Covid 19 le bilan: médecine et science

Toute crise est riche d'enseignement: le vernis quotidien craque, les masques se fissurent et dans les interstices ruissellent en cascades des instants de vérité qui jettent une lumière crue sur nos erreurs et nos petits arrangements.Ne boudons pas le plaisir de ce bref voyage dans les coulisses du monde...

 

La crise sanitaire touche à sa fin c'est le moment de tirer les conclusions et les marrons du feu avant que la crise qui s'annonce, économico-politico-sociale celle-là, ne vienne tout cramer.

 

Les malades:

Il y aurait beaucoup à dire sur eux, beaucoup de vieux parmi eux, des vieux qui avaient fait leur temps et qui ont pris le large et c'est très bien comme ça. 

J'ai trouvé quand même que certains n'ont pas joué le jeu correctement...la Science leur avait dit " on vous a testé, vous avez le ou la covid 19, restez chez vous, prenez du Doliprane et si vous avez des difficultés respiratoires appelez le Samu"

Ils auraient pu restez chez eux, manger leur Doliprane comme indiqué et partir dans la dignité. Quand on mange suffisamment de Doliprane, on s'en va dans la dignité, c'est l'un des enseignements scientifiques de cette crise.

Non, beaucoup on choisit d’appeler le Samu...s'en est suivi les embouteillages que l'on sait dans les services d'urgences et de réanimations hospitaliers...des décennies d'économies, de suppression de lits et des emplois qui vont avec...tout ce dispositif parcimonieux tissé par des générations de technocrates efficaces...tout ce puzzle remarquable de gestion au fil du jour, en flux tendu, en file active...bref toute l'horlogerie financière de l'économie hospitalière mise à mal par l'indécence de certains qui ont voulu survivre à tout prix, tous ensemble, sans rendez-vous pris à l'avance...la pagaille, le bordel, la cacophonie dans le meilleur système de santé du monde...réellement certains usagers n'ont pas su être des patients à la hauteur de la crise.

 

Les soignants:

Là aussi, beaucoup de choses à dire...il y a eu des bons et des mauvais

Les mauvais

On les avait déjà repérés depuis des mois voire des années...toujours à ronchonner, à se plaindre...manque de moyens, manque d'effectifs, manque de lits...et bien, ils ont continué sur leur lancée: manque de masque, manque de test, manque de sur-blouse et j'en passe.

 Une litanie de jérémiades a donc dû être supportée tout au long de cette pandémie, par l'ensemble des Français. Tellement insupportable que certains de nos compatriotes ont décidé de se réunir tous les soirs à 20h et de déclencher des rafales d’applaudissements pour couvrir le bruit de ces plaintes lancinantes.

A ceux-là, connaissant leur goût pour le clinquant et les manifs notre président a su répondre habilement par des médailles, des promesses de réformes et un défilé le 14 juillet ! Bien joué Président !

Le plus mauvais: un marseillais.

Un certain Raoult, devenu prof de médecine à force d'user ses pantalons sur les bancs de la faculté et vraisemblablement de terroriser nombre de ses camarades et de ses maîtres. Je ne dirais rien de son look détestable, de ses tics de barbu tyrannique et de sa réputation sulfureuse, tout a déjà été dit.

Je voudrais me concentrer sur l'essentiel, dont on a trop peu parlé. Ce prof de médecine a prétendu avoir mis au point un traitement capable de soulager les malades et parfois de les guérir et même de diminuer le nombre de ceux qui devaient mourir. Bon, après tout c'est son métier, on ne peut pas le lui reprocher, avant d'avoir été prof, il a été médecin, il a appris à soigner, on peut donc accepter qu'il soigne.

Par contre il y a soins et soins. Un sou est un sou,  disait ma grand-mère que Raoult n'a pas connue et c'est bien dommage pour lui. 

Il faut savoir que le soin s'exerce scientifiquement ou ne s'exerce pas, c'est le B.A. BA de la médecine moderne...guérir n'est rien, sauver des vies est indécent, nul et non advenu tant que la méthode scientifique n'est pas appliquée selon le code prescrit par la Communauté Scientifique.

Un médicament se fabrique dans un laboratoire, il est testé in vitro, puis sur l'animal, l'homme sain parfois...et au final sur l'homme malade.On fait des groupes, groupes de malades, groupes appareillés,groupes témoins, la prescription est en double aveugle...il y a des médecins-prof-testeur-de-molécules qui surveillent tout ça...on compte...on calcule...on mesure...on publie. Bref, c'est de la science...ça coûte cher...mais la santé n'a pas de prix n'est-ce pas ?

Dans ce contexte l'émergence d'un nouveau virus est intéressante, une épidémie...mieux encore une pandémie...les calculettes scientifiques s'affolent...les Scientifiques se disent:" chouette on va faire un nouveau médicament"...les médecins-prof-de-médecine-testeurs-de-médicaments s'affairent: pressing, coiffeurs, rendez-vous TV, l'air sérieux devant les caméras,se sont des spécialistes,ils ennoblissent les émissions par leurs mots, on les voit partout, ce sont des héros et des savants...

...en plus ils savent qu'il va falloir tester une nouvelle molécule. Le Labo fait la molécule, le prof-testeur fait les groupes de malades, le Labo prescrit le protocole, le prof-testeur applique le protocole, le Labo fait le chèque, le prof-testeur encaisse le chèque... chaque malade inclus dans un test c'est 1000 à 2000 euros pour le prof-testeur...ce n'est pas rien, il va changer de voiture, ou agrandir sa piscine et de ce fait... suivant la technique du "ruissellement", un bon virus va enrichir certains et puis d'autres...et puis d'autres encore l'argent va ricocher...ruisseler...au final c'est des gouttelettes en bout de chaîne...c'est du beurre dans les épinards, mais c'est des sous tout de même...et un sou est un sou disait ma grand-mère.

Et le Marseillais qu'est-ce qu'il nous fait ! Il nous dégote un vieux médicament déjà testé, tombé dans le domaine public, un médicament qui a fait son temps, un médicament qui n'enrichira plus personne...envolé le ruissellement !

Ce n'est pas des manières ça... c'est une mise en péril d'un système d'enrichissement scientifique pour actionnaires honorables et pour médecins testeurs dont on a déjà dit qu'ils sont des héros et des savants, la crème de la société, des gens bien-pensants , propres sur eux, bien rasés...des premiers de cordée pour la plupart.

En plus, le Marseillais reste à Marseille ! les TV doivent lui mendier des interviews et se déplacer tout en bas de la carte ! 

Heureusement que le Président  est là, il est descendu à Marseille lui aussi, c'est sûr qu'il lui a passé un savon à Raoult, qu'il lui a appris la politesse et surtout la méthode scientifique du ruissellement...bien joué Président !

Les bons

Nos héros quotidiens, nos testeurs-prof-des-laboratoires...ils ont tenu la boutique...au four et au moulin...24h/24h au lit du patient... 24h/24h dans les studios de TV, sans rechigner, tous les jours à enseigner les bons gestes, à confirmer que les masques ne servent à rien si on en a pas, mais qu'ils deviennent utiles quand on en a...que les tests sont dans la même situation d'utilisation scientifiquement prouvée et efficace suivant les stocks disponibles...

....et gâteau sur la cerise...24h/24H au Labo...ils ont démontré tous les dangers potentiels catastrophiques de cette putain de chloroquine...70 ans de génération de médecins ignorants qui l'ont prescrite sans mesurer tous ces risques vitaux encourus...ouf ! il était temps !

...enfin cette saloperie est interdite en France ! grâce à eux !

...pour eux... c'est sûr...ils auront des petits fours dans les jardins de l'Elysée, pour le 14 juillet...bien joué Président !

 

Un mot sur les politiques, les journalistes scientifiques et quelques autres: en tous points remarquables.

 

Voilà, l'épidémie est finie, le bilan est fait,  je pars en vacances... Aude, ma secrétaire est déjà partie...personne n'est là pour corriger mes fôtes d'orthograve...zut !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.