REFONDATION ECOLE
Collectif de veille pour une authentique refondation de l'Ecole
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juin 2022

Vivre les langues pour s’épanouir (Gilbert Dalgalian)

Langage, individuation, épanouissement - Visioconférence du 25 juin 2022 pour l'association Diwan (Bretagne)

REFONDATION ECOLE
Collectif de veille pour une authentique refondation de l'Ecole
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1. Langue et langage : un seul processus pour deux acquisitions.
Entre zéro et sept ans, l’enfant acquiert une langue maternelle, parfois deux, et même une troisième langue précoce, si les conditions sont réunies grâce à un environnement porteur pour ces langues. Et dans le cas de l’immersion, comme chez Diwan, cet environnement est optimal.
Mais derrière cette acquisition précoce d’un code, de deux codes ou de trois codes, s’est construite une autre dimension : l’aptitude à manipuler des signes –les mots de la langue – pour interagir avec la famille, les copains, la société. Cette aptitude ou faculté est à la fois sociale – pour communiquer – et neuronale, car elle ne peut se réaliser qu’en s’inscrivant dans plusieurs zones du cerveau. Cette faculté s’appelle le langage.
Résumons-nous : le français, le breton, l’anglais ou l’allemand sont des réalités linguistiques, des systèmes de signes, extérieurs à l’enfant ; ils
s’acquièrent au contact de la famille ou de l’école. Mais simultanément autre chose s’est mise en place : une aptitude à communiquer qui s’inscrit dans les lobes du cerveau et construit cette fonction ou faculté appelée LANGAGE. Et c’est en s’appropriant les langues que le cerveau de l’enfant construit cette fonction sociale et cette nouvelle capacité neuronale. Le langage permet dès le départ de pratiquer une ou plusieurs langues.


2. Rappel des bénéfices d’un bilinguisme ou plurilinguisme précoces.
Ce sont des banalités qu’il faut pourtant rappeler brièvement :
 Primo, la seconde langue précoce ne s’acquiert pas au détriment de la langue première, par exemple le français ; au contraire, elle renforce -- à côté de la langue régionale – la pratique ou la maîtrise de la langue première, ici le français. Pourquoi ? Parce que le petit bilingue sera très vite amené à opérer des allers-retours d’une langue à l’autre. Il ne traduit pas, il reformule librement ce qu’il a à dire ou ce qu’il sait, en fonction de la situation et des interlocuteurs présents ou de son état d’esprit. Il reformule en omettant, en ajoutant, en affabulant, mentant ou encensurant. Et sous-jacents à ces allers-retours spontanés, c’est le caractère relatif et arbitraire des mots et des mises en phrases qui parvient à la conscience de l’enfant : il prend conscience que les mêmes choses se disent de façon différente, les phrases se construisent différemment et les mots ont des résonances culturelles différentes d’une langue à l’autre. Cette prise de conscience est un enrichissement permanent. Ce qui explique le point suivant.


 Secundo, le jonglage permanent avec les sons, les sens et les concepts procure au petit bilingue une flexibilité et une agilité cérébrale que le monolinguisme ne favorise pas au même degré. Ce faisant, l’enfant ne subit pas le moindre surmenage ; il apprend à son rythme, selon ses besoins du moment et toujours en situation concrète. La construction neuronale se fait progressivement, de façon spontanée sous influence de son environnement.


 Tertio, ce petit bilingue (ou plurilingue) apprendra plus tard aisément et rapidement d’autres langues, cette fois tardives après l’âge de sept ans, parce qu’il dispose de plusieurs stocks de sons, de plusieurs stocks lexicaux et grammaticaux qu’il va pouvoir transférer à ces autres langues. En résumé, le bilingue précoce est un plurilingue en herbe.
 Pour toutes ces raisons, on peut dire que le bilinguisme précoce est en quelque sorte la première université de l’enfant.

Cependant, au-delà de ces multiples bénéfices, il me faut en venir maintenant à ce qui est le plus important dans cette construction de la
fonction ‘langage’. Ce qui fait que l’être parlant devient une personne singulière et unique.


3. L’individuation et l’épanouissement.
L’activité langagière a de multiples facettes 1 et c’est dans chacune de ces facettes que l’enfant parlant fait des choix et construit non
seulement le langage, mais aussi sa personnalité.
D’abord avec les mots et les échanges quotidiens, l’enfant apprend à désigner les objets, à décrire un évènement ou un phénomène. Il apprend
à référencer le monde. On appelle cela la fonction référentielle. Puis avec des énoncés plus complexes, chacun et chacune provoque ou subit des interactions, des pressions, des influences. Ici c’est une dimension à la fois sociale et pragmatique de la communication : tout ce qui permet de provoquer une réaction de l’interlocuteur, de le faire agir, ou de l’obliger.
Ensuite, grâce à la capacité naissante de décrire et de de nommer les choses, chacun apprend aussi à préciser le sens d’un mot, d’une phrase, et
bientôt à définir une idée, un concept. Cela, surtout avec l’éducation scolaire. Cette réflexion sur les mots, sur la langue, s’appelle la fonction
métalinguistique. On parle de la langue pour mieux la comprendre.

C’est là qu’il convient de préciser que la référence, l’interaction pragmatique et la fonction métalinguistique ne sont que les dimensions
instrumentales du langage. Mais pas sa dimension la plus profonde du point de vue de la formation de l’individu.
L’activité langagière recèle en effet deux autres fonctions essentielles. La plus évidente est d’ordre socio-affectif : on parle non plus pour décrire, interagir ou expliquer un mot, mais tout simplement pour établir un contact, entrer en relation avec l’autre, sans attendre quelque
autre résultat que cette relation. Le socio-affectif est alors seul à l’œuvre. On parle pour être avec l’autre. On apprend le savoir-vivre à l’aide des
mots. Avec les mots, on construit des affinités, et on relativise les différences. Le langage permet de pratiquer l’empathie et souvent de se substituer à la violence.
Enfin, il existe une dernière fonction qui n’exige même pas la présence d’un interlocuteur. On crie, on peste, on jure, on explose de joie
ou de colère, ou on gémit tout seul sur son sort. Bref, on ne communique qu’avec soi-même. C’est la fonction expressive du langage. On se
défoule, on s’exprime. Cette expressivité aura des prolongements plus tard dans l’art, la poésie, le théâtre.
Or ce sont ces deux dernières fonctions qui offrent à chacun et chacune les terrains privilégiés où va pouvoir s’affirmer sa personnalité
propre, d’abord comme enfant, puis comme adolescent et adulte. Ce qui va bien au-delà des dimensions de la référence ou de l’interaction.
Car ces deux fonctions – socio-affective et expressive – favorisent la singularité de chaque enfant, sa place et son originalité au sein du
groupe, dans sa famille, plus tard sa place dans le monde et dans la vie. C’est lorsque ces dimensions ont été mises en place très tôt chez un
jeune être en construction que son individuation devient possible. Il dispose alors de ressources pour s’affirmer, se distinguer, éventuellement
pour s’opposer ou se rebeller et toujours pour se percevoir comme différent de tous les autres.
C’est dans ce long processus de l’individuation qu’en s’aidant de sa ou de ses langues que l’enfant se cherche, se trouve, se définit dans le vaste champ des possibilités, des désirs, des comportements et des activités. C’est là que son entourage l’aide, tout en le contrariant
constamment : c’est ce qu’on appelle l’éducation.

Désormais son rapport au langage n’est plus seulement référentiel ou instrumental ; c’est un rapport d’insertion dans le monde et la société. Si, en outre, l’enfant pratique deux ou trois langues, son insertion s’en trouve facilitée et enrichie. Il dispose d’une palette de choix culturels,
sociaux et comportementaux plus large que dans une éducation monolingue. Sa liberté d’expression, ses choix personnels en sont accrus.
Sa personnalité en devient d’autant plus unique et complexe.
C’est probablement cet ensemble de bénéfices -- qui ne sont pas seulement linguistiques, mais aussi conceptuels et culturels – qui explique
que, quatre années de suite, au classement des meilleurs lycées de France en fonction des résultats au bac, c’est le lycée Diwan de Carhaix qui fut classé premier, devant tous les grands lycées parisiens.

Gilbert Dalgalian

1. Ces facettes ne sont autres que les fameuses « fonctions du langage » de Roman Jacobson, que je reprends ici dans un effort de vulgarisation pour un public de parents d’élèves concernés par l’éducation bilingue de leurs enfants. Ce faisant, j’essaie de saisir les ressources latentes de ces «fonctions du langage » qui enrichissent la formation de chaque être humain dès l’enfance.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Palestine
Israël envoie l’armée contre sept ONG palestiniennes et provoque un tollé
En pleine campagne électorale, le ministre de la défense israélien a donné son feu vert à une opération militaire en Cisjordanie contre sept organisations majeures de la société civile palestinienne. Des consuls européens et des experts de l’ONU réaffirment leur soutien aux organisations ciblées.
par Sarah Benichou
Journal
Discriminations sexistes à l’entrée de prisons : des retraits de soutiens-gorge imposés à des avocates
Cela fait une décennie que des avocates signalent des retraits de soutiens-gorge imposés par des surveillants quand elles se rendent en prison. Depuis la diffusion d’une note par l’administration pénitentiaire en juillet 2021 interdisant cette pratique, au moins quatre avocates ont rapporté avoir été ainsi « humiliées ».
par Sophie Boutboul
Journal
Rénovation thermique des bâtiments : les bailleurs sociaux à la peine
Un rapport que vient de publier l’Agence nationale de contrôle du logement social montre que seuls 6,8 % du parc social ont fait l’objet d’une rénovation thermique ces dernières années, avec des résultats en matière de performances énergétiques encore très insuffisants.
par Lucie Delaporte
Journal — International
Chine et États-Unis entrent dans un nouveau cycle de tensions économiques
La crise taïwanaise a prouvé la centralité de la compétition entre Pékin et Washington. Sur le plan économique et historique, c’est aussi le produit des errements de la gestion par les États-Unis de leur propre hégémonie.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Relancer les trains de nuit et améliorer l'infrastructure créera des emplois
[Rediffusion] Lorsque le voyageur se déplace en train de nuit plutôt qu’en avion, il génère davantage d’emploi. La relance des trains de nuit peut ainsi créer 130 000 emplois nets pendant une décennie pour la circulation des trains, la construction du matériel et l’amélioration des infrastructures. Bénéfice additionnel : les nouvelles dessertes renforceront l’attractivité des territoires et l’accès à l’emploi.
par ouiautraindenuit
Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé
Billet d’édition
Entretien avec Manuel Bauer, réalisateur du film documentaire « Vida férrea »
Entretien réalisé par Alice Langlois qui a mené un terrain anthropologique dans la région minière traversée par le film et le critique de cinéma Cédric Lépine, à l'occasion de la présentation du film « Vida férrea » à Visions du Réel, festival international du film documentaire de Nyon (Suisse) en 2022.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Transition écologique... et le train dans tout ça ?
La transition écologique du gouvernement en matière de transports ne prend pas le train ! Dans un billet, le 3 août, un mediapartien dans son blog « L'indignation est grande », dénonçait le « mensonge d’État » concernant l’investissement ferroviaire. Deux émissions sur France Culture sont révélatrices du choix politique de Macron-Borne ! Saurons-nous exiger le train ?
par ARTHUR PORTO