Rituel d’applaudissements de 20h : l’homme dans toute son humanité.

Au cœur de la crise du coronavirus, une extraordinaire initiative citoyenne s’est mise en place. Tous les soirs à 20 heures, de nombreux habitants des villes du pays, saluent par des applaudissements, des cris et des bruits de toutes sortes, le courage et la dévotion de tous ceux qui sont en première ligne dans ce combat contre le coronavirus en particulier le personnel hospitalier.

Tous les soirs, de nombreux Français applaudissent le personnel soignant depuis leurs fenêtres ou leurs balcons. © ©La Voix Le Bocage Tous les soirs, de nombreux Français applaudissent le personnel soignant depuis leurs fenêtres ou leurs balcons. © ©La Voix Le Bocage

 

Au cœur de la crise du coronavirus, une extraordinaire initiative citoyenne s’est mise en place.

Tous les soirs à 20 heures, de nombreux habitants des villes du pays, saluent par des applaudissements, des cris et des bruits de toutes sortes, le courage et la dévotion de tous ceux qui sont en première ligne dans ce combat contre le coronavirus en particulier le personnel hospitalier.

Mais ce rituel sert aussi sans nul doute, à rappeler aux autres, au monde, qu’on existe ! Comme le cri d’une âme, qui depuis presque deux mois maintenant, est plongée dans une profonde solitude.

A la faveur de cette crise, chacun de nous se rappelle tous les soirs à 20 heures, toute l’importance de l’autre. On se souvient que la vie n’a pas de sens sans l’autre. On se souvient qu’elle est dénuée de saveur.

Et pourtant, c’est ce même autre qu’on dénigre, qu’on méprise, qu’on piétine, qu’on insulte, qu’on rabaisse et quand il n’est plus là qu’on pleure.

Quel triste paradoxe qu’est la vie de l’Homme sous le soleil ; un paradoxe qu’il nous est demandé désormais de briser, en souvenir de ces mois de confinement, en souvenir de la tristesse et de la solitude dans lesquelles nous avons été plongées, en souvenir de cette vie pour laquelle nous nous sommes battus, en souvenir des sacrifices que nous avons fait, individuellement et collectivement pour que la vie triomphe sur la mort.

 Alors n’oublions pas demain, ce que nous avons vécu ensemble hier !

Que cette crise soit l’acte fondateur d’un monde nouveau où l’autre aura toute la place qu’il mérite d’avoir dans notre cœur ; pour lui mais surtout et avant tout pour nous !

Que l’humanisme que nous avons su démontrer durant cette crise, soit la pierre angulaire sur laquelle sera bâtie le monde post COVID-19.

Puisse Dieu nous y aider.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.