REFONDATION ECOLE
Collectif de veille pour une authentique refondation de l'Ecole
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2022

REFONDATION ECOLE
Collectif de veille pour une authentique refondation de l'Ecole
Abonné·e de Mediapart

EN-ESR: Propositions programmatiques (Union populaire)

À l’occasion de la rencontre-débat du 17 mars 2022 à Toulouse autour de l’ouvrage collectif coordonné par Martine Boudet, "SOS École Université-Pour un système éducatif démocratique-" (Le Croquant, 2020)

REFONDATION ECOLE
Collectif de veille pour une authentique refondation de l'Ecole
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’Union Populaire, son candidat Jean-Luc Mélenchon et les équipes qui travaillent plus particulièrement sur des propositions programmatiques en lien avec la jeunesse, les écoles, l’enseignement supérieur et la recherche souhaitent saluer la publication et les débats menés autour de cet ouvrage.

Nous rejoignons l’essentiel du diagnostic qui est fait dans ses différents chapitres de la situation actuelle du système scolaire et universitaire français, abîmé par tant d’années d’austérité, de gestion néolibérale, de « new public management » et de marchandisation ou mise en concurrence des établissements, mais aussi des individus (chercheurs, étudiants…) entre eux.

Ces éléments de constat peuvent être retrouvés sous forme synthétique dans nos livrets thématiques dédiés, qui complètent le programme général L’Avenir en commun pour les élections nationales de 2022, les livrets « Éducation - Reconstruire une école de l’égalité et de l’émancipation » et « Enseignement supérieur et recherche – étudier, chercher et enseigner dans de bonnes conditions » (en ligne sur melenchon2022.fr).

S’il n’est pas possible de résumer en quelques lignes l’ensemble des mesures que nous proposons, nous pouvons dire que l’école et l’université sont les piliers d’une 6e République que nous voulons elle-même plus démocratique. Elles doivent porter un projet émancipateur à la fois individuel et collectif et former des citoyens et citoyennes libres. Notre projet pour une école commune est en effet inséparable du projet de société que nous portons et souhaitons partager.

Alors que les inégalités n’ont jamais été aussi fortes et que la société est traversée par de multiples tensions, l’école doit s’affirmer comme un espace de coopération et d’échanges, plutôt que de concurrence et de compétition. À l’heure du défi climatique, l’école doit aussi jouer un rôle décisif dans la préparation de la bifurcation écologique.

La mise en place de la gratuité réelle de l’école (cantine, transport et sorties scolaires, activités périscolaires, manuels et fournitures...) et de l’université (fin des frais d’inscription, de la CVEC...) est un premier pas vers l’application du droit à l’éducation, principe constitutionnel. Ce droit et cette égalité d’accès doivent aussi se concrétiser par la fin du système de sélection Parcoursup, comme par le retour au droit à la poursuite d’études en Master. Le renforcement ou le retour du cadrage national des diplômes est une autre pierre angulaire de la reconstruction de ce service public national. Dans l’enseignement supérieur, les processus de « différenciation » et de mise en concurrence entre établissements sont allés si loin qu’il s’agira ni plus ni moins que de refonder le système lui-même, en commençant par abroger toute la série des lois adoptées depuis 2007, de la loi LRU jusqu’à la LPR. Dans le même esprit toujours, nous aurons à coeur d’encourager et de rendre possible la démocratie scolaire, de l’expression et participation des élèves, parents d’élèves, enseignants et personnels dans chaque école jusqu’à des modalités démocratiques nouvelles d’évaluation et d’élaboration des programmes nationaux. Il s’agira aussi de refonder et renforcer la démocratie universitaire en réaffirmant les principes de coopération et de collégialité (mandat unique pour les présidents élus par les seuls membres élus du CA et du Conseil académique en leur sein, meilleure représentation des étudiants et personnels, lutte contre toutes les formes de discrimination dont les inégalités femmes-hommes, retour des CHSCT etc.).

Au cours de la mise en œuvre concertée que nous espérons de ces mesures et d’autres non citées ici qui figurent dans le programme, et pour aller plus loin, nous serons à l’écoute de l’ensemble des organisations impliquées dans l’éducation et syndicats de transformation sociale comme des forces de propositions qui s’expriment dans cette publication notamment, car la vie démocratique et les processus de décision collective ne s’arrêtent pas aux élections.

Avec nos amitiés insoumises,

Karin Fischer, co-animatrice du Livret Enseignement supérieur et recherche de l’Union Populaire

 Livrets thématiques dédiés :

https://melenchon2022.fr/livrets-thematiques/ecole/

https://melenchon2022.fr/livrets-thematiques/esr/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement