Face à la situation, proposer , résister ou capituler ?

Un groupe de 3 personnes issus de GRS ont écrit un communiqué pour dire qu'ils quittent la liste municipale "Décidons Paris" . Moi, tête de liste dans le 13ème ayant milité avec 2 d'entre eux, souhaite mettre les points sur les "i"!

3 personnes issues du Gauche Républicaine et Socialiste ont retiré leur soutien à la liste municipale « Decidons Paris » soutenue par la France Insoumise, Révolution Ecologique pour le Vivant , Pour une Ecologie Populaire et Sociale , des associatifs et citoyens engagés.

3 personnes sur 1500...

Depuis leur spasme, 10 autres nous ont rejoint rien que dans le 13ème arrondissement.

Selon eux cette liste serait « trop critique » envers la liste Hidalgo et refuserait de se prononcer pour un ralliement à sa liste au 2e tour.

Cette décision , et ils le savent , n'a pas été prise. Même si avec eux , nous en avions débattu . En respectant leur point de vue.

 La réalité a un contenu personnel et je le connais assez bien puisque 2 d'entre eux sont issus du 13ème arrondissement où ils sont adjoints au maire Jérôme Coumet qui a toujours entretenu l’ambiguïté par rapport à Macron jusqu'à se présenter comme faisant partie de la majorité présidentielle en 2017.

Je leur avais demandé très amicalement et depuis très longtemps de clarifier leurs positions et qu'on ne pouvait faire partie d'un exécutif municipal avec Jérôme Coumet et prétendre à une place éligible sur les listes " Décidons Paris".

On ne pouvait pas tenir un discours très critique envers Hidalgo/ Coumet en réunion et devenir tout mou/ tout doux dans la rue et dans les institutions.

Pour ma part, je n'étais pas prêt, ni mes camarades, à assumer ce grand écart.

Pour autant, jamais , les questions qu'ils mettent en avant aujourd'hui n'ont été des préalables dans nos débats.

La réalité est bien plus triviale et cynique... Ou quand la lutte des places remplace la lutte des classes...

N'ayant pas démissionné de leur poste d'adjoint, nous avons tenu bon malgré les pressions politiciennes et leur position finale sur la liste « Decidons Paris 13eme » ne leur permettant pas d'être certains d'être parmi les élus, ils ont choisi de retourner à la maison d'origine. 

Mais en dehors de ces considérations politiciennes et d'égo qui ne m'intéressent pas, c'est leur position de fond qui est importante.

Je regrette profondément leur position d'autant que je les ai toujours considérés en amitié, mais ils sont bien représentatifs des vacillations d'une classe politique trop timorée et hésitante face à l'affrontement avec un système économique et politique de plus en plus inégalitaire et féroce.

Malgré ses discours « apaisants », Hidalgo ne soutient pas ceux qui luttent contre la casse sociale   : pas un mot sur les violences policières ni sur la casse sociale.

Au Conseil de Paris, la France Insoumise à travers son élue Danielle Simonnet propose un vote de soutien à la grève contre la retraite par points .. le PS votre contre,  le PCF et EELV s'abstiennent .

Se rallier à Hidalgo, c'est se résigner : accepter la baisse de dotation de l'Etat à la ville, la toute puissance des promoteurs et l'abandon de services publics. 

Depuis bien longtemps la position du Parti Socialiste est d'appeler à la résignation, au « moindre mal » pour masquer leur ralliement au néolibéralisme,  à la casse du code du travail , aux accords de libre-échange destructeurs, à l'affaiblissement des services publics ..

« Decidons Paris » veut au contraire rassembler largement les victimes de la guerre sociale : ouvriers et employés précarisés, locataires pressurés , enseignants et personnel soignants épuisés, enfants et retraités vivant sous le seuil de pauvreté ..

Nous luttons ensemble  pour une ville vivante et non vendue aux promoteurs immobiliers et au tourisme.

Depuis 2001, avec Delanöe et Hidalgo, Paris ne cesse de reléguer les quartiers populaires , de privatiser, de bétonner et de multiplier les immeubles de bureau . 

La liste « Decidons Paris » appelle à la résistance et au rassemblement : il faut choisir son camp pour préparer en commun un autre avenir.

Alors une, deux ou trente nuances de macronisme , ce n'est pas le sujet , ni l'horizon souhaitable.

Le mien est tout choisi , je n'en changerai pas. Pour l'honneur des travailleurs et pour un monde meilleur...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.