ERIC ZEMMOUR et ADOLF HITLER.

Comparer aujourd'hui Eric Zemmour et Adolf Hitler n'a pas de sens sur le plan de leurs actes politiques respectifs.

Cela dit, voici deux citations respectives :

"Si la guerre est perdue, peu m'importe que le peuple périsse. Ne comptez pas sur moi pour verser une seule larme. Il ne mérite pas mieux."

Adolf Hitler (avril 1945)

"La question qui se pose à nous est la suivante : les jeunes Français vont-ils accepter de vivre en minorité sur la terre de leurs ancêtres ? Si oui ils méritent leur colonisation, sinon ils devront se battre pour leur libération."

Eric Zemmour (le 28 septembre 2019)

A chacun de juger.

Le parquet de Paris a ouvert mardi dernier une enquête contre Eric Zemmour pour "injures publiques" et "provocation à la haine".

J'espère vivement qu'il sera jugé et condamné à une peine exemplaire.

Ce samedi 28 septembre, lors de la réunion publique de l'extrême droite, Eric Zemmour a multiplié les propos injurieux envers les musulmans français ou étrangers vivant en France, entre autres en les comparant aux soldats de l'Allemagne nazie pendant l'occupation...

Eric Zemmour, qui vient d'être condamné définitivement pour provocation à la haine religieuse, après l'avoir déjà été pour provocation à la haine raciale.

Au-delà de l'Islam, la véritable obsession de cet individu est le racisme à l'égard des arabes et des noirs.

Deux raisons l'empêchent, tout comme le Front National, de le dire ouvertement.

La première, c'est la constitution et la lois françaises qui font à juste titre du racisme un délit.

La deuxième, c'est tout simplement que les Français, toutes origines, couleurs de peau et religions (ou pas) confondues, vivent bien mieux ensemble qu'on ne le dit.

Il suffit d'observer les élèves enfants, adolescents et jeunes adultes, d'observer les coéquipiers des clubs sportifs, d'observer les collègues dans les entreprises pour le constater.

D'ailleurs, le langage corporel de Eric Zemmour quand il prononçait son discours du 28 septembre scandaleusement retransmis en direct sur la chaîne d'infos en continu LCI était celui d'un homme accablé par le défaitisme de son propos.

Ces discours de haine ressemblent assez à des spasmes convulsifs de vaincus.

Pour autant, ils font et peuvent faire des dégâts.

Car on sait bien que la nature humaine est faite de bon et de mauvais.

On le sait depuis 1945 : les crimes contre l'humanité ont commencé par des mots.

C'étaient les Juifs. Ce sont les Arabes et les Noirs.

Stigmatisation, puis exclusion, puis expulsion, puis extermination.

Même si les conditions historiques d'aujourd'hui ont assez peu à voir avec celles ayant vu la prise du pouvoir par les nazis et les fascistes, même si les Français vivent largement bien ensemble, il faut toujours rester vigilants.

D'autant plus que les trois chaînes d'infos en continu LCI, CNews et BFMTV rivalisent quant à la présence très régulière de chroniqueurs se situant à des titres et degrés divers dans la mouvance de l'extrême droite.

La liste est longue de celles et ceux qui empestent ainsi les écrans : Eric Zemmour, Charlotte d'Ornellas, Ivan Rioufol, Gilles-William Goldnadel, André Bercoff, Julie Graziani, Elisabeth Lévy, Robert Ménard (maire apparenté Front National de Béziers) Arnaud Stephan et Jacques de Guillebon (respectivement tout récemment et toujours très proches de Marion Maréchal Le Pen).Et j'en oublie...

Auxquels s'ajoutent les élus et les porte-paroles du Front National, cette vitrine officielle du rejet de l'autre et de la haine.

Il ne s'agit pas pour moi de nier l'existence de tensions dans certains lieux de vie, ni la présence d'une minorité de musulmans hostiles à la République et à ses valeurs, quelques uns d'entre eux allant jusqu'au terrorisme.

Je prône à l'égard des islamo-fascistes la même sévérité judiciaire qu'à l'égard des néo-fascistes.

Alors que Eric Zemmour, lui, a déclaré "respecter les djihadistes prêts à mourir pour ce en quoi ils croient"...

Au fond, il y a deux démarches fondamentalement contraires : soit on attise le rejet et la haine, soit on cultive le respect et la bienveillance.

Pour conclure, deux citations.

"Chaque fois que l'extrême droite est arrivée au pouvoir, ça s'est très, très, très mal terminé"

Jacques Chirac (pendant l'entre-deux tours de l'élection présidentielle de 2002)

"Je suis prêt à m'allier avec le diable pour combattre le Front National"

Georges Marchais, alors secrétaire général du Parti Communiste Français.

Ils parlaient d'or.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.