Raphaël Morán
Journaliste @raphamoran
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 sept. 2011

Raphaël Morán
Journaliste @raphamoran
Abonné·e de Mediapart

Peña Nieto: le «beau gosse» sera-t-il le prochain président du Mexique?

Raphaël Morán
Journaliste @raphamoran
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cheveux gominés, regard ténébreux et allure svelte, Enrique Peña Nieto est le favori de la présidentielle mexicaine. Marié à une actrice de telenovela, ce gouverneur sortant a pourtant à son actif un bilan terrifiant à la tête de l'Etat le plus peuplé du Mexique. Portrait. 

On l'appelle Gel Boy. Un surnom qui va comme un gant à Enrique Peña Nieto, gouverneur sortant de l'Etat de Mexico, l'Etat le plus peuplé du Mexique. En effet en espagnol « Gel boy » se prononce de la manière que « Hell boy » et révèle bien qui est cet homme politique mexicain actuellement favori des sondages pour la présidentielle mexicaine de juillet 2012 : un pur produit du très corrompu Parti révolutionnaire institutionnel (le PRI). Mais il a un atout de choix : sa femme, surnommée La Gaviota, est actrice de telenovelas, ces séries télévisées à l'eau de rose qui font un carton parmi les femmes au foyer mexicaines.

Ce n'est pas un hasard car Enrique Peña Nieto, 45 ans, a construit son succès sur son image de bel homme lisse. Il est d'ailleurs sans épaisseur politique aucune puisqu'il répète a satiété être « pragmatique » sans pour autant proposer de vision concrète des affaires publiques.

Julio Scherer García, patriarche du journalisme du Mexique et fondateur de l'hebdomadaire Proceso résume la méthode de celui qui est actuellement le mieux placé pour être le prochain président de la République du Mexique : « la formule est  simple: acheter du temps d'antenne, corrompre, et corrompre, mentir et mentir (...) il est le représentant charismatique d'une nouvelle génération qui utilise tous les moyens à sa disposition pour prendre de l'ampleur aux yeux des accros à la frivolité et gaspille à foison* ».

En effet, dès la première année de son mandat de gouverneur de l'Etat de Mexico, la zone la plus peuplée du pays avec près de 15 millions d'habitants, l'administration a dépensé 742 millions de pesos (43 millions d'euros) en communication, surtout canalisés vers des spots télévisés.

Plus préoccupant, le bilan en matière de droits de l'homme de Peña Nieto. Ses six ans de mandat ont été marqués par de graves atteintes dont les faits les plus marquants sont la répression du mouvement social d'Atenco, l'affaire d'homophobie contre un directeur d'école, l'explosion des violences faites au femmes -l'Etat de Mexico est la zone du Mexique la plus violente en la matière avec plus de 200 meurtres de femmes en 5 ans, souvent impunis-, le mépris pour le développement social et l'environnement... Le bilan a été dressé en détail dans un rapport de 103 pages élaboré par plusieurs ONG mexicaines sérieuses.

Le 19 septembre, Peña Nieto a officiellement lancé un « sí quiero ser presidente », manifestant ainsi son désir d'obtenir l'investiture présidentielle d'un Parti révolutionnaire institutionnel bien placé dans les sondages. L'accession au pouvoir de ce produit marketing qui allie les méthodes d'hier avec les moyens de la politique spectacle du XXIe siècle est à surveiller car elle signifierait une mise en application de la politique menée à l'échelle de l'Etat de Mexico.

>Le rapport complet sur la politique de Peña Nieto à l'égard des droits de l'homme est à télécharger ici.

*Tiré de l'enquête Si yo Fuera Presidente, el Reality Show de Peña Nieto, de Jenaro Villamil.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello
Journal — Terrorisme
Tuerie à la préfecture de police : « J’ai eu l’impression qu’il était possédé par le diable »
Mickaël Harpon se considérait comme frappé par une triple peine : handicapé, agent (administratif et non policier) et musulman. À l’issue d’une nuit folle où il s’imagine dialoguer avec Allah, l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris va tuer quatre collègues.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Discrimination des femmes : la Défenseure des droits met un carton rouge à l’Olympique lyonnais
Dans une décision dont Mediacités révèle la teneur, l’autorité indépendante, saisie par une ancienne joueuse, reproche à l’OL de ne pas respecter « les principes fondamentaux de non-discrimination fondés sur le sexe » et « la protection de l’intérêt supérieur des jeunes filles mineures ». Tout le football français est concerné.
par Justin Boche (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas