Débat: L'Erope de Yanis Varoufakis;

          Depuis la candidature de Syriza pour les élections et plus encore depuis sa victoire, de nombreux Français sont à l'écoute de ce qui se passe en Grèce et débattent sur les choix du gouvernement pour obtenir un allègement de l'austérité. Les débats clivent sur ceux qui considèrent que les négociations vouées à l'échec sont une erreur et qu'il faut aller tout de suite à un défaut de la dette, ceux qui considèrent qu'une sortie de la zone euro demande une étude approfondie des conséquences économiques et la mise en place de mesures de protection vis à vis de la Troïka et ceux que l'on entend moins, mais qui sont présents qui sont satisfaits de l'UE. 
         
             Pourriez-vous demander à Yanis Varoufakis :
     Quels seraient pour les Grecs les conséquences immédiates et à moyen terme d'un refus du troisième mémorandum.
     Quel serait l'effet et la durée d'efficacité de son plan X (monnaie électronique) pour compenser les mesures de rétorsions imposées par la troïka et par l'Union et l'effet de la mise en circulation de bons du trésor grec (obligations?) sur les échanges commerciaux à l'intérieur des frontières.
     Quels délais sont nécessaires pour imprimer et distribuer dans l'ensemble de la grèce une nouvelle monnaie.
     En plus de la fermeture des banques, de l'arrêt des financements des liquidités par la BCE et l'arrêt des échanges bancaires inter-européens, quelles mesures de rétorsion pourrait prendre la troïka pour casser la résistance grecque ( ou de n'importe quel pays de l'union) et asphyxier son économie.
     Les économistes semblent unanimes pour dire qu'il est impossible de prévoir avec précision les conséquence d'un défaut et d'une sortie de la zone euro sur l'économie, qu'il s'agisse du pays concerné ou des autres pays de L'union. Malgré ce que prétendent nombre de partisans du défaut, les pays qui y ont eu recours ne sont pas sortis de la crise et continuent après plusieurs années à rembourser leur dette. Qu'en pensez-vous.
     Outre la socialisation des banques, le contrôle des capitaux et une forte dévaluation de plus de 20% à stabiliser dans les dix huit mois à deux ans, qui permettrait le retour des capitaux pour financer les investissements indispensable à la reprise de l'économie, soumis dès leur rentrée à une taxe correspondant au moins à 50% de la dévaluation, taxe qui renflouerait les caisses de l'état permettant ainsi des avancées sociales, quelles sont les mesures qu'il faudrait prendre pour assurer les liquidités quotidiennes nécessaires aux familles et aux entreprises.
     Qu'attendez-vous des peuples de l'Europe pour obtenir de la Troïka un traitement humain, recouvrir votre souveraineté et restructurer la dette.
     Pensez vous que nos dirigeants ont une responsabilité dans l'attitude de la Troïka.
Nombreux sont en France ceux qui considèrent que faisant défaut la dette de la Grèce serait effacée. Lordon le laisse entendre, cependant il reconnait qu'il faudrait en rembourser une partie pour ne pas bloquer tout échange économique avec l'étranger. Si les dettes ne se paient jamais elles ne s'effacent jamais complètement non plus. Sauf pour l'Allemagne peut être.

        

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.