RaphJ
Artisan développeur libriste décroissant
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mai 2022

La majorité à portée de main pour NUPES : l'union de la gauche change tout

Les derniers sondages confirment une possibilité de plus en plus tangible : l'union de la gauche est en mesure de rafler la majorité absolue à l'assemblée et d'imposer une cohabitation à Macron.

RaphJ
Artisan développeur libriste décroissant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Malgré l'affaire Taha Bouhafs et un déferlement de haine du bloc bourgeois, l'union de la gauche tient bon : en tête dans la plupart des sondages, la NUPES creuse lentement l'écart avec la majorité présidentielle (Renaissance) et permet même d'espérer une majorité absolue à l'assemblée : une révolution qui imposerait à Macron une cohabitation et permettrait d'appliquer le programme de la NUPES.

Un puissant désir de cohabitation

Depuis l'avènement du quinquennat, les élections législatives entérinent d'ordinaire l'élection présidentielle et offrent au président élu une large majorité pour gouverner.

Ce n'est pas le cas cette fois : En 2022, les français, fatigués par le quinquennat de Macron, et las de voter par défaut, pour la deuxième fois, en "barrage" à l’extrême droite, ne souhaitent pas voir Macron gouverner 5 ans de plus.

Ils sont ainsi 64% à vouloir imposer une cohabitation à Macron.

L'exercice difficile des projections en sièges

Les élections législatives sont incertaines par construction : 577 mini-élections à deux tours, avec un seuil de 12.5% pour le deuxième tour, incluant l’abstention. La plupart des instituts de sondages se contentent donc d'une estimation globale des résultats du premier tour. Quelques instituts fournissent également des projections en siège au second tour, mais sans détailler leur méthodologie.

Plusieurs acteurs indépendants tentent de combler cet écueil. Ainsi Alessio Motta, maître de conférence en sciences politiques à l'Epitech, publie régulièrement sur son site des projections en nombre de sièges, en partant des sondages du 1er tour. Sa méthodologie prend en compte les élections de 2017 & 2022, une estimation de l'abstention, un inventaire détaillé des "candidatures dissidentes", et une matrice de report de voix. Le collectif les577 lui a récemment emboîté le pas et publie aussi des projections détaillées et des "zoom" par circonscription.

Si ces projections dépendent de variables avec de fortes incertitudes, elles ont le mérite d'explorer le champ des possibles et de présenter des scenarios plausibles.

En particulier, ces projections mettent en évidence plusieurs réalités :

- La majorité présidentielle n'est pas certaine

- La majorité (relative ou absolue) de la NUPE est de l'ordre du possible

- Les résultats dépendent beaucoup du taux d'abstention

Ainsi, cette projection du sondage Cluster17 du 20 mai donne l'union de la gauche au coude à coude avec la majorité présidentielle. La fourchette haute donne même NUPES à 295 sièges, soit au delà du seuil de majorité absolue (289 sièges).

Projections en sièges de NUPES - Sondage Cluster17 © Alessio Motta

En compilant ces projections pour plusieurs sondages différents, on  met en évidence l'effet de seuil de ce scrutin non proportionnel : autour de 30%, la répartition des sièges change brutalement. La majorité peut ainsi basculer pour 1 à 2% d'écart.

Le seuil de la majorité absolue se situerait ainsi autour de 31 ou 32% pour NUPES. Cluster17 donnant déjà NUPES dans cette tranche de score au premier tour.

Sondages et projections en sièges pour la NUPES © Raphaël Jolivet

Une dynamique à gauche sous estimée par les sondeurs

Gardons en tête que ces sondages, encourageants pour la NUPES, le sont malgré une probable sous évaluation de la dynamique actuelle à gauche : les sondeurs captent mal les changements majeurs de l'échiquier politique et s'appuient sur des expérience passées de scrutins similaires.

Sauf que l'union de la gauche n'est pas un scénario classique : la France n'a pas connu une telle union depuis des décennies.

Ainsi, l'abstention, qui joue un rôle crucial dans cette élection est sans doute sur évaluée à gauche.

Rappelons aussi que tous les sondeurs ont largement sous estimé le score de Mélenchon au premier tour des présidentielles, de 3 à 6% : largement au delà des marges d'erreur.  Même Cluster17, pourtant accusé de favoriser la gauche avait sous estimé le score de la FI de 3%.

Si, comme pour des présidentielles, les sondages sous estiment le vote de gauche de plus de 3%, la victoire de la gauche pourrait être encore plus probable.

Les fâchés-pas-fachos : une réserve de voix pour l'union de la gauche

Les commentateurs évoquent souvent, à tort, un manque de "réserve de voix" au second tour pour la NUPES. Au contraire, en cas de dual NUPES-LREM, les sondages des présidentielles montrent que l'union de la gauche bénéficierait de 2 fois plus de report de voix du RN que Macron .

C'est l'électorat des fâchés-pas-fachos : Ils ne votent pas RN par racisme mais en opposition à Macron et à sa politique. Ces électeurs, issus des classes populaires, se déplaceront certainement au second tour pour faire barrage à Macron et ne pas subir davantage de casse sociale.

Sondage des présidentielles, reports des voix en cas de duel Macron - Mélenchon © IFOP

Une prophétie auto-réalisatrice

On l'a vu, la majorité absolue est tout à fait envisageable pour NUPES et se jouera sans doute à 1 ou 2%. Ces voix sont principalement à aller chercher du coté de l’abstention: particulièrement forte dans l'électorat de gauche aux législatives (jeunes et classes laborieuses).

Justement, le narratif du "3e tour" et de "Mélenchon premier ministre" est en mesure de rendre ce scrutin bien plus tangible, et de mobiliser fortement l'électorat de gauche.

La perspective d'une possible victoire lutte contre l'abstention et rend celle ci d'autant plus probable.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain