Raphaël Morán
Journaliste @raphamoran
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 sept. 2011

Raphaël Morán
Journaliste @raphamoran
Abonné·e de Mediapart

Peña Nieto: le «beau gosse» sera-t-il le prochain président du Mexique?

Raphaël Morán
Journaliste @raphamoran
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cheveux gominés, regard ténébreux et allure svelte, Enrique Peña Nieto est le favori de la présidentielle mexicaine. Marié à une actrice de telenovela, ce gouverneur sortant a pourtant à son actif un bilan terrifiant à la tête de l'Etat le plus peuplé du Mexique. Portrait. 

On l'appelle Gel Boy. Un surnom qui va comme un gant à Enrique Peña Nieto, gouverneur sortant de l'Etat de Mexico, l'Etat le plus peuplé du Mexique. En effet en espagnol « Gel boy » se prononce de la manière que « Hell boy » et révèle bien qui est cet homme politique mexicain actuellement favori des sondages pour la présidentielle mexicaine de juillet 2012 : un pur produit du très corrompu Parti révolutionnaire institutionnel (le PRI). Mais il a un atout de choix : sa femme, surnommée La Gaviota, est actrice de telenovelas, ces séries télévisées à l'eau de rose qui font un carton parmi les femmes au foyer mexicaines.

Ce n'est pas un hasard car Enrique Peña Nieto, 45 ans, a construit son succès sur son image de bel homme lisse. Il est d'ailleurs sans épaisseur politique aucune puisqu'il répète a satiété être « pragmatique » sans pour autant proposer de vision concrète des affaires publiques.

Julio Scherer García, patriarche du journalisme du Mexique et fondateur de l'hebdomadaire Proceso résume la méthode de celui qui est actuellement le mieux placé pour être le prochain président de la République du Mexique : « la formule est  simple: acheter du temps d'antenne, corrompre, et corrompre, mentir et mentir (...) il est le représentant charismatique d'une nouvelle génération qui utilise tous les moyens à sa disposition pour prendre de l'ampleur aux yeux des accros à la frivolité et gaspille à foison* ».

En effet, dès la première année de son mandat de gouverneur de l'Etat de Mexico, la zone la plus peuplée du pays avec près de 15 millions d'habitants, l'administration a dépensé 742 millions de pesos (43 millions d'euros) en communication, surtout canalisés vers des spots télévisés.

Plus préoccupant, le bilan en matière de droits de l'homme de Peña Nieto. Ses six ans de mandat ont été marqués par de graves atteintes dont les faits les plus marquants sont la répression du mouvement social d'Atenco, l'affaire d'homophobie contre un directeur d'école, l'explosion des violences faites au femmes -l'Etat de Mexico est la zone du Mexique la plus violente en la matière avec plus de 200 meurtres de femmes en 5 ans, souvent impunis-, le mépris pour le développement social et l'environnement... Le bilan a été dressé en détail dans un rapport de 103 pages élaboré par plusieurs ONG mexicaines sérieuses.

Le 19 septembre, Peña Nieto a officiellement lancé un « sí quiero ser presidente », manifestant ainsi son désir d'obtenir l'investiture présidentielle d'un Parti révolutionnaire institutionnel bien placé dans les sondages. L'accession au pouvoir de ce produit marketing qui allie les méthodes d'hier avec les moyens de la politique spectacle du XXIe siècle est à surveiller car elle signifierait une mise en application de la politique menée à l'échelle de l'Etat de Mexico.

>Le rapport complet sur la politique de Peña Nieto à l'égard des droits de l'homme est à télécharger ici.

*Tiré de l'enquête Si yo Fuera Presidente, el Reality Show de Peña Nieto, de Jenaro Villamil.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de « L’Internationale »
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les critiques envers Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens