Syrie:"Le barrage (de Tabqa) ne présente aucune atteinte à sa structure"

Certains médias crient à la catastrophe, à propos du barrage de Tabqa en Syrie qui serait sur le point de s'effondrer. Il semblait important de laisser la parole à un spécialiste de la question, qui par ses connaissances nous donne son analyse de la situation réelle du barrage.

Interview de Ludovic Leroy, ingénieur

  • Pouvez-vous présenter votre métier ainsi que votre parcours ?

 

J'ai 38 ans, je suis ingénieur mécanicien de formation. J'exerce aujourd'hui le métier d'ingénieur formateur au sein de l'IFPEN (Institut Français du Pétrole Énergies Nouvelles). Ma mission consiste à former des techniciens et ingénieurs dans le domaine de l'exploitation et la maintenance des turbomachines. Je suis donc amené à intervenir sur des sites pétroliers et de production d'énergie du monde entier, avec une prédilection pour le Moyen-Orient et l'Afrique. J'ai auparavant travaillé au sein du groupe Airbus Helicopters sur des activités civiles et militaires. A titre personnel j'interviens auprès d'une équipe de la Red Bull Air Race en tant qu'ingénieur aérodynamicien. Je suis pilote également.

 

  • Quelles connaissances possédez-vous sur le barrage Tabqa ?

 

Mes connaissances du barrage de Tabqa sont essentiellement issues de mes recherches sur internet après avoir relevé quelques éléments flous sur les conséquences liées aux combats intervenus sur ce point stratégique.

J'interviens de temps en temps sur des installations de ce type dans le cadre de mes formations, chez EDF notamment.

 

Le barrage de Tabqa est de type barrage remblais. C'est à dire qu'il est principalement constitué d'un talus de matière meuble (roches, argiles) qui s'étend sur 4500m. Ce talus mesure environ 60m de haut, son sommet 19m de large et sa base 512m. Aux extrémités on y trouve une usine hydroélectrique et des vannes de trop plein au Sud (lieu du bombardement) et des vannes écluses au Nord, alimentant un canal irriguant la rive Nord de l'Euphrate.

L'usine hydroélectrique est équipée de 8 Turbines entraînant des générateurs ayant une puissance totale de 824MW. Cette usine n'a jamais produit plus de 150MW. qui s’explique par un débit d'eau en provenance de la Turquie trop faible(s )et des problèmes de maintenance récurrents.

barrage-1
barrage-1-1
barrage-1-2

 

 

 

 

 

 

Il est important de noter la présence :

  • d'un barrage à 15km en aval de Tabqa (irrigation et production électrique) permettant d'absorber d'éventuels problèmes de régulation de l'eau depuis Tabqa.

  • d'un barrage à 50km en amont de Tabqa en direction de Manbij qui peut réguler le débit arrivant à Tabqa

Ces deux installations relativisent déjà grandement le rôle singulier de Tabqa sur le risque de crues noyant Raqqa.

barrage-2

 

  • Vous avez analysé les images diffusées par Daech sur le barrage. Que pouvez-vous nous en dire ?

 

Les frappes ont été très bien décrites dans la video. On y voit des impacts au niveau de l'usine hydroélectriques. Ces images ont été d’ailleurs très bien commentées par d'autres internautes en particulier sur l’angle du matériel d’armement, notamment Jean Marc LAFFON @aquila2407 .

barrage-3

 

On y voit les impacts de bombes guidées laser type BLU 109. Ce type de bombe est confirmé par les images qui montrent une de ces bombes quasi intacte. On peut supposer que cette bombe était en fait inerte et ne visait qu’à endommager les installations électriques de contrôle du barrage à cet endroit. De même, on y voit clairement un local électrique incendié. Or il ne s’agit nullement de la salle des machines générant l'électricité située tout en bas du bâtiment au pied du barrage.Par contre il est quasi certain que le système de contrôle du barrage a été rendu inopérant par cette frappe.On peut en déduire que les frappes n’ont pas touché le barrage lui même qui je le rappelle est constitué du gros talus sur le haut de la photo.

La zone centrale que l’on peut voir entre les deux bâtiment concerne les vannes de trop-plein. Elles sont actionnées par deux gros verins hydrauliques. Sans électricité sur le barrage (sûrement le cas) elle ne peuvent être actionnées. Par contre elles peuvent l'être à l’aide du treuil situé dans la structure mobile sur rail qui elle, peut se déplacer au dessus de la vanne à lever si nécessaire. Voir ci dessous.

barrage-4

Ce que personne n'a noté c'est que cette grue a été frappée par ce qui semble être un missile. Un impact(e) de faible diamètre (je pense à un missile type Hellfire) est visible sur le toit : une frappe propre visant clairement à rendre cette grue inopérante. Du coup, impossible pour Daesh d'ouvrir les trop-pleins dans le but d’inonder la vallée. (scénario imaginable dit de terre brûlée dont Daesh est coutumier en cas de retraite).

Il faut savoir que les turbines sont alimentées par des canaux sous le barrage non visibles équipés de vannes, certainement bloquées car non opérationnelles) sans électricité. Le peu de remous en aval me fait dire qu'elles sont fermées et que les turbines sont à l'arrêt. Certains ont parlé de salle des machines inondées et atteste de la présence d'huile à la surface du lac. Les turbines étant situées en bas, il n’y a donc aucun risque que cela soit lié à l'immersion de la salle des machines. Ci dessous un schéma de principe de l'installation :

barrage-5

 

  • Quels types de dommages pourraient entraîner des risques pour les populations civiles en aval ?

 

Une frappe sur la zone des vannes de trop-plein pourrait générer un afflux d’eau soudain dans l'Euphrate, ce qui pose un problème. Car dans le même temps il faut que le niveau d’eau descende en deçà de la limite normale des trop-pleins. Cela représente beaucoup d'eau mais en même temps le barrage (donc le cours aval) a été conçu pour cela. D’ailleurs ce phénomène arrive quasi tous les ans. On peut le constater par exemple au barrage de Serre Ponçon en France

Ceci-dit, une atteinte du talus serait elle catastrophique ! Mais pour détruire un talus de 60m de haut et 512m de large à sa base, il n’est pas nécessaire d'être artificier pour en déduire qu'il faudrait utiliser une énorme quantité d'explosifs.

 

De plus, il est essentiel de rappeler que Tabqa n'est que le deuxième barrage d'une série de 3 ouvrages du même type en amont de Raqqa.

Imaginons que les vannes Sud de Tabqa ne soit plus capables de contrôler le débit aval. Il reste les vannes Nord qui évacuent un débit conséquent dans le canal d'irrigation. Des images sont apparues aujourd'hui montrant un débit. Si ce débit n'est pas suffisant alors le barrage situé en aval régulera les débordements via les vannes trop-plein Sud. Et même dans ce cas le barrage amont de Manbij pourrait réduire le débit alimentant le lac Assad fermé par Tabqa. Rappelons également que nous allons entrer dans une saison plutôt sèche.

 

  • Plusieurs organisations et médias comme l'association « Raqqa meurt en silence », dite proche de l'opposition syrienne, ou encore la chaîne, dite proche de l'Iran, Al-Mayadeen, ont déclaré que l’intégrité du barrage était en danger. Que pouvez-vous nous dire sur ces déclarations ?

 

Le barrage ne présente aucune atteinte à sa structure. Les frappes ont consisté à le rendre inopérant pas à le détruire (pour le moment cela représente une chute de150MW en terme d’approvisionnement d’électricité pour Raqqa), puisque ces frappes n’ont touché que la partie commande de l'usine au Sud du barrage.

 

  • Est-ce que les bombardements de la coalition sur le barrage sont justifiés, s'agit-il d'une approche prudente ou à risque ?

 

Une attaque aérienne sur un barrage présente forcément un risque. Mais on est bien loin du fantasme du barrage qui se rompt et créé un raz de marée détruisant tout sur son passage. Pour moi, les frappes ont été précises, visant à détruire la partie commande de l'usine hydroélectrique Sud. Il semblerait que l'utilisation d'une bombe BLU109 (perforante) inerte ait été un choix volontaire, fait pour éviter justement des dommages de la zone des vannes de trop-plein. Il me paraît donc essentiel de faire remarquer que la frappe sur la grue permettant le levage de ces vannes n'a pas été commentée. Pourtant, elle montre la volonté d’ôter toute possibilité de contrôle et donc de noyage de la vallée en tout cas pour un certain temps. Pour conclure, je dirais que je trouve cette frappe intelligente et raisonnée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.