Proposition de loi «sécurité globale», le novlangue du gouvernement

Déjà dans les manifestations certains policiers, CRS, BAC etc. ne rendent pas leurs numéros d’immatriculation individuel (RIO) visible ou ne le portent pas du tout - leur hiérarchie n’a pas fait grand-chose pour les y contraindre - ce qui rend les poursuites presque impossibles, mais il restait les images, elles pouvaient apporter leurs preuves, il fallait donc les éliminer, c’est fait.

La proposition de loi « Sécurité Globale » est un bon exemple de novlangue. Comme le disait Orwell dans 1984, les gouvernements font la guerre, mais il parle de paix. Dans le cas de Macron et de son gouvernement, ils mutilent les manifestants, et parlent de sécurité.

Cette loi porté par le parti de Macron (LREM) renforce l’impunité des policiers en empêchant, lors de la diffusion des vidéos, leur identification. L’article dit ceci : « Est puni d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un militaire de la gendarmerie nationale lorsqu’il agit dans le cadre d’une opération de police. »

Déjà dans les manifestations certains policiers, CRS, BAC etc. ne rendent pas leurs numéros d’immatriculation individuel (RIO) visibles ou ne le portent pas du tout - leur hiérarchie n’a pas fait grand-chose pour les y contraindre - ce qui rend les poursuites presque impossibles, mais il restait les images, elles pouvaient apporter leurs preuves, il fallait donc les éliminer, c’est fait.

Les crimes, qui ont pu être filmés, perpétraient par la police aux USA, nous ont montrés l’importance de pouvoir avoir des images pour amener les policiers devant la justice, et pour combattre la répression toujours plus intense des gouvernements occidentaux contre sa population.

Cet extrait du documentaire ‘13th’ (1), dévoile comment l’esclavage a changé de visage aux USA, le racisme endémique envers la population d’Afro-Américain et de latinos, la violence policière, et l’incarcération de la masse aux États unis.

Comme le clarifie Van Jones dans le documentaire : « Aujourd'hui, il suffit de sortir son téléphone et de filmer la scène. Ça finit sur YouTube, et le monde entier est au courant. Voilà la nouveauté. Pas les manifestations ou les bavures. Mais notre capacité à imposer le débat. »

L’énoncé inavouable sur lequel se fonde le fonctionnement du système capitaliste est celui-ci : il y a parmi la population, une part incompressible dont le statut est celui d'obsolète. Pour cette part, ce n’est pas la dynamique de l’inclusion qui est à l’œuvre, mais bien le décret d’abandon. (2)

Les crises économiques, du système capitaliste, toujours plus sévères font que cette part de la population devient toujours plus grande. Il faut donc bien diminuer l'ardeur de justice de cette part et la stigmatisée. Avec les nouvelles réformes, ordonnances, et lois qui réduisent nos libertés et nous imposent le joug policier, les gouvernements occidentaux à la solde du capital se préparent pour cela.

RPNRG

(1). https://www.netflix.com/fr/title/80091741

(2). Détournement.

 

Violence policière et incarcération de la masse © FAHRENHEIT 451

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.