Regis Portalez
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juin 2020

Violences policières, douceurs fiscales, la peur doit changer de camp

Face à un pouvoir qui sera de plus en plus contraint d'utiliser la peur comme outil de répression, espérons la formation d'un nouveau bloc historique capable de renverser la république bourgeoise pour instaurer la République Sociale.

Regis Portalez
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

2500 blessés, Zyeb et Bouna, 27 éborgnés, Adama Traoré, Gabriel, Steve, Zineb Redouane… la violence que subissent les classes populaires est devenue indécente. On peut y rajouter les morts du chômage, du froid, de faim, les burnout, les précarisés, les maladies professionnelles, les dépressions, les accidents du travail, les suicides. Cette violence est physique lorsqu’elle s’exerce par le LBD, la portière, l’étranglement, la lacrymo, le tonfa. Elle est psychologique (et en devient physique par sa gravité) quand elle s’exerce par le racisme, le management « moderne », le mépris. Et elle finit en violence judiciaire : condamnations disproportionnées comme pour les gilets jaunes primo-manifestants, impunité des forces de police dans les affaires de violences policières. Le tout étant parfois délicatement chapeauté de vomi médiatique expliquant aux victimes qu’elles sont les agresseurs, parce que prolétaires, ou parce qu’en plus issus de l’immigration.

En face de cette terreur de la police et de son impunité dans les affaires la concernant, il faut mettre l’immonde douceur dont bénéficient les suspects de délits en col blanc.

Fraude fiscale, détournement de fonds publics, trafic d’influence, achat de voix et autres délits de la classe dominante leur valent un article dans mediapart, une remontrance d’un juge, au mieux une amende. Quand Apple ne paye que 0.005% d’impôts en Europe, où était le tonfa ?  Quand Wildenstein a fraudé un demi-milliard au fisc, argent qui a manqué pour financer les hôpitaux, les retraites, l’aide aux plus démunis, où était le LBD ? Quand LVMH a racheté en sous-main des actions Hermès en violation des statuts de cette dernière et des règlements de l’AMF, le tout pour une plus-value de 3.4 milliards d’euros, pourquoi la police n’a pas tiré tendu dans leur conseil d’administration ?

La réalité, c’est le premier ministre qui l’indique en creux dans son discours à l’assemblée « Je ne veux pas que la peur change de camp ». Aux pauvres la peur, aux (très) riches la douce confiance dans un système policier et judiciaire qui leur est acquis. Aux uns le tonfa dans le rectum, aux autres une amende négociée. Le pire, c’est quand il annonce avec un Castaner fantomatique à ses côtés, dans un souci manifeste d’apaiser les manifestations antiracistes en train de monter dans le pays, que « la République reconnaît et protège tous ses enfants ». Que sont alors toutes ses victimes ? Eh bien pas des enfants de la République justement. La République est donc bourgeoise et s’assume comme telle. Qui ira contre connaîtra la peur.

Pourtant la peur doit changer de camp. Et pour que ceux qui nous l’infligent la connaissent, il faut un bloc populaire suffisamment puissant. Ce bloc doit se constituer à partir de trois parties relativement distinctes, malgré les immenses efforts de rapprochement opérés ces derniers temps : les Gilets Jaunes, les banlieues et la petite bourgeoisie intellectuelle.

Mais comment finir de les faire se rejoindre ? Le climat n’y parvient pas (même s’il y parviendra nécessairement), la fiscalité non plus, la pauvreté et les inégalités non plus. La police et la question des violences policières finiront peut-être d’achever la jonction. Ce que nous apprennent les derniers mouvements sociaux, des gilets jaunes à l’activisme pour le climat en passant par les retraites, c’est que la contestation se finit en violence policière. Or la crise sociale à venir, surplombée par la crise climatique et environnementale vont nécessairement créer de la contestation. Petit à petit, une proportion croissante de la population fera face à la violence du pouvoir et à la peur qu’il inspire, comme seul moyen d’assurer sa survie.

Ce qu’ils oublient toujours, c’est que la peur inhibe mais rapproche. C’est dans l’adversité commune que se forgent les amitiés les plus solides, peut-être sera-ce dans la répression que se forgeront les mouvements sociaux majoritaires de demain ?

Demain, j’irai à la manifestation pour Adama Traoré en tant que cadre du privé et Gilet Jaune. Cette cause me paraissait pourtant bien lointaine jusqu’à ce que j’aie vu moi-même ce dont est capable une police à qui on a donné carte blanche.

Quand ces trois blocs essentiels se seront rejoints, et marcheront main dans la main vers la rue du Faubourg Saint-Honoré, la peur aura changé de camp, pour de bon.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé