Le confinement en milieu carcéral: témoignages de détenus (4)

Voici la retranscription du témoignage de détenus qui souhaitent s'exprimer sur le confinement actuel, et plus globalement, sur leur situation en détention. Les difficultés supplémentaires liées à la situation sanitaire sont le révélateur, une fois de plus, des difficultés «ordinaires» rencontrées par les détenus au quotidien...

Ici, nous sommes, d’après un cadre de la pénitentiaire, immunisés. Effectivement, d’après ce cadre, il est certain que ce n’est pas la grippe que nous avons eue fin février et début mars, mais bien le covid-19.

De toute sa carrière, c’est la première fois que sur un total de 580 détenus, 170 sont malades en même temps. Ce qui m’amène à une réflexion toute simple : si le couvercle a été si bien vissé sur la cocotte, que nous n’ayons pas été avertis du danger, soit… mais quid de nos familles au parloir, des agents pénitentiaires et de leurs familles ? Est-ce que le scénario a été le même dans toutes les prisons ? Certainement, puisque FO pénitentiaire a porté plainte contre Belloubet.

Les symptômes étaient les mêmes pour tous : fièvre, courbatures, toux etc, et tout le monde allait et venait. Même l’infirmerie était en panne de Doliprane (médicament “guérit-tout” en prison, du mal de dos aux tendinites, des rages de dents aux angines ou à certaines fractures…). C’est dire l’anesthésie générale que peut provoquer la prison sur le cerveau, car avec le recul, plusieurs d’entre nous ont évoqué le fait que c’était peut-être le coronavirus, mais cela n’a pas été plus loin dans la réflexion.

De toute manière, la diffusion d’informations est interdite et punie, même aux familles. Elles n’avaient pas le droit d’être au courant.

La question qui se pose est de savoir si nous allons être dépistés avant la réouverture, et si nous serons avertis du résultat. Je ne le pense pas, car si on devait découvrir qu’environ 200 détenus sont positifs, cela demanderait quand même une explication de la part du ministère et de l’administration pénitentiaire puisque les principaux syndicats demandaient un confinement plus sévère. Quelles promesses leur a-t-on faites pour ce silence ? C’est pourquoi je pense que personne ne sera testé, ce sera beaucoup plus simple.

Pour finir sur un sujet plus sympa, sur LCP Maïtena Biraben propose une émission à 19h30 sur le confinement en prison avec des interventions d’avocats, de personnalités, des rubriques conseils. Première émission sur les prisons qui ne filme pas les empêchés floutés, avec leurs baskets. Avis à vous, lecteurs, voici une émission qui nous tire vers le haut !

Un bonus aussi pour notre responsable d’activités, qui malgré le confinement, nous propose des ateliers d’écriture et quelques livres. Cela fait toujours plaisir ici et apparait comme un lien avec les détenus...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.