REFLEXIONS D'UN LOSER VOLONTAIRE
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 août 2021

BRASSENS : QUAND MEDIAPART CENSURE UN BLOGUEUR.

REFLEXIONS D'UN LOSER VOLONTAIRE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Soyons précis.

Le 15 août, à 20h58, je publie ce commentaire :

"Ce quatrième article d'Antoine Perraud au sujet de Georges Brassens m'inspire l'opinion suivante : pour une énième fois, preuve est faite que l'on peut être simultanément un relatif érudit et un con fini.

Ayant publié sur mon blog un article en hommage à Georges Brassens, je n'éprouve pas le besoin d'en dire plus."

Le 16 août, je prends connaissance d'un mail qui m'est adressé par "L'équipe de Mediapart" le 15 août à 20h59, mail intitulé "Commentaire dépublié par la rédaction".

En voici le texte intégral :

"Bonjour Reflexions D'un Loser Volontaire,

Le commentaire publié sur l'article Brassens pris aux mots : misogynie guère à part, phallocratie galopante le15/08/2021 a été dépublié par la rédaction de Mediapart car il était contraire à notre charte de participation.

Le motif de cette dépublication est le suivant : insultes et invectives.

Pour rappel : "Respect et politesse. Insultes, invectives, injures, harcèlement, dénigrement et propos de nature diffamatoire, envers tout contributeur comme envers Mediapart et sa rédaction, n'ont pas leur place sur Mediapart. Sera considéré comme du dénigrement toute contribution ayant pour objet d'attaquer la réputation d'un participant, de médire sur son compte, d'en parler avec malveillance, et de manière répétitive."

Cordialement,

L'équipe de Mediapart "

J'ai donc été sur le fil de commentaires où j'ai constaté cette dépublication.

Pour revenir à mon commentaire, je pensais et je pense toujours que le nom commun ou l'adjectif  "con" est entré dans le langage courant, et qu'il n'est donc ni une insulte, encore moins une invective.

A ce sujet, je constate depuis déjà assez  longtemps que sont publiés et non dépubliés dans divers fils de commentaires des propos d'une vulgarité équivalente à celles des réseaux sociaux dans leur version poubelle de la pensée.

Mais je veux bien faire plaisir à la rédaction de Mediapart...

Je reformule donc mon commentaire pour ce membre de phrase : "... : pour une énième fois, preuve est faite que l'on peut être simultanément un relatif érudit et l'illustration parfaite des deux premiers vers du refrain de la chanson de Georges Brassens, " Le temps ne fait rien à l'affaire" :

"...Le temps ne fait rien à l'affaire
Quand on est con, on est con..."

Pour en  revenir à l'article d'Antoine Perraud, il est tellement rempli de contre-sens sur les textes de Georges Brassens et d'inanités en guise de commentaires que je me demande si ce journaliste n'est pas atteint en l'occurrence d'une sorte de psittacisme, sinon pour ses commentaires, à coup sûr pour sa lecture.

Georges Brassens peut continuer à dormir tranquille à Sète.

Ses chansons seront écoutées et réécoutées par des millions de gens bien après que l'illustrissime journaliste qu'est Antoine Perraud aura totalement disparu des mémoires.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement