Cédric Durand & Razmig Keucheyan
Cédric Durand, économiste, université de Genève Razmig Keucheyan, sociologue, université Paris Cité
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 août 2022

Cédric Durand & Razmig Keucheyan
Cédric Durand, économiste, université de Genève Razmig Keucheyan, sociologue, université Paris Cité
Abonné·e de Mediapart

Refondation de la gauche : construire une « politique d'union populaire »

Lors de son discours de clôture des Amfis - l'université d'été de la France insoumise - Jean-Luc Mélenchon a appelé à la constitution partout d' « assemblées populaires citoyennes » de la Nupes. Pour prédire l'avenir de l'alliance, c'est là qu'il faut regarder. Construire une « politique d'union populaire » : c'est la tâche de la rentrée pour les militants de la Nupes.

Cédric Durand & Razmig Keucheyan
Cédric Durand, économiste, université de Genève Razmig Keucheyan, sociologue, université Paris Cité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le score de Jean-Luc Mélenchon aux présidentielles et celui de la France insoumise aux législatives sont des exceptions en Europe. La social-démocratie gouverne en Allemagne, en Espagne, au Portugal, et dans les quatre pays scandinaves. Elle participe à une coalition en Belgique et jusqu'à récemment en Italie.

Le parti démocrate étatsunien n'appartient pas à la famille sociale-démocrate. Mais depuis la seconde moitié du 20e siècle, les politiques qu'il met en œuvre sont convergentes avec les siennes. La présidence Biden peut donc être ajoutée à la liste. Si on n'assiste pas aujourd'hui à un tsunami social-démocrate du type de celui qui a déferlé sur les pays occidentaux dans les années 1990, à l'époque de Blair, Schröder, Jospin et Clinton, cette famille politique est loin d'avoir disparu.

Que le programme de la Nupes soit basé sur celui de la plus à gauche de ses composantes, la France insoumise, est donc un cas unique. De fait, les partis de la gauche « radicale » européenne, Podemos, Syriza ou encore le Labour de Corbyn, sont en crise. Il en va de même de la gauche du parti démocrate, pour laquelle se pose désormais l'enjeu de la succession de Bernie Sanders.

On comprend mieux l'attitude conciliante d'Olivier Faure depuis les législatives : attentif à ce qui se passe au-delà de nos frontières, il sait sans doute que la tendance internationale joue en sa faveur. Plusieurs dignitaires socialistes, parmi lesquels Lionel Jospin, ont d'ailleurs fait savoir qu'à leurs yeux, l'hégémonie de la France insoumise sur la gauche était une parenthèse appelée à se refermer.

Pourtant, une droitisation de la gauche serait catastrophique. Le néolibéralisme est en crise. Or la social-démocratie n'a pas de logiciel de substitution à proposer. Et pour cause : elle ne s'est pas renouvelée intellectuellement au cours des dernières décennies, en France ou ailleurs. La France insoumise, elle, en a un : le « gouvernement par les besoins », qui permet de répondre conjointement à la crise économique et écologique, par une transformation en profondeur du capitalisme, et peut-être son dépassement.   

Comment conjurer ce risque ? Le Programme commun a échoué, dit le philosophe Louis Althusser dans un texte de la fin des années 1970, parce qu'il a été conçu comme un contrat, un contrat entre appareils. Le PS et le PCF se considéraient comme « propriétaires » du contrat : quand il a cessé de correspondre à leurs intérêts, ils l'ont rompu.                   

À cette conception de l'alliance comme contrat, Althusser en oppose une autre : celle de l'alliance comme combat. Il faut alors « concevoir cette politique d'union comme politique de masse et de lutte : comme une politique d'union populaire, associant le contrat signé “au sommet” à une lutte unitaire à la base. »

Dans ce cas, l'alliance comme contrat « au sommet » s'enracine dans la société, au sein des classes populaires et moyennes en particulier, qu'elle politise et met en mouvement. Les appareils cessent alors d'être les seuls « propriétaires » de l'alliance. Des modalités novatrices d'interaction entre la base et le sommet se mettent en place, car la base se structure. Les pratiques politiques quotidiennes rapprochent les militants des composantes de l'alliance. Elle s'élargit par en bas.                                    

Lors des législatives, des assemblées de la Nupes ont fleuri dans de nombreux endroits. Les militants des composantes ont convergé pour mener le combat électoral ensemble. Lors de son discours de clôture des Amfis - l'université d'été de la France insoumise - Jean-Luc Mélenchon a appelé à la constitution partout d' « assemblées populaires citoyennes » de la Nupes. Pour prédire l'avenir de l'alliance, c'est là qu'il faut regarder.

La Nupes marque une étape importante mais fragile dans le long cours de la refondation de la gauche. Avec ces assemblées, l’auto-organisation politique de celles et ceux qui ont fait les mouvements sociaux de ces dernières années et portés les campagnes du printemps peut lui donner un caractère durable. Les partis enrichis par les dividendes électoraux du rassemblement doivent soutenir matériellement ce processus, à travers par exemple la mise à disposition de locaux et d’outils numériques d’éducation populaire pour les militants.

Si ces assemblées deviennent permanentes, elle se transformeront en véritable force politique, permettant de régénérer des appareils affaiblis. L’enjeu est aussi de préserver des revirements tactiques des uns ou des autres ce bien commun qu’est l’alliance. Une telle force politique sera enfin un point d'appui pour la mise en œuvre du programme de la Nupes en cas d'arrivée au pouvoir : elle obligera les dirigeants à tenir parole. 

Construire une « politique d'union populaire » : c'est la tâche de la rentrée pour les militants de la Nupes.

Parfois, les exceptions sont des avant-gardes. Paraissant d'abord isolées, elles préfigurent en fait un tournant à l'échelle internationale. Qu’en sera-t-il du réagencement en cours de la gauche française ? La réponse dépend de la capacité de convergence à la base des militants de la Nupes.

Cédric Durand, économiste, université de Genève

Razmig Keucheyan, sociologue, université Paris Cité

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste