LES SPRINGBOKS ÉCRASENT ZEMMOUR.

J'ai vu une très belle finale de coupe du monde de rugby hier matin.

Un match très intense, marqué par une domination assez nette de l'équipe d'Afrique du Sud sur celle d'Angleterre, un jeu tant défensif qu'offensif très efficace des Springboks et un dernier essai génial de ces derniers.

Toutefois, mon bonheur allait très au-delà des considérations sportives.

Vingt-quatre ans après leur premier titre, douze ans après leur deuxième, l'équipe sud-africaine comptait pour la première fois un nombre important de joueurs titulaires à la peau noire.

Et pour la première fois, c'est à un homme de couleur, le capitaine Siya Kolisi, que fut remis le trophée.

J'ai, comme énormément de gens, tout de suite pensé au chemin parcouru depuis la fin du régime de l'apartheid en 1991, et à Nelson Mandela qui est pour moi l'homme politique le plus formidable et au fond le plus important du 20ème siècle.

Mais j'ai aussi, très vite, pensé à la triste actualité que constitue la tribune donnée par la chaîne CNews à Eric Zemmour, deux fois condamné par la Justice française pour provocation à la haine raciale et à la haine religieuse.

J'y ai d'autant plus pensé que je me suis souvenu des propos de ce dernier lors d'une émission remontant à quelques années de la même chaîne, iTélé à l'époque, avant que celle-ci eut décidé de ne plus l'inviter à la suite de propos anti-musulmans tenus lors d'une interview dans un quotidien italien.

Lors de cette émission animée par la journaliste Léa Salamé, Eric Zemmour déclarait que la criminalité avait explosé en Afrique du Sud depuis la fin de l'apartheid.

Léa Salamé lui demanda alors s'il fallait rétablir le régime d'apartheid. Eric Zemmour se tut en baissant la tête...

Au cours de la même émission, alors que la discussion portait sur Nelson Mandela et son immense notoriété, Eric Zemmour déclara que celle-ci était logique dans la mesure où on avait décidé de faire de l'antiracisme la grande cause du siècle dernier..., en le regrettant de fait et tout à fait visiblement.

Eric Zemmour n'a depuis longtemps plus rien d'un journaliste, et tout d'un idéologue prescripteur de politiques racistes, anti-musulmans et xénophobes.

Il incarne à la perfection ce trait fondamental de l'extrême droite qu'est le cynisme anti-humaniste.

Même la direction de la chaîne CNews a dû décider de diffuser l'émission à laquelle il participe en léger différé afin de s'assurer que ses propos ne tombaient pas sous le coup de la loi.

Ce qui revient d'ailleurs implicitement à de déjuger sur le fond quant à la tribune qu'elle offre lamentablement pour des raisons au moins commerciales à ce néo-fasciste.

Mais : l'excellente nouvelle, c'est que les Springboks n'ont pas seulement écrasé rugbystiquement l'équipe d'Angleterre ; ils ont imposé un cinglant démenti aux racistes de l'extrême droite, dont Zemmour est une figure de proue.   

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.