La Françafrique, il est temps que ça cesse!

Je croyais savoir l'essentiel sur les relations de la France avec l'Afrique, après des siècles d'esclavage et la colonisation. J'avais bien entendu parler de la Françafrique, à travers quelques lectures... Mais le livre de François-Xavier Verschave que j'ai lu récemment m'a bouleversé (La Françafrique, Stock1999): ce qui s'est passé ces 50 dernières années, dépasse toutes les horreurs que je pouvais imaginer. Et cela, je viens seulement de l'apprendre, car ces choses incroyables ont été méticuleusement tenues secrètes ; elles relevaient du domaine réservé de l’Élysée !

Et aujourd'hui, cela continue... Alors, il faut le dénoncer. Si l'Afrique est aujourd'hui dans une telle situation de misère, c'est d'abord à cause de la politique des anciennes puissances coloniales, et au premier chef de la France.

Officiellement, au tournant des années 60, on accorde l'indépendance à nos colonies d'Afrique : car la France, la patrie des Droits de l'Homme, est la meilleure amie de l'Afrique,... En réalité, on met en place un système qui va nier les indépendances ! Qu'a fait Foccart, le grand maître de cette politique, dans un premier temps : il a simplement remplacé les gouverneurs « à la peau blanche » par des présidents amis de la France, « à la peau noire » : certains avaient même la nationalité française et faisaient partie des services secrets, ce qu'Omar Bongo reconnaissait lui-même.

Selon l'image de François-Xavier Verschave, la Françafrique ressemble à un iceberg : en haut, l'on a la France meilleure amie de l'Afrique, sous la ligne de flottaison, l'on a ce faisceau de relations qui entretiennent les dictatures et pompent l'argent des matières premières, l’argent de la dette et de l'aide publique au développement.

En 1990, après le discours à la Baule, Mitterrand invite les présidents africains à installer la démocratie dans leurs pays. Mais au Bénin, la révolution démocratique réussit trop bien, si bien que la France met en place un nouveau système: elle envoie des urnes transparentes - « pour aider les démocratie à émerger », mais en même temps elle envoie dans les capitales des coopérants très spéciaux (réseaux Pasqua) qui vont installer des systèmes informatiques de centralisation des résultats un peu particuliers ; alors que les électeurs ont voté à 70% pour chasser le dictateur, ils se retrouvent à la fin avec un président réélu avec 80% des voix ! Un dictateur « légitimé démocratiquement ». Et ce processus s'est produit de très nombreuses fois depuis 1991 : au Togo, au Cameroun, au Congo-Brazzaville, au Gabon, au Tchad, à Djibouti, en Mauritanie... De quoi vous dégouter de la démocratie !

Force est de constater que la France a fait tout ce qui était en son pouvoir empêcher ce continent et ses malheureux peuples de « rentrer dans l'histoire ». A mesure que j'avance dans mes lectures, la liste s'allonge de ma prise de conscience des assassinats de leaders progressistes, des soutiens aux dictateurs, des complicités de génocide, d'aides détournées, de profits illicites, d’approvisionnement en armes...

Sur le devant de la scène, il y a tous nos présidents, de De Gaulle à Sarkozy, qui au mieux ont laissé faire ; derrière, voici les principaux acteurs politiques et les hommes de l'ombre :

  • et d'abord Jacques Foccart, le grand initiateur, bras droit de de Gaulle, puis, Charles Pasqua, Guy Penne, Jean-Christophe Mitterrand, Jacques Toubon, Alain Juppé, Charles Millon, Patrick Balkany, Bernard Kouchner, Robert Bourgi, Claude Guéant...

  • voici aussi les barbouzes et autres mercenaires : Bob Dénard, Paul Barril, les filières corses, les cadres du Front National, des avocats sans scrupules tel Jacques Vergès, la franc-maçonnerie dévoyée avec la Grande Loge Nationale Française à laquelle appartiennent la plupart des dictateurs africains, jusqu'aux Serbes massacreurs de Srebrenica qui sont intervenus au Congo dans la guerre du Kivu...

L'armée française est intervenue une cinquantaine de fois en Afrique, rarement pour défendre « la bonne cause »... Et lorsque c'était trop voyant, on préférait faire appel aux mercenaires...

Voici quelques-unes des victimes parmi les grands leaders, des Mandela en puissance: Barthélémy Boganda en Centrafrique, Ben Barka au Maroc, Patrice Lumumba au Congo, Um Nyobé et Félix Moumié au Cameroun, Thomas Sankara au Burkina Fasso, Sylvanus Olympio au Togo, et quelques figures emblématiques de la lutte : le Dr Bono. Mongo Beti, Norbert Zongo, .. Mais connaissez-vous seulement leurs noms , tant tout cela a été caché, nié, rayé de l'histoire ?

Voici enfin les dictateurs, honteusement soutenus et protégés, qui ont accumulé d'immenses fortunes : Hassan II, Houphouët-Boigny, Bokassa, Mobutu puis Kabila, Eyadéma, Moussa Traoré, Blaise Campaoré, Omar Bongo, et encore à ce jour, Denis Sassou Nguesso, Idriss Déby, Paul Biya, Bongo fils, Theodoro Obiang, Faure Gnassingbé, Kabila fils...

Et pour terminer et parmi les plus importantes, il y a les entreprises qui en profitent et tirent les ficelles : Areva, Bouygues, Bolloré, Elf puis Total ...et bien d'autres!

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez aller sur le site de l'association survie http://survie.org/ , ou encore lire ces quelques livres :

  • François-Xavier Verschave, La Françafrique, Stock1999

  • Association Survie, Petit guide de la Françafrique, www.survie.com 

  • Patrick Pesnot, Les dessous de la Françafrique, Ed nouveau monde

  • François-Xavier Verschave, De la Françafrique à la Mafiafrique, Ed la Flibuste

Vous pourrez y découvrir les épisodes de cette Françafrique qui nous fait honte, à nous Français, patrie des Droits de l'Homme, en particulier:

  • La décolonisation du Cameroun et le massacre des Bamiléké, une autre guerre d'Algérie, complètement ignorée

  • Le rôle de la France dans la famine du Biafra

  • L'élimination de Sylvanus Olympio

  • Le soutien inconditionnel à Houphouët-Boigny

  • L'assassinat du Dr Bono

  • Giscard et Bokassa

  • L'assassinat de Thomas Sankara

  • Le soutien des dictateurs gabonais

  • Les responsabilités de la France dans le génocide du Rwanda

  • L'abominable guerre au Congo-Brazzaville pour remettre Sassou Nguesso au pouvoir

  • L'alliance avec le Zaïre et le Soudan contre l'Ouganda et le Sud-Soudan ; l'intervention des mercenaires serbes

 

Et également :

  • les discours de Mitterrand à la Baule et Sarkozy à Dakar

  • Le détournement de Aide Publique pour le Développement, le maintien du franc CFA et le rôle des paradis fiscaux

  • Les multiples facettes du business

  • L'affaire ELF et l'Angolagate

  • Les Biens mal acquis des dictateurs africains

Cette contribution est largement inspirée de l'ouvrage de Survie "Petit traité de la Françafrique", cité ci-dessus.

 

 "

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.