Les trois vies du Chevalier : impair et passe…

Les spectateurs du Festival International du Film d’Amiens qui se déroule actuellement  ne verront pas « Les 3 vies du Chevalier », le documentaire de Dominique Dattola consacré (c’est un euphémisme !) au Chevalier de La Barre.  Ainsi en ont décidé les organisateurs du Festival  qui se targuent d’avoir établi une programmation de près de 300 films  tous métrages confondus… Certes, le film de Dominique Dattola n’est qu’un documentaire évoquant le Chevalier de la Barre, antihéros malgré lui, victime de la bêtise et de l’intolérance à Abbeville( Somme) où il fût torturé, décapité et brûlé le 1er juillet 1766 suite à une condamnation pour « irrespect religieux » malgré des interventions multiples dont celle de Voltaire, l’auteur du « Traité sur la Tolérance »… Mais c’est dire que ce film est empreint de l'histoire locale et donc par essence digne d’intérêt pour les spectateurs du Festival d’Amiens. Par ailleurs, il faut préciser que le documentaire a été présenté récemment aux « Rendez-vous de l’Histoire » à Blois (présidé par Bertrand Tavernier)où il a obtenu  « le Prix de l’Initiative Laïque». Que fallait-il de plus  aux programmateurx du Festival pour retenir « Les 3 vies du Chevalier » ? On peut légitimement s’interroger… Il est vrai que Jean François Lefebvre dit Chevalier de la Barre est un personnage emblématique pour la Libre Pensée et tous les défenseurs de la Laîcité, terme galvaudé, s’il en est, par les temps qui courent… De plus, à Abbeville et dans le Ponthieu, Il est certes plus valorisant d’évoquer les Frères Caudron ou Boucher de Perthes que La Barre : en juin dernier, le monument commémoratif érigé en son honneur a été tagué quelques jours avant la manifestation annuelle de la  Libre Pensée et des Laîques… Raison de plus pour ne pas rater le coche en projetant «  les 3 vies du Chevalier » au cours du Festival d’Amiens Le film et son sujet le méritaient…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.