Lettre à ma Sénatrice.

Un nouvel habit de "la bête immonde".

Madame Marie-Pierre MONNIER Sénatrice, 19 Traverse Soutoviale 26110 VINSOBRES

Madame la Sénatrice,


J'ai en main votre lettre aux élus.

J'y vois une certaine photographie de dérives qui passent souvent inaperçues parce que intégrées dans une éthique classée "politiquement correcte". Je me permets de les relever.

Les observations qui suivent ne viennent pas d'un opposant politique, c'est à dire motivées par la politique politicienne. Je suis en effet de sensibilité socialiste, issu, par ma famille paternelle d'électeurs de candidats socialistes depuis le 19ème siècle (si,si).

Voila donc, à chaud et sans doute écrites un peu sommairement, les principales des observations que je me sens obligé de faire :

Première page.

- "La bête immonde" est présente dans les dérives du parti socialiste. La gauche en général et le parti socialiste en particulier, ont soutenu, porté, le programme du féminisme radical dont le but était de parvenir à éradiquer l’homme-père de la famille, notamment par la PMA pour femmes seules.

Présenter le patriarcat sous un aspect terrifiant et l’homme comme un violent conjugal et un prédateur, entre autres accusations, révèle bien une démarche de même type que celle du nazisme ostracisant les juifs avant de passer à la solution finale.

La vigilance de la population étant jugée suffisamment anesthésiée les assemblées nationales sont maintenant priées de voter la loi de bioéthique qui sert de cheval de Troye à l’éradication du père.

Malheureusement, nous ne sommes pas suffisamment vigilants.

 LES SERVICES PUBLICS.

- Vous constatez leur raréfaction. Comme pour beaucoup de choses, il faut remonter aux causes. Il faut donner à l'exécutif des moyens financiers. Pour ce faire, il faut orienter l'économie et améliorer le fonctionnement du social et non en etre réduits à l’emprunt.

Les droits des femmes.

Vous êtes une élue. Vous devez défendre les droits de tous : femmes, enfants, hommes. Je me permets de vous rappeler qu’il y a lieu de donner la priorité aux enfants. Leur situation est beaucoup plus alarmante que celle des femmes. Une émission télé vient de signaler l’abandon par l’Aide Sociale à l’Enfance de mineures dans des hotels d’où certaines s’échappent pendant plusieurs semaines pour se livrer à la prostitution. Ce n’est qu’un exemple.

Vous citez 122 meurtres de femmes par conjoint ou ex. C’est tout à fait nécessaire, mais vous omettez de citer le nombre d'enfants tués, et le nombre d'hommes tués par leur conjointe ou ex.

Vous parlez aussi de "violences faites aux femmes" mais pas de "la violence faite aux enfants". Violence qui s’exerce notamment par la séparation de presque la moitié des conjoints (dans 79,3 % des cas c’est par la volonté des femmes).

c'est donc près de la moitié des enfants qui sont maltraités du fait du cataclysme qu'est la perte d'un parent (le père le plus souvent donc) et souvent du fait de l'arrivée d'un beau-père (ou de plusieurs successivement) ouvrant, en outre, un risque de maltraitance supplémentaire sept fois plus important (études européenne), et jusqu’à cent fois (études canadiennes) que dans une famille dont les deux parents sont les parents biologiques.

Vous demandez du personnel supplémentaire pour le tribunal pour enfants de Valence. Cette nécessité provient de l’abondance des cas à traiter. Le véritable problème des enfants est en amont du tribunal. Il serait beaucoup plus important d’agir sur les conditions défavorables dans lesquelles les enfants sont conçus et élevés que demander du personnel quand il est trop tard pour faire de la prévention, c’est à dire principalement, restaurer la famille, mais aussi la société tout entière.

Pourquoi tant d'enfants en souffrance ? Comment se fait-il que beaucoup des causes de cette souffrance ne soient pas recherchées ou pas évoquées, et surtout pas traitées ? Pourquoi, le manque de père étant constaté comme une cause principale, le parti socialiste est-t-il à la pointe du combat qui veut éliminer encore plus de pères, par le retrait de l'autorité parentale aux pères dans l'immédiat (voir marche "NousToutes" du 23 novembre 2019), et dans un avenir proche, par la PMA pour femmes seules ?

J'ai cité plus haut la présence de "la bête immonde". Dans le domaine de l'enfance et du sexisme, elle est bien présente dans le programme du féminisme radical (lequel est bien représenté par le socialisme et le gouvernement). Mais on regarde ailleurs.

Les votes favorables de parlementaires à cette loi de bioéthique contenant la PMA pour femmes seules est la fait de deux groupes : celui formé d’ignorants relativement à ce sujet qui suivent les impulsions des meneurs, et d’autre part celui des idéologues sexistes qui poursuivent le programme du féminisme radical, lequel, décidé et assumé,  comprend le sacrifice des enfants.

La loi sera donc votée, et la trajectoire mortifère se poursuivra. Quel espoir nous reste-t-il de sauver la famille, donc l’enfant, et, à travers les enfants, les adultes qu’ils deviendront, et, à travers ces adultes, la société toute entière ?

Aucun.

Veuillez agréer, Madame la Sénatrice, mes salutations distinguées.


Raymond SAMUEL

6480 route de La Charge

26190 LEONCEL

Tél. : 0475440620

Courriel : raymond.samuel26190@gmail.com


 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.