LE SARKOSHOW

Il fallait des trésors d’ingéniosités pour échapper à la «  britzkrieg »(« guerre éclair »)de Nicolas Sarkozy ces derniers jours dans les medias ( Facebook, le JDD, France 2 et les autres..). Tout ça pour ça : annoncer son retour au premier( ?) plan sur la scène politique qui se traduit dans un premier temps par la(re)conquête de l’UMP, . Rien de bien neuf puisque depuis pratiquement deux ans, Sarkozy nous joue : « retenez-moi sinon je reviens ! » . Le bouquet final, ce sont les 45 minutes squattées  sur France 2, chaîne du service publique, pour une interview sans surprise. Qui peut croire un instant que cet homme-là a changé comme il essaie de le faire croire ? Reconnaissons lui un certain talent pour utiliser toutes les ficelles  que la « médiacratie » complaisante met à sa disposition pour mettre en valeur un non événement. Qui donc peut s’en réjouir ? Sûrement pas ceux qui sont victimes , hier comme aujourd’hui, de l’indigence de ces hommes politiques qui communiquent  au lieu d’agir et qui nous abreuvent d’éléments de langages répétés en boucle sur la crise, les réformes nécessaires ( entendez la remise en cause de tous les acquis sociaux, le démantèlement des services publics en particulier l’école de la République et la santé, bref un retour en arrière…).

Il est dificile pour certains de refréner leur appétit du pouvoir. C’est à nous autres , citoyens , de s’en charger . « Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisirez parmi vous, vivant votre vie, souffrant des mêmes maux…Cherchez des hommes aux convictions sincères, des hommes du peuple, résolus, actifs, ayant un sens droit et une honnêteté reconnue… ». Voilà ce que l’on pouvait lire sur les murs de Paris dans un Appel aux électeurs en mars 1871…Toujours d’actualité !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.