Il ne faudrait pas donner à cet épisode plus de place qu’il n’en mérite. La vie ici comme ailleurs ne peut faire l’économie d’affrontements.


Mais ici plus qu’ailleurs, où pour des raisons différentes, des personnes très différentes sont venues se côtoyer et participer à une belle idée, la liberté, naturellement frondeuse, s’expose à des contraintes fortes.

La machine est sur les rails, elle avance, brillante, pour un voyage en liberté numérique. Dans les wagons, des clients-citoyens, consommateurs participatifs de l’information dont le Net est devenu le vecteur le plus démocratique. Pour la liberté d'y dire.

L’équipée est en route vers l’échange et la rencontre.

Aux fenêtres, propre sur soi, on se frotte les coudes au défilé du paysage si beau. La vitesse du mouvement, sa noblesse, n’accordent que peu de place aux incidents du voyage, sur lesquels on ferme les yeux à défaut de les détourner pour ne pas voir.

Quoi, un problème de fonctionnement, quand tout avait été prévu avant le départ ? Quoi, on se serait trompé ?

 

Au cours de tel voyage, à la lumière des outrances langagières et de la terreur manipulée qui s’installe, ne pas convenir que des tuyaux de la Charte sont percés et méritent révision, ne pas porter le regard sur la soute à charbon qui prend l’eau, c’est tout simplement se résoudre à voir s’arrêter le convoi. Pour le moins, la belle idée.

 

Aux points intermédiaires, après avoir, signalé en temps réel d’éventuelles dysfonctions aux responsables du convoi, excédé d’une charte qui produit le présent, au constat que la mallette de réparation est vide, un voyageur met le pied à quai. Jusqu’à la prochaine correspondance.

Moins un. Il n'est que ça: moins un.

 

- 1, ce n’est pas grand-chose. Mais -1, c'est évolutif.

C'est un chiffre qui tourne en rond et qui n'a pas d'importance tant qu’on ne tourne pas le regard vers les chiffres qui peuvent suivre. Parce que un chiffre isolé, ça ne veut rien dire. Il n'a d'importance que parce qu'il y a les autres.

Les chiffres peuvent être infinis quand les mots jetés en pâture n'ont plus de sens et qu’on regarde sans broncher jeter le discrédit. De quel côté qu’on se tourne.

On n’en parle plus ? Alors, c'est indifférent.

Mais l’indifférence, qui peut faire chuter à 0 une belle idée, tiendrait du calcul ? Si c’est le cas, c'est différent.

En conséquence, parfois, la tangente s'impose.

 

Sur le boulier aux touches rondes de Médiapart, aujourd'hui, racine carrée moins un représenté géométriquement ne s’inscrit plus dans les comptes qui font les bons amis mais dans la fosse aux libertés de dire.

 

Par manque d'air, ailleurs on s’entre-tue pour la liberté.

 

 

++

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.