Raphaël Morán
Journaliste @raphamoran
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 mai 2015

Raphaël Morán
Journaliste @raphamoran
Abonné·e de Mediapart

Une nouvelle idylle controversée entre la France et le Mexique

Faisant fi des alertes répétées de l’ONU et des grandes ONG de défense des droits humains dénonçant les abus généralisés de l’armée mexicaine (massacres, torture, dissimulations), la France poursuit de plus belle sa coopération armée avec le Mexique.

Raphaël Morán
Journaliste @raphamoran
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Faisant fi des alertes répétées de l’ONU et des grandes ONG de défense des droits humains dénonçant les abus généralisés de l’armée mexicaine (massacres, torture, dissimulations), la France poursuit de plus belle sa coopération armée avec le Mexique. Des voix d’élèvent contre la venue du président Peña Nieto en France pour les cérémonies du 14 juillet.

C’est écrit noir sur blanc. L’ONU, les grandes ONG de défense des droits de l’homme (Human Rights Watch, Amnesty International), et même la Commission mexicaine des droits de l’homme l’affirment : l’armée mexicaine a recours à la torture et aux massacres en toute impunité grâce à des pratiques de dissimulation. Et pourtant, le gouvernement de François Hollande s’obstine à développer une coopération militaire toujours plus étroite avec le gouvernement d’Enrique Peña Nieto, un président élu grâce à une campagne suspecte, décrédibilisé par plusieurs scandales de corruption ; et surtout, incapable de mettre fin aux abus systématiques d’une armée déployée dans plusieurs Etats du Mexique depuis 2006, dans le cadre de la lutte contre les cartels de drogue. Le nombre de morts violentes durant les deux premières années du mandat de Peña Nieto s’élève à 57 899 selon les chiffres officiels.

De quels abus parle-t-on ?

« La torture et les mauvais traitements sont une pratique généralisée de l’armée et des polices au Mexique ». L’accusation sans détours lancée par un document de l’ONU présenté dans le cadre du Comité contre la torture à Genève en mars dernier n’a pas du tout plu au gouvernement mexicain qui a eu pour seule réponse d’attaquer l’auteur du rapport, Juan Méndez, expert international du sujet, en le qualifiant « d’irresponsable et peu éthique ». Dénigrer le messager faute d’arguments convaincants, voilà la stratégie adoptée par les autorités mexicaines déjà mises en cause dans des massacres récents à Ayotzinapa (enlèvement de 43 étudiants qui manifestaient le 26 septembre) et à Tlatlaya.

« Les disparitions forcées commises par des membres de toutes les branches des forces de sécurités mexicaines se sont poursuivies sous le gouvernement d’Enrique Peña Nieto, parfois en collaboration directe avec les organisations mafieuses » ; et ce, dans un climat d’impunité totale, considère pour sa part Human Rights Watch dans son rapport 2014 sur le Mexique.

La France, complice

Or, c’est cette armée mexicaine qui torture, qui viole, qui assassine et qui séquestre, qui va défiler le 14 juillet prochain sur les Champs-Elysées, sous les yeux de François Hollande et d’Enrique Peña Nieto, président du Mexique et invité d’honneur de la cérémonie afin de sceller la réconciliation entre les deux pays.

Sans craindre le ridicule, Philippe Faure, co-président du haut conseil stratégique franco-mexicain, un organe mis en place pour rapprocher commercialement, scientifiquement et militairement les deux pays, se réjouit même que la France puisse prêter son « expérience » en matière policière au Mexique (illustrée selon lui par la capture des frères Kouachi) pour éviter des drames comme celui d’Ayotzinapa.

S’il ne s’agissait que d’un défilé et d’une remise de médaille à un président décrédibilisé, l’affaire passerait encore. Après tout, Bachar-Al-Assad n’a-t-il pas été lui aussi reçu un 14 juillet ?

Mais avec le Mexique, la coopération va beaucoup plus loin. La France prête son concours au Mexique pour la formation d’un nouveau corps de police : une gendarmerie nationale calquée sur le modèle français, afin de lutter contre le crime organisé. Il faut ajouter à cela des contrats d’armements. Six hélicoptères EC-725 Cougar avaient déjà été vendus au Mexique en 2009 lors de la visite officielle de Nicolas Sarkozy dans ce pays. Et c’est un méga contrat qui s’annonce cette fois-ci avec la vente d’une vingtaine d’hélicoptères français de transport de troupes H225M qui pourrait être annoncée le 14 juillet lors de la venue de Peña Nieto, comme l’a révélé La Tribune. Le contrat pourrait aller plus loin si d’autres contrats, actuellement en négociation, se confirment. Le Mexique est intéressé par des bâtiments navals français de type corvettes de type Gowind2500, ainsi que des frégates Fremm.

Coopération contraire aux engagements

Or selon la Position Commune que la France a adopté avec les pays européens en matière d’exportation d’armements, « les États membres refusent l’autorisation d’exportation s’il existe un risque manifeste que la technologie ou les équipements militaires dont l’exportation est envisagée servent à la répression interne ». Le document est signé de la main de Bernard Kouchner en 2008, alors qu’il était ministre des Affaires Etrangères de la France qui assurait alors la présidence du Conseil européen. Sans compter que les Etats européens sont supposés faire preuve « d’une prudence toute particulière en ce qui concerne la délivrance d’autorisations aux pays où de graves violation des droits de l’homme ont été constatés par les organismes compétents des Nations Unies (…) », ce qui est précisément le cas avec le Mexique.

Sur le papier, toutes les conditions sont donc réunies pour une suspension des exportations d’armes au Mexique, comme l’Allemagne l’a décidé pour l’entreprise Heckler & Koch, après des soupçons de ventes illégales d’armes à certains Etats mexicains où la situation des droits humains est calamiteuse.

Qu’attend donc la France pour prendre une mesure similaire ? C’est ce qu’exige une pétition lancée par des citoyens mexicains résidents en France et indignés par la coopération militaire France Mexique.

>Pétition: "Mr Hollande, retirez l’invitation au président mexicain Enrique Peña Nieto aux commémorations du 14 juillet 2015".

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda