Rémi Salvador
Lycéen en terminale
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 janv. 2020

Rémi Salvador
Lycéen en terminale
Abonné·e de Mediapart

Ce soir, je prends mon temps.

message enregistré le 17 décembre 2019 à 22:46.

Rémi Salvador
Lycéen en terminale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce soir, je prends mon temps. 

Ce soir, j’ai vu un film, un plutôt bon film : le premier de Michel Denisot. 

    Et je suis rentré en scooter, ce soir, je l’ai posé dans mon garage, avec mes p’tites habitudes : scooter près du mur à gauche, pour ne pas empêcher mon père d’accéder à son vélo demain matin, en mettant les gants dans le coffre du scoot qui ne se ferme plus car la bête a, cette année, 11 ans d’âge, et tout autant de soucis techniques. C’est un bel âge pour un scooter.

    Ce soir, j’ai envie de prendre mon temps, parce que je trouve que je ne l’ai pas assez pris sur mon scooter. J’aurai pu par exemple rouler moins vite, prendre des routes que je n’ai pas l’habitude de prendre, découvrir du pays, même si c’est une ville que je connais déjà pas mal.

    Ce soir, j’ai envie de prendre mon temps. Prendre le temps d’écouter, derrière cette lignée de garage ce vent qui touche ces feuilles, cet arbre qui fait particulièrement du bruit alors que ce n’est pas le plus proche. Bizarre.

    Ce soir j’ai envie de regarder au sol les reflets par milliers de ces réverbères qui nous donnent chaque nuit une lumière pour se guider. Dans la nuit, à une heure où on ne devrait pas pouvoir se retrouver si facilement : ces réverbères nous offrent cette possibilité. Tellement aimables. Merci les gars.

    Ce soir j’ai envie de prendre le temps de regarder ces reflets, qui, comme des millions d’étoiles scintillent en opposition au ciel puisque ces étoiles se trouvent sous mes pieds. Car oui, en effet, le sol est mouillé : il est humide, il a plu toute la journée, la nature a repris ses droits tout comme les salariés, les retraités, les travailleurs les employés les ouvriers aimeraient reprendre leurs droits, préserver leurs acquis sociaux qui ont été durement acquis durant ces derniers siècles.

Ces derniers siècle qui nous ont , p_ euttt _ etre *TOUSSE* *TOUSSE*

bon bref, je me perds

    Cette vilaine toux qui se répète malgré la prise de nombreux médicaments pendant une bonne semaine. Contre ma volonté, puisque je trouve que c’est assez ridicule de se bourrer de médicaments juste pour un petit virus qui, de toute évidence, serait parti quand même. Ça aurait même renforcé mon corps, renforcé mon système immunitaire. Mais non, on préfère m’asséner des médicaments qui facilitent, évidemment, mais qui créent une dépendance : la prochaine fois que je serai malade, je serai obligé d’en reprendre parce que le corps ne sera pas prêt à se battre tout seul. Faut qu’il apprenne à se démerder tout seul, quand même, ça je peux pas le faire à sa place. C’est pas un truc qu’on apprend à l’école, c’est un truc qu’est naturel. Après, je m’y connais pas tant que ça,peut-être que je dis de la merde.

Bon en tout cas.

Demain j’ai un contrôle de maths.

Mais je m’en soucie pas, parce que je prend mon temps.

    C’est pas un souci là, maintenant, c'en sera un demain, à 09:03 quand je serai face à ma copie, premièrement démuni puis je m’en sortirai une heure plus tard pépouze parce que sur chaque exercice je fais les premières questions, celles qui sont le plus simples, élémentaires, qui sollicitent des acquis des années précédentes, et le reste, ce qui est nouveau, je m’en fais pas : c’est que des points bonus. Surtout qu’il y a des points que je ne peux pas avoir d’emblée étant donné que certains dépendent de l’utilisation d’une certaine fonction d’une certaine calculatrice, calculatrice que je n’ai pas car j’ai gardé celle de ma sœur (plus âgée que moi), sauf qu’elle n’est plus à jour, ce n’est plus le modèle demandé en cours donc je pars avec un certain handicap. C’est comme si je menais un marathon sans les bonnes baskets : je peux le faire, mais je serai pas le premier, je serai moins efficace, délivrerai une moins bonne performance, obtiendrai une moins bonne note. Tant pis.

Ce soir je prends mon temps parce que plus que jamais j’ai hâte qu’il passe vite. 

    J’ai hâte qu’il passe vite parce que j’en ai marre du lycée, j’en ai marre de vivre sous le cocon familial, parce que j’en ai marre de la sécurité.  D’une certaine manière, j’en ai presque marre du confort. Je me dis que, d’accord, j’ai goûté au confort que mes parents ont pu acquérir après ces décennies. Evidemment il est agréable, il est chaud, il est chaleureux, mais il est peut-être temps de quitter ce confort pour me confronter à la vie, à la vie à laquelle ils ont eux-même été confronté y’a 30 piges. J’ai envie de goûter de nouvelles choses, j’ai envie de bâtir ma vie, j’ai envie d’avoir des réponses, j’ai envie de savoir de quoi je suis capable.

    Alors je prépare le terrain, évidemment, en écrivant ce blog notamment. C’est pour moi un premier travail en quelque sorte, en effet je dois rendre des comptes à on ne sait qui, chaque dimanche (ouais j’en ai raté 2 mais bon), je dois écrire un article. Evidemment je le fais par plaisir. Mais le fait d’avoir une date limite rend la chose plus complexe, ça crée une routine, une habitude, faut avoir un truc à dire, et si c'est intéressant

 tant mieux, et sinon tant pis : j'oblige pas à lire (ce serait méchant de faire ça) (je me perds, la phrase veut plus rien dire encore une fois)

    La dernière fois je ne savais pas ce sur quoi j’allais écrire. J’avais commencé à écrire un truc sur le fait que je sais pas si je vis ou pas, un truc d’ado un peu dépressif. Et jusqu’au vendredi soir, je me suis dit “non, ça peut pas être ça mon quatrième article, c’est trop personnel, les gens s’en foutent”. Puis, samedi matin, je me suis réveillé avec une révélation. “c’est moi qui doit avoir quelque chose à foutre de l’article. Si ça m’intéresse *ROT* *PARDON* *TOUSSE* faut pas que je cherche à ce que les gens soient intéressés, il faut que ce que je trouve moi intéressant soit rendu publique avec le maximum de travail que je peux fournir,

bon bref la phrase veut plus rien dire.

je me perds dans mes idées.

En tout cas je vais rentrer, je crois que c’est la fin, je crois que j’ai tout dit ce qui me passait par la tête, on peut parler d’arborescence ouais.

A toi, à vous, qui lit ou écoute ce truc, je sais pas encore sous quelle forme il apparaîtra, ce nouveau billet, ce nouveau podcast, à toi je te souhaite une bonne soirée, un bon après-midi ou une bonne nuit. C’est aussi ça la magie d’internet c’est que tu consommes quand tu veux, où tu veux, à l’heure que tu veux, et c’est une liberté qui est à prendre en considération.

Trève de poésie, bonne soirée.

(et bonne année aussi !)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — France
Paris 2024 : une cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Violences sexuelles : ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal — Afrique(s)
En Centrafrique, le groupe Wagner étend son emprise sur le secteur du diamant
Des individus liés à la société militaire privée russe ont créé un bureau d’export de diamants en 2019. Officiellement, son volume d’activité est très modeste. Officieusement, plusieurs acteurs du secteur décrivent un système de prédation qui s’étend.
par Justine Brabant et European Investigative Collaborations (EIC)
Journal — France
Liens de Valérie Pécresse avec Alstom : une enquête ouverte pour prise illégale d’intérêts
Une enquête préliminaire pour prise illégale d’intérêts a été ouverte au Parquet national financier (PNF) après un signalement d’élus soupçonnant Valérie Pécresse d’avoir détenu des stock-options chez Alstom tout en présidant l’autorité de transports Ile-de-France Mobilités (IDFM).
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss
Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP