Affaire DSK: le Mexique et l'Argentine s'y mettent aussi !

Ce matin, tous les journaux publient sans utiliser leconditionnel cette nouvelle: "Une Mexicaine parmi les victimes deDominique Strauss-Kahn".

Ce matin, tous les journaux publient sans utiliser leconditionnel cette nouvelle: "Une Mexicaine parmi les victimes deDominique Strauss-Kahn".

Unedépêche de l'agence mexicaine Notimex reprend des allégations publiées parl'auteur anonyme Cassandre dans le livre DSK, secrets d'un présidentiable:" le directeur général du FMI Dominique Strauss Kahn a à son actifplusieurs agressions sexuelles présumées dont une employée de maison mexicainelors d'une visite de travail au Mexique". A l'époque, l'affairen'aurait pas fait de bruit. "L'agression n'aurait pas été suivie d'uneplainte et est donc restée impunie", rajoute Notimex. DSK a voyagé auMexique en 2006 et en décembre 2010 dans le cadre de ses fonctions au FMI. La mise en détention provisoire de Dominique Strauss-Kahn pour agressionsexuelle sur une femme de chambre d'un hôtel à New York n'a pas autant deconséquences ici au Mexique. Mais l'affaire a été amplement traitée par lesmédias mexicains

La presse hispanophone se joint donc au concert du grand déballage deshistoires de coeur contre DSK. De son côté, le journal espagnol de droite ElMundo publie une interview de Pyroska Nagy, l'économiste d'originehongroise qui a eu une affaire de coeur (consentante) avec DSK. Celle qui estégalement la femme de l'ex directeur de la banque centrale d'argentine lanceque Strauss Kahn aurait "abusé de sa position" pour avoir unerelation avec elle... (Voir presse argentine)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.