REFONDATION ECOLE
Collectif de veille pour une authentique refondation de l'Ecole
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mars 2022

REFONDATION ECOLE
Collectif de veille pour une authentique refondation de l'Ecole
Abonné·e de Mediapart

Abrogation des réformes qui conduisent à l'éclatement du service public d'éducation

Intervention de Christophe BENOIT, syndicaliste à Béziers (réunion de l'UP à Capestang).

REFONDATION ECOLE
Collectif de veille pour une authentique refondation de l'Ecole
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis syndicaliste enseignant, mais avant d’évoquer l’Ecole, il n’est pas possible de ne pas parler de l’Ukraine, de la guerre avec son cortège de scènes insoutenables, provoquant l’indignation, l’angoisse parmi les peuples de toute l’Europe. La plupart des villes d’Ukraine sont bombardées par l’artillerie de Poutine, qui défend les intérêts des oligarques prédateurs.

 De son côté, l’Otan envoie des dizaines de milliers de soldats aux frontières de la Russie et de l’Ukraine. Sous pression américaine, tous les gouvernements européens annoncent une augmentation de leurs dépenses militaires. Emmanuel Macron annonce une nouvelle hausse de 3 milliards par an portant le budget militaire à 50 milliards d’ici à 2025.

 Au même moment, avec la guerre et les sanctions contre la Russie, les prix du blé, du pétrole, du gaz atteignent des sommets, plongeant des millions de familles dans l’angoisse, dans les pires difficultés, voire dans l’impossibilité de se chauffer, de se déplacer.

Ce n’est pas aux peuples de payer la guerre alimentée par les gouvernements pour des intérêts économiques. Les peuples veulent vivre, ils veulent la paix.

Disons-le clairement : tous ceux qui ont soutenu les Etats-Unis et l’OTAN dans la vague de guerres et de dépense militaires délirantes depuis 30 ans portent une responsabilité dans le nouvel épisode guerrier en Ukraine.

Oui, Hidalgo, Jadot,  par leur alignement sur les Etats Unis pendant qu’ils bombardaient  des centaines de milliers de Serbes, d’Irakiens, d’Afghans, de Libyens, de Syriens, parfois aidé par la France,  qui continue de livrer des armes à l’Arabie Saoudite pour bombarder le Yémen, ont une responsabilité dans cette situation de guerre en Europe.

Le camp de l’arrêt  des combats, du retrait des troupes, de la paix en Ukraine et de la  liberté en Russie,  c’est celui de l’Union Populaire qui est pour le non alignement et  la sortie de l’OTAN. Favoriser la paix, c’est, comme le dit Jean Luc Mélenchon, tout faire pour que les armes se taisent, au moment où tous les fauteurs de guerre sont pour alimenter la guerre, en livrant des armes, dans un scénario que les Syriens connaissent bien.

Quel rapport avec l’Ecole ? C’est que les milliards qui vont à la guerre pour détruire ne vont pas à l’Ecole pour instruire. C’est que les tentatives pour imposer l’union nationale, l’union sacrée derrière Macron, pour faire taire les revendications, sont unanimes à l’Assemblée nationale, à l’exception de JL Mélenchon dont l’orientation de rupture est d’une importance énorme. Elle conforte tous ceux qui résistent.

Je suis signataire d’un appel à voter pour JL Mélenchon de milliers d’enseignants, personnels éducatifs, parents d'élèves, étudiants et lycéens car (je cite) « Nous ne nous résignons pas à la destruction du service public d'éducation opérée tout au long du quinquennat d'Emmanuel Macron (…) Depuis 2017 chaque jour ferme une école publique, en particulier dans le monde rural. 7.900 postes d'enseignants ont été supprimés dans le second degré, c'est l'équivalent de 175 collèges disparus. La voie professionnelle a été démantelée, progressivement remplacée par le "tout apprentissage". Le diplôme national du baccalauréat a été transformé en examen local dont la valeur dépend désormais de la réputation du lycée dans lequel il est passé. Parcoursup a introduit la sélection à l'université, le tri entre les bacheliers. « 

Avec l’UP et JL M, « défendons l'abrogation des réformes ayant conduit à l'éclatement du cadre républicain du service public d'éducation dont celles de la voie professionnelle, du lycée général et technologique, du baccalauréat, de Parcoursup. La page du désastre Blanquer doit être tournée. Il faut recruter 190.000 personnels durant le prochain quinquennat pour baisser les effectifs par classe et assurer les remplacements »

Le 3 mars, Macon annonce que le prix à payer pour la guerre sera élevé, qu’il faudra faire des sacrifices. Le 4 mars, il rentre officiellement en campagne.   Il annonce le retour et l’aggravation de la politique de rigueur pour rembourser la dette, le saccage des retraites immédiatement après les élections dans un scénario de blitzkrieg, la poursuite et l’aggravation de la politique contre la protection sociale, les EPHAD et les hôpitaux, la privatisation annoncée des universités, la fin des concours de recrutement dans l’éducation nationale, la fin du CAPES et de l’emploi à vie pour les enseignants c’est-à-dire la fin du Statut et la privatisation.  Il  confirme ses grands chantiers notamment  « parachever l’autonomie des universités », c’est-à-dire l’université payante, privatisée, la sélection généralisée à l’entrée dans l’enseignement supérieur.

Tout cela signifierait la fin de l’Ecole publique et laïque. Nous ne voulons pas d’une Ecole qui organise l’explosion des inégalités, qui organise  la déqualification de la jeunesse et la prive d’un avenir, d’un vrai diplôme, de vraies études, d’un vrai travail, d’un vrai salaire !

Donc la conclusion est simple : pour œuvrer à la paix, défendre l’Ecole publique, tous les services publics et acquis sociaux, il faut voter JLM, organiser l’UP, organiser le vote, et préparer les futures mobilisations. Le journal que je diffuse, Informations ouvrières, sera là pour aider à faire gagner nos revendications communes. 

Notre réunion publique s’inscrit dans une formidable dynamique ! Nous étions  8000 au meeting de Montpellier le 13 février ! 15 000 manifestants au meeting de Jean-Luc Mélenchon à Lyon le 6 mars contre la guerre, pour la paix, contre Macron.

Ce dimanche  20 mars, Jean-Luc Mélenchon et l’Union populaire appellent à une marche nationale à Paris. Nous y serons, en nombre, parmi les milliers qui manifesteront pour la paix, pour la VI République.

Parce qu’avec les peuples nous ne voulons pas de la guerre. Parce que nous refusons et Poutine, et l’Otan ! Parce que nous ne voulons plus de Macron, de sa politique, de son programme contre les travailleurs et la jeunesse ! Virons Macron, votons Mélenchon !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme