"VALEURS ACTUELLES", CE TORCHON RACISTE SUR PAPIER GLACÉ.

La représentation de la député noire de peau LFI Danièle Obono en esclave les fers au cou par l'hebdomadaire Valeurs Actuelles est une honte pour tous les Français respectueux de la personne humaine.

De plus, le texte de cette bande dessinée est truffée de clichés et de références racistes et colonialistes.

Je n'ai nullement été surpris par cette publication.

La seule fois de ma vie où j'ai eu en mains ce magazine, il y a environ un an, dans la salle d'attente d'un cabinet médical, il m'est littéralement tombé des mains au bout de cinq minutes de lecture.

Sa ligne éditoriale est limpide : c'est l'expression décomplexée du racisme basé sur la supériorité de l'homme blanc, de la stigmatisation permanente des Français à la peau non blanche, du poison de la division violente entre Français.

Cette publication d'extrême droite exprime très clairement les opinions de Marine Le Pen, de Marion Maréchal Le Pen et de Donald Trump.

Si le fait de l'esclavage intra-africain est une réalité historique, même si il n'a jamais eu le caractère industriel de l'esclavage occidental, vous ne verrez jamais ces journalistes d'extrême droite, ainsi que les représentants du Front National, aborder la question non seulement de la traite négrière occidentale, mais aussi celle de l'esclavage dans la Grèce et la Rome antiques, mis en oeuvre par des Blancs.

Spartacus, connais pas !

Ce n'est pas pour rien que Valeurs Actuelles a désigné le multi-condamné pour incitation à la haine raciale Eric Zemmour homme de l'année 2019.

Danièle Obono a tout à fait raison de porter plainte contre l'hebdomadaire.

Et c'est la moindre des choses que le parquet de Paris ait ouvert une enquête préliminaire pour "injures à caractère raciste". 

J'espère vivement que ce journal sera lourdement condamné.

Il y a aussi grave, sinon plus.

Cela fait environ deux ans que les débats politiques sur les chaînes privées d'information en continu fourmillent de journalistes ou de chroniqueurs de Valeurs Actuelles.

Eric Zemmour, Charlotte d'Ornellas, Louis de Raguenel, Tugdual Denis, Geoffroy Lejeune, André Bercoff, Gilles-William Goldnadel, Eric Brunet. Et j'en oublie.

Pour des raisons commerciales de recherche d'audience sur le mode du "trash", c'est certain.

Pour des raisons de complicité ou d'accord idéologiques, ça ne peut pas être entièrement faux.

C'est le même poison que dans leurs articles que ces racistes et plus ou moins néo-fascistes répandent ainsi quotidiennement à la télévision.

Cette racaille d'extrême droite empeste les écrans.

Cela doit cesser.

Le directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles, Geoffroy Lejeune, vient d'être éjecté de la chaîne d'infos en continu LCI.

C'est un petit pas dans la bonne direction.

Cette mouvance idéologique et politique accuse sans cesse les militants antiracistes de "racialiser" le débat.

Outre que ce discours cache mal leur véritable racisme intrinsèque, ce n'est nullement "racialiser" que de témoigner et de s'élever contre les discriminations souvent subies par les Français non blancs de peau en matière d'emploi, de logement, de contrôles policiers.

Que dans ce cadre, certains excès soient parfois exprimés, comment s'en étonner ?

Je conclurai par le point suivant.

Le président de la République Emmanuel Macron a eu le grand tort d'accorder une interview à ce journal, il y a moins d'un an.

Si cette déclaration est exacte, il a eu le grand tort de dire que "c'est un très bon journal, il faut le lire pour savoir ce que pense la droite".

Primo, c'est peut-être un très bon journal sur le plan technique, mais c'est un journal épouvantable sur le plan des idées.

Secundo, il ne "faut" pas le lire pour savoir ce que pense la droite ; mais pour savoir ce que pense l'extrême droite.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.