Des luttes et des rêves #1 : Céline et le logement

Au gré de la campagne municipale à Paris 13ème. Des rencontres avec des gens croisés au fil de nos actions, de nos mobilisations et de notre campagne avec la liste citoyenne " Décidons Paris 13eme".

Aux quatre coins de la planète s’étendent les contestations à l'ordre capitaliste qui détruit l'humain et la planète. Une nouvelle page s'écrit à présent avec ses nouveaux acteurs et ses militants dévoués. Il s'agit pour nous autres de comprendre cette lame de fond, sans quoi nous serions nous aussi ensevelis sous le tsunami dégagiste à venir faute d'avoir eu une lecture appropriée des événements.

Nous voyons les insurrections sociales en France, au Chili, à Hong Kong, en Algérie, au Costa Rica, au Liban et ailleurs. Nous voyons progresser l'idée selon laquelle la transformation écologique de la société devant les catastrophes qui nous attendent est totalement INCOMPATIBLE avec le système capitaliste et sa loi du profit.

Ce qui est commun entre ces deux prises de conscience , c'est le refus total des populations que des décisions cruciales continuent à être prises sans possibilité de débat, d'amendement ou d'opposition populaire lorsque les projets sont néfastes à leurs intérêts , ceux du plus grand nombre.

Si l'on s'approche d'avantage de Paris et du 13ème arrondissement, on découvre que les problèmes sont non seulement les mêmes, mais ils sont amplifiés, tant cette ville a été offerte aux intérêts des multinationales capitalistes.

Ainsi, à chaque billet de blog, je vous raconterai mes rencontres au gré de la campagne municipale à Paris 13ème. Des rencontres avec des gens croisés au fil de nos actions, de nos mobilisations et de notre campagne avec la liste citoyenne " Décidons Paris 13eme". 

Ce sont des anonymes , c'est de leurs luttes quotidiennes et de leurs colères que j'ai envie de parler.

J'ai rencontré Céline* au quartier de la Maison Blanche, au niveau de l'avenue d'Italie.

Au début, la méfiance à l'égard de tout ce qui touche à la politique était palpable. Mais très rapidement, notre référence politique l'a rassurée.

" Vous êtes les seuls à parler des vrais problèmes des gens, même si je ne suis pas d'accord sur tout, hein!"

Très rapidement, on en est venu à parler de logement. Céline est mère d'un enfant et vit avec lui dans un studio exigu de 25 m² qu'elle paie 850 euros. Cela fait des années qu'elle attend un logement social. Des années qu'elle subit le système D.

"Que proposez vous en matière de logement? Est-il normal de payer aussi cher son logement? Combien pourrais-je tenir encore à Paris? Je le fais pour mon fils surtout, pas envie d'aller loin d'ici, car même la petite couronne est devenue trop chère"

Faisons un tour d'horizon de la situation et de nos propositions en la matière:

A Paris, les prix du logement ont atteint des sommets inégalés : le seuil de 10 000 euros/m² à l'achat a été pulvérisé!  Les loyers explosent (+180% depuis 2001) , résultat: 12 000 habitants sont poussés dehors tous les ans!  Nous sommes pour le droit à la ville.

Il faut se rendre compte de ce que cela signifie quand les classes populaires et moyennes fuient Paris: Plus de 1000 enfants en moins dans nos écoles, une gentrification qui s’accélère et aussi un impact écologique négatif.. Oui, oui, vous avez bien lu! 

Aujourd'hui un million de personnes viennent à Paris tous les jours pour y travailler , faute de pouvoir s'y loger. Combien seront ils demain si rien n'est fait pour enrayer la spéculation immobilière? Et comme ils continueront à venir travailler dans la capitale, parce qu’ils n'ont pas le choix et  faute de relocalisation de l'emploi à l'échelle locale , combien de CO2 en plus... 

Si c'est nous qui sommes aux manettes, les choses changeraient radicalement:

Pour commencer , nous lèverons ce tabou autour du logement social: oui, nous voulons du logement social partout, y compris dans les arrondissements récalcitrants, c'est à dire ceux qui ne veulent pas construire des logements sociaux chez eux pour continuer à vivre dans l'entre soi (communautarisme bourgeois?)  et nous souhaitons tendre à un taux d'effort de 25% consacré au logement dans le budget des foyers , pas plus. La vie à Paris est assez chère comme ça!

Les loyers dans le secteur privé atteignent des sommets que le simple dispositif d'encadrement des loyers ne permet pas d'enrayer. Pour encadrer les loyers vraiment , il ne faut pas seulement accompagner la spéculation, mais se donner les moyens de la terrasser.

Prenons l'exemple de Berlin, encadrons les loyers à la baisse, en récupérant cette compétence à l'échelle communale.

17% des logements à Paris aujourd'hui sont vides, c'est une situation inacceptable. Il y en aurait près de 8000 pour le seul 13ème arrondissement. Là aussi, ayons du courage politique, réclamons que la compétence de réquisition des logements vides soit récupérée au niveau de la commune. Et réquisitionnons! Ce ne serait pas la première fois, ni la révolution, puisque le dernier à l'avoir fait c'est Jacques Chirac lorsqu'il était maire de Paris!

Faisons appel à la préemption d'immeubles et de bureaux par la ville pour produire de nouveaux logements sociaux et notamment dans l'Ouest de la capitale.

Organisons démocratiquement un référendum au sujet de Airbnb. Ma proposition est d'interdire la location d'appartements entiers sur Airbnb. 

Et si on réservait l'investissement immobilier à Paris aux simples particuliers pour justement freiner la course spéculative?

Voici des pistes parmi tant d'autres qui supposent du courage politique et d'affronter les lobbys. 

Céline semblait approuver, même si j'ai pu percevoir une part de résignation dans son expression.

"Merci. Continuez à vous battre. Je voterai pour votre liste probablement. Ou alors je n'irai pas voter."

Voici un aperçu de nos rencontres quasi quotidiennes sur l'arrondissement.  Des personnes comme Céline , on en croise tout le temps et on en croisera encore.

C'est pour elles et eux que je continue à militer et à me battre pour un monde meilleur.

A la prochaine !

 

* prénom modifié 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.