Le long combat des Chibanis de la SNCF

La SNCF a discriminée plus de 800 cheminots en raison de leur origine marocaine, ils ont partagé avec les autres cheminots la dignité du travail mais ont eu un traitement inégalitaire. Appel à un rassemblement de soutien aux Chibanis de la SNCF, le 15 Mai, à 13h30, devant la cour d’appel de Paris.

                                                         Le combat des Chibanis de la SNCF :

                                                        Une leçon de lutte pour l’égalité des droits !

Dans les années 70 la SNCF est allée au Maroc recruter de la main d’œuvre étrangère et des cheminots marocains avec des contrats en bonne et due forme. Au mépris du contrat de travail signé entre la SNCF et les personnes recrutées, au mépris de la législation du travail en vigueur et du code civil, au mépris des conventions de non-discrimination signées entre la France et le Maroc, la SNCF a discriminé sciemment plus de 800 cheminots, en les spoliant de nombreux droits pendant des dizaines d’années mettant en avant la préférence nationale pour justifier ce déni d’égalité entre des cheminots ayant partagé la même dignité du travail en exerçant les métiers les plus pénibles. Ils n’étaient pas au statut, ils n’étaient pas contractuels, une troisième catégorie a été créée (annexe A1) pour justifier les nombreuses discriminations qu’ils ont subi, sous les yeux des syndicats qui tournaient la tête pour ne pas voir leurs collègues de travail discriminés. Il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.

Les premiers dossiers ont été déposés en 2005 aux Conseils des Prud’Hommes de Paris, et le 21 Septembre 2015 le Conseil a tranché enfaveur des Chibanis de la SNCF et a condamné la SNCF pour discriminations en raison de l’origine. Le long combat des Chibanis de la SNCF a duré plus de 10 ans, contre l’entreprise publique qu’est la SNCF et sans le soutien des syndicats, ce fût le prix à payer pour la reconnaissance de leurs droits et pour le respect de leur dignité.

Deux mois plus tard, la SNCF fait appel de ce jugement justifiant les discriminations par le fait que ces salariés n’étaient pas français lors de leur embauche, ce qui n’a pas empêcher la SNCF de signer les contrats de travail stipulant l’égalité de traitement avec les « autres » cheminots… En France, la plus haute autorité administrative de lutte contre les discriminations est le Défenseur Des Droits, celui-ci, dans le rapport MLD- n°2016-188 décrit les discriminations subies par les Chibanis de la SNCF, ce rapport sera remis au président de la cour d’appel de Paris. L’appel de la SNCF contre les Chibanis aura lieu les 15 et 16 mai 2017 à partir de 09h00 à 12h00 et de 13h30 à 18h00.

Appel à un rassemblement de soutien aux Chibanis de la SNCF le 15 Mai 2017, à 13h30, devant la cour d’appel de Paris au 10 Boulevard du Palais. Métro Cité Ligne 4

Association : Droit à la différence, sans différences de droits

Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires

Facebook : Chibanis discriminés par la SNCF

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.