l'inutilité semble de plus en plus démontrée, sur le plan scientifique...vous auriez pu proposer de la vitamine D pour renforcer le système immunitaire, ou encore le Zinc...mais non, ni l'an dernier, ni cette année vous n'en avez parlé.

Vous avez préférez faire peur à tout le monde en répétant à l'envie « il n'y a pas de traitement »...on sait que le stress diminue les défenses immunitaires...vous avez volontairement créé et entretenu le stress des Français...personne n'a oublié votre croque-mort télévisuel venant énumérer chaque soir le nombre de morts.

Curieuse façon de faire la guerre

  • pourquoi avez-vous prescrit du Rivotril dans les EPAHD ?

Cette prescription généralisée porte un nom : euthanasie. Vous avez éliminé les personnes âgées au lieu de les soigner.

Votre façon d'envisager le soin est curieuse , non ?

  • pourquoi avez-vous rendu obligatoire la « vaccination  » pour les soignants ?

Vous pensiez renforcer l'hôpital ou mieux le détruire en éliminant 10% de ses personnels?

Les déserts médicaux n'étaient pas en nombre suffisant ? Il fallait en créer d'autres ?

  • pourquoi la « vaccination » est-elle toujours obligatoire pour les soignants ?

Alors qu'elle n'empêche pas d'attraper le virus et de le transmettre, alors qu'on s'interroge sur son efficacité et que sa dangerosité semble se confirmer dose après dose.

Curieusement, la 3 ème dose n'a pas été rendue obligatoire pour les soignants...vous n'en avez pas soufflé mot le 9 novembre...début de reculade ?...aveu d'impuissance ?

                                                                                              ***

Nous sommes de plus en plus nombreux à penser en France que vous menez cette guerre en dépit du bon sens et que vous êtes responsable du décès de plusieurs dizaines de milliers de patients français.

Nous sommes de plus en plus nombreux à penser en France que vous serez un jour jugé pour crime contre l'humanité.

Nous sommes de plus en plus nombreux en France à nous sentir en état de légitime défense car voyez-vous, Monsieur le Président, c'est aux Français que vous avez déclaré la guerre.

Il est maintenant trop tard pour démissionner de vos fonctions, trop tard pour faire marche arrière...il y a eu trop de morts, de mensonges, de manipulations...vous avez voulu la guerre, vous l'aurez et si par chance la mort vous épargne vous serez recherché, arrêté, jugé et la sentence sera exécutée.

Rami 11 novembre 2121

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière