LE FRONT NATIONAL, C'EST L'INHUMANITÉ ET LA VIOLENCE.

Le 11 octobre dernier, Julien Odoul, président du groupe Front National au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté et membre du bureau national du Front National (par ailleurs régulièrement invité sur les plateaux des chaînes de télévision d'informations en continu) a demandé qu'une accompagnatrice d'une sortie scolaire d'une classe de CM2 sur l'instruction civique, entourée dans la salle de réunion du conseil de plusieurs élèves dont son fils, retire le voile qu'elle portait ou quitte les lieux.

Julien Odoul avait prémédité son acte, puisque il a été filmé pendant celui-ci et que la vidéo a ensuite été diffusée sur son compte Twitter.

On y voit notamment le fils de cette dame éclater en sanglots dans les bras de sa mère.

Ensuite, le fait suivant a été raconté par une conseillère régionale UDE (Union des Démocrates et des Ecologistes), Jacqueline Ferrari : alors qu'elle se rendait aux toilettes, cette jeune maman musulmane a été apostrophée par une conseillère régionale d'extrême droite, obligeant un membre de la sécurité à s'interposer.

"Elle lui a dit :"Vous êtes soumise, vous allez voir, quand les Russes vont arriver, vous allez dégager !" C'était très agressif."

Ensuite, Julien Odoul, présent sur la plateau de la chaîne CNews, a totalement assumé son acte, et ce alors même que la journaliste animatrice de l'émission Laurence Ferrari insistait sur l'enfant pleurant dans les bras de sa mère.

Cet épisode en dit long.

Sur le non-respect de la loi de la part du Front National, ce qui est une marque historique constante de l'extrême droite. En effet, cette mère d'élève avait parfaitement le droit de porter son voile au sein du conseil régional.

Sur l'hypocrisie révoltante du Front National ; en effet, voir ses dirigeants brandir la laïcité et l'égalité femmes-hommes en étendard, alors que le FN est truffé de catholiques traditionalistes, c'est aussi crédible que si le pape annonçait sa conversion au protestantisme.

Sur l'objectif véritable du FN : loin de vouloir favoriser le vivre-ensemble tolérant et constructif, y compris sur l'égalité femmes-hommes, il ne vise qu'à l'affrontement entre les musulmans, et au fond les arabes et les noirs, et les blancs.

Ce faisant, il donne la main aux islamo-fascistes qui ont le même objectif, inversé.

En fait, les néo-fascistes du Front National et les islamo-fascistes sont les deux faces de la même pièce : son nom est la haine extrémiste.

D'ailleurs, cela a été peu dit à l'époque, mais les manifestations de "la manif pour tous" contre la mariage pour tous en 2012 et 2013 (marquées entre autres par de violents affrontements entre les néo-fascistes et la police républicaine) ont vu défiler ensemble l'extrême droite catholique traditionaliste et les extrémistes musulmans.

Simultanément à l'acte de Julien Odoul, Eric Zemmour, deux fois condamné pour "incitation à la haine raciale" et "incitation à la haine religieuse" (musulmane), et contre lequel le parquet de Paris vient d'ouvrir une enquête préliminaire pour "injures publiques" et "provocation publique à la discrimination, la haine ou la violence" après son discours aux côtés de Marion Maréchal Le Pen le 28 septembre dernier, se voit offrir une heure d'antenne de 19 heures à 20 heures, du lundi au jeudi, sur la chaîne CNews.

Interrogé sur l'acte de Julien Odoul et ses conséquences sur l'enfant de la dame concernée, il a déclaré qu'il n'avait rien à faire du"sentimentalisme".

Et c'est là qu'à travers Julien Odoul et Eric Zemmour, l'extrême droite lepéniste montre son véritable visage : celui de l'inhumanité.

Rien d'étonnant : les prédécesseurs politiques du Front National, au pouvoir en France de 1940 à 1944, ont mis en oeuvre les rafles des juifs en séparant les enfants de leurs parents.

Ce furent les juifs. Ce sont les musulmans, les arabes et les noirs.

En conclusion, je me permets de renvoyer au billet que j'ai publié le 5 juillet 2017 intitulé : "Il faut interdire le Front National." 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.