Ecole : un concours de cryptographie aux motivations douteuses

Pour la rentrée scolaire, a été diffusé au journal télévisé de France 3 un reportage dont l’intitulé soulève un lièvre! " DGSE : quand les espions recrutent au collège" [1].

                                                      Concours Alkindi

       Il s’agit d’un concours de cryptographie programmé à partir du 9 septembre dans les classes de collèges et de lycées (4e, 3e, 2e). Ses objectifs éducatifs et citoyens  sont légitimes en soi:

« La sécurité des données numériques et de leur transmission est un des enjeux majeurs de notre société, que ce soit pour sécuriser les transactions bancaires ou garantir la protection de la vie privée. L'objectif du concours est de montrer aux élèves que les mathématiques et l’informatique permettent de comprendre les outils utilisés dans ce domaine.

Nous souhaitons faire découvrir aux élèves cette application très concrète des mathématiques, qui joue un rôle fondamental dans leur vie quotidienne. Nous voulons les faire réfléchir, de façon ludique, aux fondements mathématiques, informatiques et logiques de la cryptanalyse. Enfin, nous souhaitons les sensibiliser à la question importante de la sécurité de l’information.

Ce concours rentre dans le cadre de la Stratégie mathématiques et du plan École numérique du Ministère de l’Éducation nationale. »[2]

                                        Une manipulation de la DGSE ?

            Ce reportage nous informe que dans les faits, ce concours est au service de la DGSE, dans une perspective de recrutement de personnels :

«  Pour recruter ses futurs spécialistes, la DGSE organise un concours de cryptographie dans les collèges et lycées français.
60 000 collégiens et lycéens participent en France au concours “Alkindi”, qui vise à recruter les futurs cryptographes de la DGSE, la direction générale de la sécurité extérieure. Sur place, les épreuves s’enchaînent, sous la surveillance de mathématiciens. “Quand on cherche à casser un code secret, il faut aller chercher quelle est la structure, les anomalies, comment ces choses indiquent des failles informatiques à attaquer”, précise Mathieu Lequesne, coorganisateur du concours.

600 à 700 postes à pourvoir au sein de la DGSE
Pour la DGSE, l’enjeu est de taille : ce concours a priori inoffensif est un moyen d’anticiper ses futurs besoins en matière d’espions techniques. “J’ai besoin de gens très forts en mathématiques, forts en ingénierie, en mécanique quantique”, précise Bernard Emié, directeur de la DGSE. Sur place, un spécialiste en cryptographie passe dans les rangs pour repérer, qui sait, les futurs espions français. “C’est impressionnant de voir comment ils vont vite. Certains exercices qu’on avait dimensionnés comme étant plutôt compliqués sont résolus rapidement”, assure-t-il, surpris. »[3]

                                               Un autre aspect de la dérive autoritaire

         L'école au service de l'armée (du renseignement extérieur): n’est ce pas là un autre aspect de ce régime, qui banalise déjà violences policières et répression judiciaire et administrative ?  Cela s’opère sous couvert d'une formation ludique à la cryptographie ; or, au collège, les publics sont faciles à endoctriner. C'est de formatage des esprits dont il s'agit dans ce cas.
         C’est une occasion de rappeler que la gestion des services secrets échappe largement au contrôle démocratique, celui des élu-e-s et des citoyen-ne-s. De même que les abus des forces de l’ordre en termes de violation des droits et libertés publiques, singulièrement depuis une décennie. Il faut rappeler également que  les services secrets français pullulent dans les pays d'Afrique subsaharienne et sont co- responsables du maintien des dictatures, cela au détriment des droits de l’homme les plus élémentaires.

                                                                      --------------
       Cette récupération du concours Alkindi est illégitime, la DGSE n’a rien à faire à l’Ecole. Il serait bienvenu que  les organisations de défense de l’EN prennent position sur cette question et  sur cette actualité controversée. 

----------------------------------------------------------------------------------------------------

[1] France 3 France Télévisions, « DGSE : quand les espions recrutent au collège »
Pour recruter ses futurs spécialistes, la DGSE organise un concours de cryptographie dans les collèges et lycées français (02/09/2019) https://www.francetvinfo.fr/societe/education/dgse-quand-les-espions-recrutent-au-college_3600725.html

[2] Concours Alkindi http://www.concours-alkindi.fr/#/

[3]France 3 France Télévisions, "DGSE : quand les espions recrutent au collège" (le 02/09/2019) 
https://www.francetvinfo.fr/societe/education/dgse-quand-les-espions-recrutent-au-college_3600725.html

DGSE: Direction générale de la Sécurité extérieure

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.