Comité de veille pour la réussite de la refondation de l’Ecole (présentation)

                                          « Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve » (Hölderlin)                   Ce comité concerne les acteurs et usagers de l’Education nationale désireux de contribuer à la réussite de sa refondation, spécialement dans le secondaire. Deux paramètres motivent cette démarche :-          la gravité de la crise scolaire et socio-éducative, corollaire de la crise socio-politique-          l’importance de l’Ecole comme creuset républicain, à réhabiliter et promouvoir pour un regain démocratique d’envergure.

                                          « Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve » (Hölderlin)

                   Ce comité concerne les acteurs et usagers de l’Education nationale désireux de contribuer à la réussite de sa refondation, spécialement dans le secondaire. Deux paramètres motivent cette démarche :

-          la gravité de la crise scolaire et socio-éducative, corollaire de la crise socio-politique

-          l’importance de l’Ecole comme creuset républicain, à réhabiliter et promouvoir pour un regain démocratique d’envergure.

 La gravité de la crise scolaire et socio-éducative, corollaire de la crise socio-politique

                La présidence Hollande a fait légitimement de l’éducation l’un des chantiers du quinquennat, la jeunesse étant l’avenir naturel du pays. Sur la base du constat de déficits institutionnels et d’une certaine inadaptation aux nouveaux contextes, la loi Peillon sur la refondation de l’Ecole est entrée en vigueur le 9 juillet 2013. Depuis lors, des acquis structurels d’envergure sont à saluer, telle la mise en place des ESPE pour la promotion de la formation des enseignants.

                Cela dit, des obstacles à la refondation restent à lever. Dans un contexte de crise systémique, la progression de l’extrémisme de droite et d’un populisme simpliste, associée en amont à l’affairisme de certains responsables politiques, est symptomatique d’une déperdition et d’une confusion des valeurs et repères  républicains. A cela s’ajoute la crise propre des banlieues dont le manque d’intégration à la société française se traduit par la montée des violences, notamment d’ordre djihadiste. Médias et justice instruisent périodiquement cet état de faits.

             Concernant la crise propre de l’Education nationale, comme demandé par des collectifs et spécialistes du milieu (syndicats, Réseau de professeurs du primaire en désobéissance[1], Coordination nationale universitaire[2]…), la responsabilité gouvernementale est de ne pas avoir facilité une large participation du monde enseignant au processus de refondation, dès 2012. A la séparation d’avec ces corporations qui constituent par ailleurs l’un de ses principaux électorats naturels, s’est ajoutée l’organisation disjointe des Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche et de la consultation pour l’Education nationale. Ainsi, en l’absence de vision globale du système géo-socio-cognitif, des paramètres émergents importants, tels  « l’économie de la connaissance», la cyber-culture, les conflits de civilisations ont été peu pris en compte dans l’expertise et les prospectives programmatiques. La question de la démocratisation des gouvernances a été de même en grande partie écartée.

            Entre autres  effets de cette politique et reflux inquiétants, l’on peut citer :

                    -le peu de références dans l’opinion (médias, responsables politiques, décideurs…) à l’Université et à l’Ecole comme institutions socio-éducatives  aptes à contribuer à la résorption de la crise systémique (un élément symptomatique, la succession de trois ministres de l’EN en deux années ainsi que la démission de la secrétaire d’Etat aux universités)

                 -le maintien d’une superstructure hiérarchique qui freine les collaborations, les travaux en équipe ainsi que la remontée des innovations ; une tendance marquée à une gestion technocratique de la vie scolaire et des disciplines, moyennant l’outil informatique.
                      -la progression des incivilités et des actes de violence de la part d’élèves (ou de parents) et de groupes d’élèves (ou de parents), spécialement dans le secondaire (collèges, lycées professionnels…), et la difficulté subséquente de la transmission inter-générationnelle, des savoirs, savoirs-être  et cultures

                    -la difficulté, au niveau de l’administration de la vie scolaire, à maintenir un contrat de convivialité acceptable pour les publics et pour les personnels enseignants, à répondre sur un mode préventif ou en termes de sanctions éducatives appropriées, à l’essor des violences scolaires, fait qui renforce la précarisation de la corporation enseignante, largement féminisée, et des personnels d’éducation.
                    - le repli défensif, signe de démoralisation, d’enseignants et de  personnels d’éducation : chute des adhésions syndicales et associatives, de la lecture de revues éducatives, abstentionnisme électoral, perte progressive de l’esprit de corps (baisse des solidarités au sein d’équipes et de la part de personnels retraités….)
                   - malgré le fort taux de chômage ou de sous-emploi dans les catégories juvéniles, la diminution significative du recrutement, notamment dans le secondaire, du fait de la perte d’attractivité des métiers de l’enseignement et de l’éducation[3].

            Tous ces faits contribuent à des formes de « désinstitutionnalisation » et de perte des liens professionnels et socio-culturels. Le danger est bien réel d’un échec de la refondation, à défaut de mobilisation suffisante des acteurs et usagers de l’Ecole.

  La mobilisation de l’Ecole pour les valeurs de la République[4]

                       De l’avis général, les attentats djihadistes de janvier 2015 à Paris, perpétrés par de jeunes Français des banlieues, ont constitué un point de non-retour. La réaction gouvernementale  se veut à la mesure de la crise d’intégration vécue dans les quartiers populaires et du danger de division républicaine, dans un contexte géo-politique sous le sceau de conflits guerriers en expansion.

                    Les systèmes de domination –stratégiques, économiques, culturels…- dans lesquelles est impliquée à un degré ou à un autre la France et qui ont des incidences pour les populations des quartiers populaires, doivent être questionnés par la représentation nationale. De même que la réforme de ses relations avec le reste du monde, la multiculturalité de fait de la société française doit être prise en compte par l’Etat et par l’Ecole publique. Nous prenons acte des 11 mesures de « mobilisation de l’Ecole pour les valeurs républicaines », dont celles qui concernent le combat contre tous les racismes, la réhabilitation de l’autorité des maîtres (2e mesure)[5], la remontée des innovations et bonnes pratiques, la création d’une réserve citoyenne…

               Le communiqué du CAPE/Collectif de 22 associations partenaires de l'Ecole publique[6] rappelle les ressources existantes en termes d’expertises et au plan humain. Malheureusement, force est de constater que la dynamique pour les mettre en oeuvre est peu présente. L’institution étant coutumière de prises de bonnes décisions peu ou pas mises en pratique, il convient de rester vigilants dans cette période de transition. Pour accéder à ce que  le ministère nomme une « deuxième étape de refondation », il convient que la politique gouvernementale n’inverse pas causes et effets et ne conduise pas à la sanction de boucs émissaires: témoignent de ces dérives les mises à pied de personnels dénoncées par les syndicats[7]  et les interpellations de publics de banlieues contestées notamment par le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF)[8], suite à la cérémonie d’hommages post attentats. Il convient enfin que la mobilisation ministérielle, expurgée de tout autoritarisme également au niveau de l’encadrement intermédiaire, soit effectivement relayée au niveau des personnels et des publics.

  L’importance de l’Ecole comme creuset républicain, à réhabiliter et promouvoir pour un regain démocratique d’envergure.

         La résorption de la crise systémique, et singulièrement politique, nécessite de réhabiliter le débat d’idées, à l’aide de principes citoyens clairs:

-l’Ecole et l’Université ne sont pas de simples entreprises de professionnalisation ; ce sont d’abord et avant tout des services publics à valeur éducative, axée sur la construction de la citoyenneté, l’élaboration et le partage des savoirs et des cultures

-les médias audiovisuels et informatiques ne peuvent remplacer l’Ecole dans les rôles précités ; ce sont pour autant de formidables outils à développer au service de l’information et de la communication entre générations comme entre pairs et entre catégories socio-professionnelles.

-l’intérêt général, qui guide les orientations et programmes de la  communauté éducative, ne peut occulter la défense des publics dans toute leur diversité, source de richesse culturelle et humaine. Dont les publics des quartiers populaires et multi-ethniques….

II-Intérêt d’un collectif pour la réussite de la refondation de l’Ecole

Argumentaire

      L’objectif est de contribuer à fédérer des acteurs et responsables du système éducatif sur l’objectif de la réussite de la refondation, spécialement dans le secondaire. Il ne s’agit en aucune manière de concurrencer les organisations existantes (syndicats, associations…), dont le rôle est irremplaçable. Cela dit, la force de la réaction politique et les freins mis à la refondation ne pourront être enrayés avec les seules armes de nos organisations respectives. Par ailleurs, les travaux critiques ou programmatiques de chercheurs ou militants en sciences de l’éducation…. sont relativement isolés.

          Il importe que les personnels des collèges et des lycées aient un moyen d'expression propre. Cela aux côtés et si possible en collaboration avec d'autres collectifs, associations et séminaires alternatifs, comme le Réseau des professeurs du primaire en résistance[9], le GRFDE[10], Sauvons l’université/SLU[11], Sauvons la recherche/SLR[12], Science en marche[13], Politiques des sciences (EHESS)[14], les associations Aide aux profs, SOS fonctionnaire victime[15]…Au vu de la spécificité de leur situation, ces personnels ont nécessité à s’exprimer et à s’organiser de manière autonome et concertée. Une cellule de veille inter-catégorielle et interdisciplinaire, représentative de différents secteurs idéologiques, est un vecteur d’alerte citoyenne, contribuant au lobbying auprès des décideurs et à la refondation effective de l’Ecole. Des spécialistes et membres ou représentants d'autres secteurs ainsi que des organisations syndicales et associatives sont bienvenus. Les coordonnées de la liste de discussion sont Refondation-Ecole@googlegroups.com.

Objectifs
         Les objectifs sont les suivants :

                  - collaborer à la résistance à l’égard de la montée de l’extrémisme de droite, des racismes et des intégrismes, et à la démocratisation du pays par la promotion d'une militance enseignante et socio-éducative ouverte sur la cité et sur ses constructions progressistes et alternatives (d'ordre environnemental, géo-culturel, (inter)culturel, médiatique....)
                  -collaborer à la défense et à la promotion de la condition enseignante et des personnels d'éducation comme piliers de l'édifice républicain, spécialement dans le secondaire
                -collaborer à la défense et à la promotion des publics scolaires, pour faire face aux graves problèmes d'échecs scolaires et de crise identitaire (culturelle) et favoriser leur plein développement, spécialement dans les établissements des quartiers populaires et multi-ethniques[16]   
                 -collaborer à une réflexion-action de type systémique, inter-catégorielle et interdisciplinaire, pour contribuer à mettre un terme aux polémiques internes (entre universitaires « disciplinaires » et formateurs « éducateurs » par exemple), qui freinent la construction d'un intellectuel collectif adapté aux enjeux de la mondialisation. Cela pour la constitution d'une société de la communication et de la connaissance plus authentique et pour la démocratisation des relations géo-culturelles et internationales...

Références institutionnelles et associatives:

Ministère de l’Education nationale (22 1er 2015), Grande mobilisation de l’Ecole pour les valeurs de la République, http://www.education.gouv.fr/cid85382/grande-mobilisation-de-l-ecole-pour-les-valeurs-de-la-republique.html

AFEF/Association française des enseignants de français, Engager un chantier prioritaire pour l'enseignement du français : si nous ne pouvons faire plus, pourrions-nous faire mieux et autrement ? http://www.afef.org/blog/post-engager-un-chantier-prioritaire-pour-l-enseignement-du-franus-si-ne-pouvons-faire-plus-pourrions-nous-faire-mieux-et-autrement-u-p1454-c16.html

AFEF (section de Montpellier), Langages, citoyenneté, éducation : l'école en panne ? Que faire maintenant ? (2015)http://www.afef.org/blog/post-langages-citoyennetuucation-l-ule-en-panne-u-que-faire-maintenant-u-p1451-c16.html

Aggiornamento histoire-géographie (réseau d’enseignants), Adresse à certains intellectuels, journalistes, romanciers et à toutes celles et tous ceux qui croient connaître les jeunes des quartiers populaires, http://aggiornamento.hypotheses.org/2588

Attac- Commission enseignement-recherche, https://blogs.attac.org/commission-enseignement-recherche/

Café pédagogique (toute l’actualité pédagogique en ligne), http://www.cafepedagogique.net/Pages/Accueil.aspx

CAPE/ Collectif des Associations Partenaires de l’Ecole publique, http://collectif-cape.fr/[17]

Collectif universitaire toulousain, http://luttezjj.wordpress.com/

Comité de veille pour la réussite de la refondation de l’Ecole (2015), Défense et promotion de la condition enseignante -Alerte citoyenne-(Mediapart)

Coordination nationale universitaire (CNU) http://www.cnu.lautre.net/

CRAP-Cahiers pédagogiques, http://www.cahiers-pedagogiques.com/Presentation-du-CRAP

Educavox (média des acteurs de l’Ecole), http://www.educavox.fr/
Groupe Reconstruire la formation des enseignants/GRFDE, http://grfde.eklablog.com/

ICEM (Institut coopératif de l’Ecole moderne)/mouvement Freinet http://www.icem-pedagogie-freinet.org/

Indépendance des chercheurs, http://science21.blogs.courrierinternational.com/

Politiques des sciences (séminaire alternatif EHESS-Paris), http://pds.hypotheses.org/

Promotion Français-Lettres (réseau de formateurs et enseignants), http://pfl.hypotheses.org/

Questions de classe(s) http://www.questionsdeclasses.org/IMG/lettre/lettre_20150103_ad5a4_fr.html

Réseau des enseignants du primaire en résistance  http://resistancepedagogique.org/site/

Réseau international Education et Diversité/RIED, L’école : de la violence aux valeurs ? Retour sur le traitement scolaire des attentats de janvier 2015 en France http://ried.hypotheses.org/145

Sauvons l’Ecole, http://sauvons-lecole.over-blog.com/
Sauvons la recherche (SLR), http://sauvonslarecherche.fr/
Sauvons l’université (SLU), http://www.sauvonsluniversite.com/
SOS fonctionnaire victime, http://sos-fonctionnaire-victime.com/

Références de publications individuelles

Jean Agnès, Un sursaut à la hauteur des nouvelles donnes (Educavox, 2012)http://educavox.fr/accueil/debats/un-sursaut-a-la-hauteur-des-nouvelles-donnes

Martine Boudet-Florence Saint-Luc (collectif), avant-propos de Philippe Meirieu, Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance (PUM, 2014) http://w3.pum.univ-tlse2.fr/~Le-systeme-educatif-a-l-heure-de~.html

Eveline Charmeux, Le blog de l'amie scolaire : Questions de profs Http://www.charmeux.fr/blog/
                                Enseigner le français, http://www.charmeux.fr/
                                Une vie d’école (Az-Art Atelier, 2015).

Pierre Frackowiak (2014), Refondation. Deux ans et alors ?
http://www.meirieu.com/FORUM/fracko_refondation_deuxans.pdf

                               (2015), Les inspecteurs à la dérive? http://www.meirieu.com/FORUM/frackowiak_derive.pdf

                               (2015), Je plains les professeurs d’école, http://www.meirieu.com/FORUM/fracko_je_plains_les_profs.pdf

Pierre Frackowiak , Philippe Meirieu, L'Education peut-elle être encore au coeur d'un projet de société ? (Ed de l’Aube, 2008)

Philippe Meirieu, Histoire et actualité de la pédagogie (site) http://www.meirieu.com/

                         Bibliographie, http://www.meirieu.com/LIVRES/tableaulivres.htm

                         L’urgence de la construction du collectif à l’École (chronique parue dans Le Café pédagogique du 6 mars 2015) http://www.meirieu.com/ACTUALITE/CHRO_CAFE_PEDA_12.pdf

Marie-Castille Mention-Schaar-Ahmed Dramé (2014), les Héritiers (docu-fiction) http://aggiornamento.hypotheses.org/2474


[1] Réseau des Enseignants du Primaire en Résistance (13 3 2013), M. le ministre, 380 000 Professeurs des Ecoles souhaitent aussi réussir la REFONDATION de l'école. Ne la faites pas sans eux !

http://resistancepedagogique.org/site/articles.php?lng=fr&pg=676

[2] Coordination nationale universitaire (CNU) http://www.cnu.lautre.net/

[3]   Véronique Soulié, Rentrée : les nouveaux profs manquent à l’appel (Libération, 1er septembre 2014)

http://www.liberation.fr/societe/2014/09/01/rentree-les-nouveauxs-profs-manquent-a-l-appel_109173

  «  Alors que 60 000 créations de postes sont prévues, l’Education nationale peine à recruter. En cause, une dévalorisation du métier, et une machine administrative décourageante. 

    La France va-t-elle bientôt manquer de profs ? La question n’est pas aussi saugrenue qu’il y paraît. Le métier n’attire plus guère. Malgré la perspective angoissante du chômage et la publicité autour de la création de 60 000 postes, les concours de recrutement ne font pas le plein, notamment dans certaines disciplines. Au point que beaucoup craignent aujourd’hui que l’engagement si symbolique de François Hollande ne puisse finalement se concrétiser… faute de vocations.»

Jacques Juillard, Achevons le mammouth, éditorial de Marianne, p 8, (n° 921, 12 au 18 décembre 2014)

           «  Cette autorité, dont on presse le professeur de faire preuve, faute de lui en donner les moyens, sera celle du Petit Chose au pays des grandes gueules et des malappris. Etonnez-vous après cela qu’on ne trouve plus personne pour faire ce métier de clown blanc et de souffre-douleur. (…) Quand les parents traitent les enseignants en larbins mal payés, ne soyez pas surpris que leurs enfants ne veuillent pas s’engager dans la noble carrière de l’éducation. »

[4]http://www.education.gouv.fr/cid85382/grande-mobilisation-de-l-ecole-pour-les-valeurs-de-la-republique.html

[5]   http://www.education.gouv.fr/cid85644/onze-mesures-pour-un-grande-mobilisation-de-l-ecole-pour-les-valeurs-de-la-republique.html#Mesure_2%20:%20R%C3%A9tablir%20l%27autorit%C3%A9%20des%20ma%C3%AEtres%20et%20les%20rites%20r%C3%A9publicains

« Tout comportement mettant en cause les valeurs de la République ou l’autorité du maître fera l’objet d’un signalement systématique au directeur d’école ou au chef d’établissement, d’un dialogue éducatif associant les parents d’élèves et, le cas échéant, d’une sanction. Aucun incident ne sera laissé sans suite. »

[6] CAPE/ Collectif des Associations Partenaires de l’Ecole publique, (26-1er-2015) Refonder l’Ecole sur les valeurs de la République : les associations membres du CAPE s’engagent, http://www.icem-pedagogie-freinet.org/book/export/html/43102

[7] http://france3-regions.francetvinfo.fr/poitou-charentes/2015/02/26/jf-chazerans-place-en-garde-vue-pour-apologie-du-terrorisme-663457.html

http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Education/n/Contenus/Articles/2015/01/24/Le-rectorat-suspend-le-prof-et-saisit-la-justice-2197590

Pétition initiée par le SNES et relayée par d’autres syndicats http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2015N47300

[8] Déclaration du CCIF (Collectif contre l'islamophobie en France)

http://www.islamophobie.net/articles/2015/01/28/ahmed-huit-ans-apologie-acte-terrorisme

Pétition à l’initiative du CCIF http://www.islamophobie.net/articles/2015/02/07/ahmed-8-ans-petition-ccif

CCIF, 23/02/15, Les dérives multiples de l’Education Nationale à l’égard de nos enfants http://www.islamophobie.net/articles/2015/02/23/les-d%C3%A9rives-multiples-de-l%E2%80%99education-nationale-l%E2%80%99egard-de-nos-enfants-islamophobie

[9] Réseau des enseignants du primaire en résistance  http://resistancepedagogique.org/site/

[10] Groupe Reconstruire la formation des enseignants/GRFDE, http://grfde.eklablog.com/

[11] SLU, http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article7404

[12] SLR, http://sauvonslarecherche.fr/

[13]Sciences en marche, http://sciencesenmarche.org/fr/

[14] Séminaire alternatif « Politiques des sciences (EHESS-Paris), http://pds.hypotheses.org/

[15]Aide aux profs, http://www.aideauxprofs.org/index.asp?affiche=Accueil.asp
      SOS fonctionnaire victime, http://sos-fonctionnaire-victime.com/

[16] Il faut saluer dans cet ordre d’idées, le film de Marie-Castille Mention-Schaar-Ahmed Dramé (2014), les Héritiers (docu-fiction), qui relate la réussite du projet interculturel d’une classe de seconde, en cours d’histoire-géographie

http://aggiornamento.hypotheses.org/2474

http://www.franceinfo.fr/culture-et-medias/cinema/article/ariane-ascaride-veut-rendre-hommage-aux-enseignants-612353

        Après le constat désenchanté effectué dans deux précédents films- cultes, Entre les murs de Laurent Cantet (2008)et La journée de la jupe de Jean-Paul Lilienfeld (2009) qui tous les deux mettaient en scène le vécu problématique de classes de collège (quatrième) en cours de français, l’heure semble à la reconstruction.  

http://fr.wikipedia.org/wiki/Entre_les_murs_%28film%29

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Journ%C3%A9e_de_la_jupe

[17] Le CAPE regroupe les associations et mouvements pédagogiques suivants : AFEV, AFL, CEMÉA, CRAP-Cahiers pédagogiques, Éclaireurs et éclaireuses de France, Éducation & Devenir, Fédération française des Clubs UNESCO, FESPI, Fédération Léo Lagrange, Fédération nationale des CMR, FOEVEN – Fédération des AROEVEN, Fédération nationale des Francas, GFEN, ICEM-Pédagogie Freinet, Ligue de l’enseignement, Mouvement français pour le Planning Familial, Réseaux d’échanges réciproques de savoirs (Foresco), OCCE, Fédération des PEP, Peuple & Culture.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.